×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Cuir: Tanneries Chiadma investit 5 millions de Dirhams

    Par L'Economiste | Edition N°:70 Le 11/03/1993 | Partager

    Tanneries Chiadma, société spécialisée dans la transformation de peaux en cuir, vient d'augmenter son capital social de 5 millions de Dirhams. Cette somme a servi au financement de machines pour travailler le nubuck et le daim plus demandés par le marché de la mode.

    En exercice depuis 1991, la société Tanneries Chiadma a porté son capital social de 5 à 10 millions de Dirhams en novembre 1992. Une grande partie des 5 millions de Dirhams a été investie dans du matériel de traitement de deux variétés de cuir: le nubuck et le daim très en vogue.
    Cette augmentation, par incorporation de comptes-courants associés, ne devait avoir lieu que début 1993. Un des dirigeants explique: "Il a fallu y procéder un peu plus tôt afin de commencer à commercialiser ces deux variétés plus demandées que le cuir destiné à l'industrie du vêtement".
    Le parc machines de la société est actuellement composé de 35 machines de production et de finissage. La totalité de l'investissement en machines est désormais évaluée à 8,5 millions de Dirhams.
    La capacité de production actuelle tant pour la tannerie que pour la mégisserie est d'environ 12,5 millions de pieds carrés par an.
    Pour l'instant, la société ne fonctionne qu'à moitié de cette capacité. Les raisons sont essentiellement la forte concurrence et le manque de liquidités.
    Par ailleurs, les prix des peaux brutes ont sensiblement baissé et les peaux de qualité se font rares. Est en cause l'état du cheptel. Les bêtes sont trop maigres, les peaux malades et exigent des traitements de plus en plus élaborés.
    La peau brute de mouton, dont le prix était de l'ordre de 110 Dirhams, est actuellement fournie par les abattoirs à 60 Dirhams. Le prix de la peau de chèvre a également baissé de moitié pour avoisiner les 15 à 20 Dirhams la peau.
    Quant aux peaux de bovins, elles sont vendues par les abattoirs aux environs de 200 Dirhams l'unité. Ces prix varient selon la région. Celles où l'on trouve encore des peaux brutes de qualité sont celles du Nord et de l'Oriental notamment.
    Une fois transformé, le cuir est écoulé sur le marché local à un prix moyen de 20 Dirhams le pied carré. Le nubuck est commercialisé à 24-25 Dirhams. Le daim est vendu entre 17 et 19 Dirhams, le cuir de mouton à 20, 22 et 23 Dirhams selon la qualité.
    Tanneries Chiadma écoule actuellement 80% de sa production sur le marché local.
    L'export reste plus intéressant de l'avis des dirigeants. Aussi, ces derniers se sont fixé comme objectif d'écouler 70% de leur production sur les marchés européens et maghrébins. En Europe, l'Italie est un marché particulièrement demandeur. Il semblerait que plusieurs usines italiennes se soient installées en Tunisie. Parmi les pays de l'UMA, la Tunisie dispose d'un marché touristique très développé et son industrie du cuir en importe. C'est particulièrement ce marché qui est visé par la société Tanneries Chiadma.

    N. H.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc