×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Défense: La coopération transatlantique piétine

    Par L'Economiste | Edition N°:2364 Le 19/09/2006 | Partager

    . Accès difficile au marché américainLe manque de coopération entre Etats-Unis et Europe dans le domaine de la défense a une nouvelle fois fait l’objet lundi 18 septembre des doléances des acteurs du secteur, industriels et hommes politiques européens, déplorant le fossé technologique croissant qui place l’Europe à la traîne. «Il n’y a pas de véritable coopération en Europe et au niveau transatlantique», a déclaré Stefan Zoller, patron des activités défense et sécurité du groupe européen EADS, regrettant «beaucoup de bureaucratie, beaucoup d’efforts» et «une incrimination réciproque» entre acteurs européens et américains qui paralyse les initiatives communes. Il s’exprimait lors d’une conférence sectorielle organisée par le quotidien allemand Handelsblatt à Berlin. Son collègue Denis Ranque, patron du groupe français Thales, a déploré pour sa part «des processus» très longs qui freinent les groupes «qui essaient de réaliser des affaires des deux côtés» (de l’Atlantique). Les acteurs européens du secteur n’ont accès que difficilement au marché américain, une situation qui perdure depuis de nombreuses années. La faute en incombe aussi, selon Ranque, au marché européen lui-même «très fragmenté». Pour Soren Gade, ministre danois de la Défense, «nous (Européens) devons investir plus d’argent, nous devons investir pour être sûrs que nos soldats soient aussi bien équipés que les soldats américains», et le fossé technologique qui se creuse entre les deux côtés de l’Atlantique dans ce domaine est «un énorme problème». «Il n’y a pas de soutien de la majorité de la population» pour une augmentation des budgets militaires, a rétorqué son homologue allemand, Franz Josef Jung. «Une telle dimension (comparable aux dépenses américaines) est chez nous hors de toute discussion politique», a-t-il reconnu.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc