×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Déchets toxiques: L’Afrique devenue la poubelle du monde

Par L'Economiste | Edition N°:2365 Le 20/09/2006 | Partager

. Le traitement des déchets dans les pays industrialisés est particulièrement onéreuxDes produits toxiques déchargés à Abidjan, des fûts radioactifs en Somalie: l’Afrique est une destination privilégiée, car bon marché, des produits toxiques venant du monde entier en raison d’un cocktail explosif mêlant pauvreté, corruption et démocratie défaillante ou inexistante. «On nous parle de mondialisation, de village global mais nous, en Afrique, on a l’impression que la fosse septique de ce village, c’est bien l’Afrique», a déclaré un célèbre militant écologiste sénégalais, Haïdar El Ali, responsable d’un centre de plongée à Dakar. L’affaire des déchets toxiques déversés d’un bateau grec dans des décharges de la capitale économique ivoirienne (7 morts, 24 personnes hospitalisées, 37.000 consultations) n’est que la dernière en date d’une série qui a progressivement transformé le continent le plus pauvre du monde en poubelle. Il y a moins d’un an, en décembre 2005, le tsunami parti d’Indonésie et balayant tout l’océan Indien jusqu’aux côtes somaliennes avait endommagé des containers de produits très toxiques, entreposés sur la côte nord de la Somalie, plongée depuis 15 ans dans l’anarchie d’une guerre civile. A la suite de fuites de substances chimiques et radioactives, des maladies étaient apparues au sein des populations locales, selon le Programme de l’Onu pour l’environnement (PNUE). A la fin des années 80, des entreprises européennes se débarrassaient déjà à moindres frais de déchets contenant de l’uranium, du plomb, du mercure ou autres produits industriels. Le chaos dans lequel est plongé depuis 15 ans le pays n’a fait qu’accentuer le phénomène. En 1996, le Parlement européen avait officiellement demandé aux gouvernements du Royaume-Uni, de l’Italie et de l’Espagne de rapatrier les déchets toxiques exportés en Afrique du Sud par la multinationale Thor Chemicals Ltd. Il avait rappelé que «les centaines de tonnes de déchets de mercure toxique ont gravement nui à la santé de la population locale et provoqué d’importants dommages à l’environnement». Au Cameroun, quelque 5.600 litres de chlore avaient été abandonnés en 2005 dans un village de la banlieue de Douala, la capitale économique. Les autorités avaient tenté de dissoudre le chlore en mer mais l’opération avait viré au drame: un soldat tué et une dizaine de blessés lors d’une explosion accidentelle. Le traitement, ou l’abandon pur et simple, de déchets en Afrique est d’autant plus prisé que traiter les déchets dans les pays industrialisés est particulièrement onéreux. Selon l’organisation française de défense de l’environnement Robin des Bois, le traitement des déchets s’élève entre 300 à 500 euros le mètre cube en Europe. En Afrique, une telle opération revient de six à quinze fois moins chère, car il n’y a très souvent ni traitement proprement dit ni stockage. La Convention de Bâle, qui réglemente depuis 1989 le transport de déchets, a contribué à assainir le secteur, mais les trafics se poursuivent, l’affaire d’Abidjan n’étant que la partie émergée de l’iceberg.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc