×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Croissance: Agriculture et télécoms sauvent la mise

    Par L'Economiste | Edition N°:2872 Le 02/10/2008 | Partager

    . Un taux de croissance de 6,5% au 2e trimestre. Les activités minières et touristiques s’inscrivent à la baisseUn taux de croissance de 6,5%! Un saut qualitatif si on le compare à celui réalisé par l’activité économique au 2e trimestre de 2007. C’est du moins ce que révèle la dernière note d’information sur les comptes nationaux du Haut Commissariat au Plan (HCP). «Cette croissance est le résultat de la hausse en volume de 11,2% de la valeur ajoutée agricole contre une baisse de 21,6%», déduisent les services du HCP. Quant à la valeur ajoutée non agricole, elle a augmenté de 5,8% au terme du 2e trimestre au lieu de 6,1% à la même période de l’an dernier. Mises à part les activités mines et celle des hôtels & restaurants qui s’inscrivent à la baisse, tous les secteurs affichent une croissance.En revanche, n’eût été la hausse significative enregistrée respectivement dans l’agriculture et les télécoms (11,2% et 13,6%), l’activité économique du deuxième trimestre aurait été somme toute dans une mauvaise posture. Situons aussi la conjoncture dans un contexte mondial marqué par une morosité économique, un ralentissement de la croissance et du pouvoir d’achat dans la zone euro, une grande instabilité dans les marchés financiers européen et américain ainsi que des tensions qui pèsent lourdement sur les marchés des matières premières et du brut. A coup sûr, l’économie marocaine a été quelque part affectée par la décélération du commerce international et le climat d’incertitudes ayant touché le secteur financier américain. Mais difficile de le prouver ou du moins en mesurer le degré d’incidence, pour le moment! Ceci étant, les industries manufacturières ont affiché une augmentation de 4,3% au 2e trimestre au lieu de 4,4% à la même période de l’année dernière. Par ailleurs, le BTP, justement, a vu son rythme de croissance s’établir à 10,6% contre 14,1% pour le deuxième trimestre. Côté commerce, en dépit du renchérissement des coûts des intrants et du ralentissement à l’export, l’élan de croissance de ce secteur a atteint 5,3% contre 2,2% à la même période en 2007. Par ailleurs, les services rendus aux entreprises et autres services personnels ont crû de 6,2%. L’activité minière a par contre connu une baisse de 1,8% contre une hausse de 10,1%. Ce qui s’explique en partie par la baisse relative qu’aura connue la production minière à cette période de l’année. En même temps, les activités de raffinage de pétrole ont quasiment stagné. Mais curieusement, les hôtels et restaurants s’inscrivent aussi à la baisse (1,7%). Celle de l’hôtellerie se justifie par l’évolution relevée dans les statistiques des nuitées et les dépenses touristiques telles que relayées par l’Office des changes (3%). Un paradoxe nuitées/arrivées que les professionnels du tourisme expliquent par de nouvelles tendances du tourisme: évolution vers les courts séjours et la concurrence de l’informel (riads, résidence chez l’habitant, hôtels non classés…). Sur un autre registre, le secteur des Postes et télécommunications reste assez régulier. Il affiche une hausse significative de 13,6% contre 10,5%. ❏


    PIB

    Pour le Haut Commissariat au Plan, «à prix courants, le PIB a marqué une augmentation de 10,8%» comparé à la même période de l’année dernière. Soit une hausse du niveau général des prix de 4,3%. Par ailleurs, les services rendus par l’administration publique et sécurité sociale ont marqué une hausse de 6,3% au lieu de 2,4%. Les services de l’éducation, de la santé et de l’action sociale enregistrent 5,3% contre 7,9%. Quant aux activités financières, elles ont maintenu leur rythme de croissance, passant de 18 à 19,4%. A. R.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc