×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Déclaration du pape sur l’islamLe Vatican tente de désamorcer la crise

    Par L'Economiste | Edition N°:2364 Le 19/09/2006 | Partager

    . Colère et indignation continuent de fuser LE Vatican a lancé une initiative diplomatique pour expliquer aux pays musulmans la position du pape Benoît XVI sur l’islam, a annoncé le numéro deux du Vatican, Tarcisio Bertone. Les nonces (ambassadeurs du Vatican) dans les pays musulmans ont ainsi été chargés de «faire connaître le texte du Saint-Père pour valoriser les éléments ignorés jusqu’à présent», selon Bertone, numéro deux du Vatican. Il s’est déclaré confiant dans le résultat de cette démarche car «nous avons subi une lourde manipulation du texte». Le pape a présenté ses regrets, dimanche 17 septembre, au monde musulman. Il s’est déclaré «vivement attristé» par la vague d’indignations soulevée par l’une de ses citations sur l’islam et la violence. «Celle-ci n’exprime en aucune manière ma pensée personnelle», a-t-il précisé. Toutefois, Benoît XVI n’a pas présenté d’excuses formelles. Si les regrets du pape ont été salués par certaines organisations influentes comme la Confrérie des Frères musulmans d’Egypte, de nombreuses  voix dans le monde musulman continuent à les juger insuffisants. En effet, les propos du pape sur l’islam et le jihad ont continué, le 14 septembre, à susciter colère et indignation dans le monde musulman, en dépit des regrets publics de Benoît XVI. Ce dernier a de nouveau été sommé de s’excuser. Environ 500 manifestants ont brûlé l’effigie du souverain pontife à Bassorah en Irak et incendié des drapeaux américain et allemand. Tandis que des groupes irakiens liés à Al-Qaïda ont lancé des menaces contre l’Occident. La branche irakienne d’Al-Qaïda, qui chapeaute une alliance de groupes armés jihadistes, a juré «de poursuivre le jihad jusqu’à la défaite de l’Occident». Le pape doit «s’attendre à la défaite que vous voyez tous les jours en Irak, en Afghanistan et en Tchétchénie», a affirmé sur Internet le Conseil consultatif des moujahidine. Un autre groupe lié Al-Qaïda, «Ansar al-Sunna», menace également sur Internet les Occidentaux et en particulier l’Italie. Depuis vendredi 15 septembre, plusieurs actes de violence anticatholiques, notamment contre des églises, ont été commis. Parallèlement, des appels au calme ont également été lancés. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc