×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Daimler-Benz veut réduire ses coûts de production

    Par L'Economiste | Edition N°:75 Le 15/04/1993 | Partager

    Daimler-Benz, le premier groupe industriel allemand, ne sortira pas du rouge cette année. Au cours du premier trimestre 1993, ses ventes ont enregistré une baisse de 25% par rapport à la même période de 1992. L'érosion des résultats, entamée depuis 1986, doit globalement atteindre 25 à 30%, selon des prévisions. En 1992 déjà, la firme allemande avait accusé une chute de 25% de son bénéfice net consolidé, à 1,45 milliard de Marks pour un chiffre d'affaires de 98,5 milliards, en hausse de 2%. Ces contre-performances résultent essentiellement des difficultés rencontrées dans les activités poids lourds et automobiles de Daimler-Benz. A la récession économique, sont venus se greffer des coûts de production jugés excessifs, notamment dans les usines Mercedes, la filiale automobile. Pour pallier cette situation, le président de Daimler-Benz, M. Edzard Reuter, a décidé de supprimer 14.700 emplois supplémentaires cette année. dont 7.000 chez Mercedes. L'année dernière, le groupe avait réduit ses effectifs de 18.000 personnes.

    Toujours dans l'objectif de comprimer ses coûts, le numéro un allemand vient d'introduire une nouvelle organisation du travail. Il espère ainsi obtenir une baisse des coûts de 30% environ par an. Dans le même esprit, vingt-cinq journées de chômage technique, devant ramener la production de véhicules de tourisme à 486.000 cette année contre 527.500 en 1992, sont programmées. La production de véhicules industriels sera ramenée, elle, à 248.000 unités, soit une baisse de 30.000 unités par rapport à l'année précédente. En dépit de cette situation, M. Reuter se dit prêt à poursuivre sa stratégie de diversification et de mondialisation. Pour sa diversification, la firme allemande entend "bâtir un groupe de technologies intégrées, alliant la construction de véhicules à l'aéronautique, aux chemins de fer et aux prestations de .services".

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc