×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Dacia/Renault: Le patronat augmente son offre

Par L'Economiste | Edition N°:2753 Le 10/04/2008 | Partager

. Les grévistes refusent et poursuivent leur mouvement. Collectes en France pour les soutenir Au 17e jour de grève, les ouvriers de l’usine Dacia (groupe Renault) ont rejeté mercredi 9 avril la dernière offre de la direction et sont déterminés à poursuivre leur action par un rassemblement jeudi, quelle que soit la décision de justice sur la légalité de leur mouvement. L’administration de l’usine roumaine de Dacia a annoncé mardi dernier avoir augmenté sa proposition de hausse salariale, afin de tenter de mettre un terme à la grève entamée par les employés le 24 mars. Selon cette proposition, «les ouvriers de Dacia bénéficieront d’une augmentation du salaire mensuel brut de 210 lei (environ 57 euros), dès le 1er janvier 2008, et encore de 90 lei (24 euros), à partir du 1er septembre 2008», a indiqué le patronat. «A cela s’ajoute une prime de résultat sur 2007, de 1.128 lei bruts (300 euros), qui sera accordée en tranches mensuelles de 94 lei bruts, à partir du 1er janvier 2008», selon la même source. Le syndicat a de son côté annoncé avoir «pris acte de cette nouvelle offre». Les employés de Dacia réclament une hausse mensuelle des salaires de 550 lei (environ 148 euros), ce qui porterait le salaire mensuel moyen brut à environ 435 euros contre 285 euros actuellement. L’administration avait initialement proposé une hausse de 144 lei, en sus de différentes primes, ce qui aboutirait à une augmentation de 12% du salaire brut moyen et de 18% du salaire minimum, avant de faire passer cette offre à 250 lei brut par mois.Par ailleurs, un élu CGT et un élu CFDT du comité du groupe Renault France devait se rendre hier soir en Roumanie pour soutenir les salariés de Dacia en grève et leur remettre le produit de la collecte de solidarité organisée en France, a indiqué la CGT. Ces élus «participeront au meeting des travailleurs de Dacia» jeudi 10 avril, a ajouté la fédération CGT des travailleurs de la métallurgie dans un communiqué.Des «collectes de solidarité» ont eu lieu notamment auprès des salariés des usines de Cléon et Sandouville (Seine-Maritime) et du centre technique du Lardy (Essonne). La CGT de Peugeot Mulhouse a tenu aussi mercredi une collecte afin d’»opposer une solidarité ouvrière internationale pour briser l’isolement dans lequel les patrons de l’automobile veulent plonger les salariés». Les premières collectes, qui s’élèvent à plusieurs milliers d’euros, seront remises au syndicat de Dacia, a précisé la CGT.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc