×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Crise ou pas, Jet4you maintiendra son plan de vol

Par L'Economiste | Edition N°:3052 Le 23/06/2009 | Partager

. En temps de crise, les low-costs «piquent» des clients aux majors. Les MRE ont multiplié la fréquence de séjours au Maroc«La baisse du tourisme européen ne nous impacte pas et elle n’affectera pas notre plan de développement». Fraîchement nommé à la présidence du directoire de Jet4you, Karim Baina affirme maintenir le cap en s’appuyant sur un marché local en forte expansion et la confiance de la maison mère, TUI, qui parie plus que jamais sur le Maroc. - L’Economiste: La baisse des flux touristiques a-t-elle une incidence sur votre activité?-Karim Baina: Contrairement aux compagnies charter dont la clientèle est principalement constituée de touristes étrangers, Jet4you transporte une clientèle variée: touristes européens, Marocains résidents à l’étranger et clientèle locale voyageant en Europe. Donc la baisse des touristes en provenance d’Europe, qui est certes un marché émetteur important pour le tourisme, n’affecte pas notre activité dont le segment principal est le MRE qui continue à voyager vers le Maroc encore plus fréquemment que par le passé grâce aux low-costs. De plus, la crise économique a contracté le pouvoir d’achat engendrant un transfert de clientèle des compagnies traditionnelles vers les compagnies low-cost.- Si la crise devait perdurer, comptez-vous apporter des ajustements à votre plan de développement? - Jusque-là, nous avons été conformes au business plan initial, nous n’avons pas eu à apporter d’ajustement à notre plan de développement de la flotte. Ceci prouve que notre modèle fonctionne. En revanche, nous surveillons l’activité de plus près et pouvons aménager notre programme durant des saisons très basses. En cette période de baisse d’activité, notre objectif est d’épouser au mieux la courbe de la demande et éviter ainsi une sur-offre qui n’apportera aucune valeur ajoutée au marché. Ceci étant, si la crise devait perdurer, nous ralentirions éventuellement les ouvertures de nouvelles lignes mais en les reportant simplement et adapterions en conséquence notre offre.- Dans quel état financier se trouve Jet4you? Il se raconte que sa situation serait fragile.- Pas du tout. Jet4you se porte bien, notre situation est parfaitement en ligne avec notre business plan. Le plan de développement 2009 avec l’arrivée de deux nouveaux Boeing 737-800 de nouvelle génération, prouve une fois de plus la confiance du groupe TUI dans la compagnie et dans le marché marocain. - Pour bien des personnes, l’image de Jet4you est associée aux retards récurrents de ses vols. La ponctualité est-elle toujours votre maillon faible?- Il est vrai que dans le passé, notre flotte réduite travaillant en flux tendu pouvait entraîner des retards qui ont causé des désagréments à nos clients. Je profite de cette occasion pour présenter les excuses de la compagnie à notre clientèle ayant subi des désagréments dans le passé. Mais en même temps, cela prouve le succès du modèle et l’évolution du trafic passager a connu un net rebond avec l’arrivée de Jet4you. Pour rappel, sur certaines routes aériennes, le nombre de passagers a augmenté de plus de 50% alors qu’il se situait auparavant autour de 5%. Nous avons réellement démocratisé le transport aérien. Ces soucis d’exploitation sont inhérents à l’aérien notamment avec une petite flotte. Mais depuis le début de cette année, ces désagréments font partie du passé. Aujourd’hui, avec le renforcement de la flotte avec 7 machines de dernière génération, nous atteignons une taille critique et sommes donc dans une position plus confortable pour offrir une excellente qualité de service à notre clientèle. A titre d’exemple, nous enregistrons des taux de ponctualité très satisfaisants depuis plusieurs mois. Sur Casablanca par exemple, il est de 82%; à Milan, 73% et 88% à Genève. Nous ne devons pas nous arrêter à ces premiers résultats satisfaisants mais offrir quotidiennement plus de qualité de service. - Quelle appréciation faites-vous de la compétitivité de l’aéroport Mohamed V? - Le nouveau terminal a permis de donner une véritable bouffée d’oxygène à cette plateforme et améliorer la qualité de service aux passagers. Sur ce sujet, nous travaillons en étroite collaboration avec la direction générale de l’ONDA pour étudier les axes d’amélioration de la qualité de service notamment dans le domaine de la ponctualité car celle-ci dépend de plusieurs paramètres exogènes à la compagnie tels que la plateforme aéroportuaire et ses acteurs. Sur ce point précis, je suggérerais une meilleure communication au niveau opérationnel entre les opérateurs et la mise en place d’un système de monitoring.Au niveau de la compétitivité, cet aéroport ne rentre pas dans les grandes mesures d’incentive comme Marrakech ou Agadir. Un des points d’amélioration serait l’accessibilité de l’aéroport à la ville et inversement. En effet, les moyens de connexion et de transport vers la ville de Casablanca (train/bus/taxi) ne sont pas coordonnés et adaptés, et ce aussi bien en termes de fréquences que de prix. A Madrid par exemple, le trajet en métro entre l’aéroport et le centre de la ville coûte 1 euro.Propos recueillis par Abashi SHAMAMBA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc