×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Décharge d'Agadir: Une usine de compostage de 32 millions de DH qui ne fonctionne pas

    Par L'Economiste | Edition N°:467 Le 19/03/1999 | Partager

    De notre correspondante Malika ALAMI

    · Sa gestion sera bientôt confiée à une entreprise privée

    · Cinq sociétés ont été sélectionnées suite à un appel d'offres

    · La décharge déménagera à 22 km d'Agadir sur la route de Marrakech


    La délégation italienne(1), venue promouvoir à Agadir ses technologies environnementales, a constaté avec stupéfaction lors de sa visite, le 16 mars, à la décharge de la ville que l'usine de compostage ne fonctionnait pas.
    Construite depuis 1996, à la suite d'une étude conjointe de la DGCL (Direction Générale des Collectivités Locales) et de la société marseillaise, Canal de Provence, cette usine a coûté 32 millions de DH pour une capacité de production de 700 tonnes de compost par jour.
    "Nous n'avons pas les moyens pour gérer une usine de compostage", explique M. Mohamed Safi, ingénieur à la Division Technique de la Municipalité d'Agadir, présent à la décharge ce jour-là pour accompagner les visiteurs italiens.
    M. Safi a aussi ajouté que, pour ne pas compromettre l'avenir du compost d'Agadir, la Municipalité de la ville a décidé de confier la gestion de l'usine à une entreprise privée. "Le compost doit être de bonne qualité pour bien réussir sa commercialisation, c'est donc une société spécialisée qui doit être choisie pour rentabiliser cette usine", précise-t-il. De même, il explique qu'Agadir veut éviter les problèmes de Rabat, Casablanca, Fès, Marrakech et Meknès où les unités de compostage ne fonctionnent pas. En effet, celles-ci sont inadaptées aux déchets marocains qui ont la particularité d'avoir un taux d'humidité de plus de 70%, car 80% de nos poubelles sont de matières organiques.

    Une nouvelle décharge près d'Ameskroud


    Ainsi, pour résoudre la situation de l'unité de compostage d'Agadir, un appel d'offres international a été lancé et cinq entreprises sont pour l'instant sélectionnées.
    "L'entreprise choisie aura aussi la responsabilité de la décharge d'Agadir", déclare M. Safi. En effet, à l'instar de Casablanca, la Communauté Urbaine du Grand Agadir compte déléguer la gestion de sa décharge à une société privée.
    Jouxtant des agglomérations urbaines, particulièrement le Quartier Dakhla, l'actuelle décharge d'Agadir sera déplacée à 22 km d'Agadir sur la route de Marrakech. Selon M. Safi, le nouveau terrain, d'une superficie de 45 hectares, appartient au domaine des Eaux et Forêts. Sur ce site, la Communauté Urbaine compte installer une décharge contrôlée et améliorée. En effet, des casiers imperméabilisés y seront installés pour recevoir tous les déchets qui ne peuvent être compostés et tous les refus de compostage.
    Concernant la date de ce déménagement, M. Safi indique que la demande d'acquisition du terrain est à l'étude auprès de l'Administration des Eaux et Forêts.

    (1) Cf L'Economiste des 12 et 17 mars 1999.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc