×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

De nouveaux droits pour les passagers aériens

Par L'Economiste | Edition N°:1693 Le 28/01/2004 | Partager

. Sont concernés les annulations de vols, le refus d'embarquement et les retards La vice-présidente de la Commission européenne chargée des Transports et de l'Energie, Loyola de Palacio, s'est félicitée de l'adoption définitive par le Conseil et le Parlement européen de la proposition de règlement visant à sauvegarder les droits des passagers aériens qui sont victimes d'un refus d'embarquement, d'une annulation de vol ou d'un retard important. Bien qu'ils aient acheté un billet et réservé leur place, ils sont obligés de prendre le vol prochain en raison de la surréservation du vol initial. Ces refus d'embarquement sont une source de désagréments importants et une perte de temps pour les passagers. Tout aussi désagréables sont les annulations sans avertissement et les retards qui retiennent les passagers pendant des heures dans les aéroports. “L'action en faveur des droits des passagers est une des initiatives majeures de cette commission pour placer les citoyens au cœur des politiques européennes” a déclaré de Palacio. Et de rajouter: “ Trop souvent, les passagers aériens sont victimes de pratiques qui exigent qu'ils reçoivent une attention équitable et l'indemnisation adéquate”. Le règlement devrait entrer en vigueur dans les prochaines semaines et les nouveaux droits s'appliqueront à partir de 2005. Ainsi, la Commission européenne veillera à ce que les passagers soient informés de leurs nouveaux droits et que toute l'information nécessaire soit donnée dans les aéroports. Chaque année, environ 250.000 passagers aériens sont désagréablement surpris lorsqu'ils se présentent à l'enregistrement dans les aéroports européens. Le nouveau règlement remplacera le texte existant, qui date de 1991 et qui apparaît insuffisant. En effet, il ne semble pas avoir réussi à dissuader les compagnies aériennes de refuser des embarquements. En outre, il ne s'appliquait aux annulations pour des raisons commerciales ni aux retards importants, mais aussi aux vols non réguliers affrétés par des organisateurs de voyage.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc