×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Croisières cherchent ports à la hauteur

Par L'Economiste | Edition N°:2651 Le 14/11/2007 | Partager

. 300.000 croisiéristes ont visité le Maroc en 2006. Le potentiel existe, mais l’infrastructure fait défaut. Trois navires faisaient escale lundi à CasablancaDes bateaux de luxe débarquant leur flot de touristes dans un port de marchandises… Image ordinaire à Casablanca, qui ne possède pas de port de croisière. Lundi 12 novembre, 2.300 croisiéristes, américains et européens principalement, quittaient le Norwegian Gem et foulaient le terminal des agrumes à la recherche d’un taxi pour les guider jusqu’au centre-ville. Un terminal plus loin, même scène: plus de 2.000 passagers se pressent sur les passerelles du Costa Romantica et du Prinsedam. Mesurant tous deux plus de 200 mètres, ils occupent le terminal sur toute sa longueur. Plus de place pour les bateaux de marchandises.De toute façon, ces impressionnants bâtiments de croisière ne resteront qu’un jour, durée maximale d’accostage dans toutes les villes du Maroc pour ne pas gêner les livraisons et chargements de marchandises. En effet, «aucune des villes portuaires n’est dotée de tête d’embarquement. Il faudrait aménager des ports de croisière et des hôtels cinq étoiles à proximité pour que paquebots et passagers puissent rester plusieurs jours», explique Pierre Ruelle, armateur pour l’agence maritime Lasry Maroc. Filiale du groupe français Worms, Lasry Maroc organise les escales marocaines des plus grands armateurs de croisière. Elle gère plus de 80% du marché de la croisière au Maroc, ce qui fait d’elle un bon poste d’observation.«300.000 croisiéristes ont visité le Maroc l’an dernier», poursuit-il. Peu au regard des millions de visiteurs qu’accueille le pays chaque année, mais «les croisières sont de plus en plus demandées», poursuit l’armateur. «En 2007, Lasry Maroc aura organisé 92 escales à Casablanca, contre 86 l’an dernier. En tout, environ 120 escales auront été effectuées dans la capitale économique cette année», précise Pierre Ruelle. En attendant que la ville se dote d’une tête d’embarquement, les croisiéristes n’auront qu’un jour pour visiter la ville. «Un peu court, mais cela nous permet de découvrir d’autres villes, presque chaque jour un lieu nouveau», sourit Mme Peters, passagère canadienne du Norwegian Gem. D’autres villes, comme Agadir, prochaine étape.


Le Norwegian Gem

Le Norwegian Gem, bateau de luxe américain construit il y seulement quatre mois en Allemagne, accostait pour la première fois à Casablanca lundi. Un paquebot impressionnant, mesurant 294 mètres, équipé de terrains de tennis, basket, golf, piscine, magasins, théâtre, night-clubs, bars, restaurants, galerie d’art… Il dispose de 25 types de chambres pouvant accueillir 3.200 passagers. Les plus grandes: des suites de 300 m2! Les croisières ont beau s’être démocratisées, selon l’armateur, la moyenne d’âge pour cette croisière est de 60 ans… Le Norwegian Gem aurait dû s’arrêter à Casablanca le 31 octobre. «Au moment où le RCCL, opérateur de croisière, a décidé d’interdire toutes les escales dans cette ville à cause de l’alerte sécurité de niveau 2», explique Pierre Ruelle. L’alerte sécurité n’a pas changé: elle est toujours de niveau 2, mais cette fois, le Norwegian Gem a fait escale, escorté par des patrouilles de police sur l’eau, puis à quai, comme l’exige la procédure. «On ne peut monter à bord sans l’autorisation du capitaine», que personne n’a obtenue, pas même l’agent récepteur. Cécile RUBICHON

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc