×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Crise financière… nuances et incertitudes: Que doit faire le Maroc?
Par Adil Hajji

Par L'Economiste | Edition N°:2913 Le 02/12/2008 | Partager

Economiste de formation et titulaire d’un MBA, Adil Hajji, après un premier contact avec le monde de la Finance aux Etats-Unis, travaille actuellement au sein d’une grande banque de la placeLa crise financière a donné lieu à de nombreuses réactions. Par exemple, le président français exige que des membres influents de la finance internationale «rendent des comptes», et le candidat républicain à la présidence américaine menaçait de «nettoyer» les couloirs de Wall Street et de Washington. Les mots sont durs. Il est vrai que l’heure est grave puisqu’il semble que cette crise financière soit aussi profonde que celle de 1929. Beaucoup attribuent la crise à l’effondrement du prix de l’immobilier américain couplé à l’incapacité des banquiers à apprécier le risque de crédit des acquéreurs de biens immobiliers. Soyons plus nuancés. L’effondrement du prix de l’immobilier américain est une conséquence et non une cause. Le vrai coupable est la remontée des taux d’intérêt américain ou la stabilisation pendant une période importante de ces taux à des niveaux anormalement bas d’autant plus que l’histoire montre que la tendance inflationniste des économies de marché n’est pas une exception mais probablement la règle. Sachant cela, pourquoi l’ancien puissant président de la Fed, Alan Greenspan, a-t-il toléré des taux d’intérêt anormalement bas? S’il s’était trompé? S’il avait considéré à tort un nouveau paradigme économique qui dirait que l’impact de la mondialisation sur les prix compense la tendance naturelle à l’inflation des économies de marché dont les Etats-Unis sont le plus illustre représentant? Contrairement à la Banque centrale européenne, la Fed a comme objectifs, en sus de la stabilité monétaire, la croissance et l’emploi. Il est possible alors que pour masquer les échecs militaires en Irak et en Afghanistan, il eut fallu au moins à cette administration une réussite économique, domaine aussi important pour les Américains que le patriotisme. Malheureusement, il semble que ce surcroît de croissance économique n’était qu’artificiel. La Fed a peut-être alors subi des pressions de la part de l’administration Bush. Greenspan en est accusé, mais il s’en défend.Tant bien même que nous supposions que la Fed n’ait pas subi de pression (hypothèse la plus probable), les gouvernements occidentaux et en particulier le gouvernement américain ont probablement sous-estimé l’ampleur de la crise au nom du sacro-saint libéralisme et ils ont assumé dès le départ certains dommages collatéraux qu’ils pensaient surmontables dont entre autres la faillite de Lehmann Brothers: «que chacun assume les conséquences de ses actes, les pures banques d’investissement ne seront pas épargnées par une faillite si elles ont pris de mauvaises décisions en termes de gestion de risque ou d’investissement». Aussi, en sus des ménages moyens, aux yeux des nombreux gouvernements souvent libéraux, les banquiers et financiers sont devenus de facto des boucs émissaires salvateurs alors que la responsabilité première incombait peut-être à une politique monétaire trop accommodante. Le débat reste ouvert. Pour une partie des opérateurs de marché, l’évolution de certains prix de marché était intrigante, pour d’autres, souvent les moins expérimentés, c’est l’économie qui avait changé: montée en force de nouvelles puissances économiques (les «BRIC»: Brésil, Russie, Inde et Chine), plus grande accessibilité à l’information (Internet, mobile phone), montée en force des services, mondialisation des entreprises,…Il était clair cependant que même si de nouvelles forces s’étaient mises en place, certains mouvements des prix de marché s’étaient probablement déconnectés de la réalité économique puisque les modifications structurelles supposées de l’économie mondiale ont des effets continus et non brutaux sur les prix (processus de convergence vers l’équilibre).Pour exemple, le prix du pétrole passa en quelques mois de 60 à 100 dollars le baril puis à 150 dollars et il était expliqué par de nombreux économistes par l’augmentation de la consommation de pays comme la Chine, puisque les troubles géopolitiques (Irak, Venezuela,…) n’ont le plus souvent qu’un impact conjoncturel. Force est de constater en analysant les données de ces pays que la consommation de pétrole dans les BRIC n’a jamais varié d’autant. Autre exemple, la surprenante remontée de l’euro contre le dollar US (un mouvement brutal qui a fait passé le cours de 1,20 en 2007 à 1,60 en 2008 sachant que quelques années plus tôt et pendant 3 ans ce cours de change avait de la peine à franchir la parité, soit 1 euro = 1 dollar). La plupart des économistes expliquait le récent mouvement brutal de l’euro contre le dollar par une «prise de conscience» de l’ampleur des twin déficits américains (budgétaire et commercial), mais ces derniers ont quasiment (à une exception près pour le déficit budgétaire) toujours existé. Pourquoi s’en soucier maintenant? Idem pour les dérivés de crédit, la baisse des taux d’intérêt américains puis par contagion des taux mondiaux ont poussé les principales banques d’investissement à redoubler d’effort d’ingénierie pour vendre des produits risqués mais ayant un rating global accessible pour bon nombre d’investisseurs. D’autre part, les spreads de crédit, et en particulier les spreads des CDS (credit default swap) ont commencé à fondre comme neige puisque le niveau bas et durable des taux d’intérêt poussaient les investisseurs dont certaines banques à prendre des risques de crédit supplémentaires sur leur placement pour bénéficier d’un taux bonifié. Ainsi, à titre d’illustration, le spread des pays émergents (autrement dit le spread de crédit représentatif du risque lié à un panier représentatif de pays émergents) était de plus de 1.000 points de base courant 2003 pour toucher un niveau de moins de 200 points de base en 2007. Tôt ou tard le système devait lâcher. Une distorsion de prix liée à une politique monétaire américaine non adaptée a probablement conduit à des déséquilibres. L’être humain a la mémoire courte et il a aussi tendance à être court-termiste dans sa vision du futur. La mémoire courte car l’histoire économique est rythmée par les cycles économiques qu’ils soient longs ou courts (Juglar, Kondratiev,…). Autrement dit, les distorsions économiques ne perdurent pas même si des modifications structurelles importantes touchent l’économie. Court-termiste dans le sens où l’être humain doit gérer sa survie immédiate: le trader doit réaliser son objectif annuel pour encaisser son bonus, le commercial ou sales doit vendre à court terme et remplir les bons de commandes, le président d’une banque doit rendre des comptes lors du prochain conseil d’administration. Keynes disait bien «à long terme, nous serons tous morts».


Les quatre leçons du Maroc
L'analyse du déroulement de la crise et de ses conséquences permet de tirer quelques leçons et constats pour le Maroc. 1- Le Maroc demeure pour l’instant épargné sur le plan financierDans la mesure où l’intégration du Maroc dans la sphère financière internationale est marginale, le Maroc ne sera pas directement impacté par cette crise. Le premier risque à court terme est lié à une défaillance des contreparties bancaires étrangères auprès desquelles les banques marocaines et la banque centrale ont effectué des dépôts en devises. Les autorités de tutelle ont déjà précisé à ce sujet que le secteur bancaire marocain n’a pas subi de pertes. Le deuxième risque concerne la hausse du coût de financement en devises pour les opérateurs locaux (ces financements sont à l’heure actuel peu importants). A moyen terme, le risque est plutôt lié à la situation économique en Europe qui demeure notre principal partenaire. Si la conjoncture économique européenne venait à se dégrader sérieusement: le niveau de nos exportations, les transferts de la diaspora, les revenus du tourisme et une partie des IDE seraient affectés. D’un autre côté, la baisse du prix des matières premières dont le pétrole et le blé devraient compenser du moins en partie ce risque. 2- Renforcer les compétences locales sur les marchés des capitauxIl est temps que les opérateurs de marché au Maroc soit certifiés et disposent de qualifications reconnues par leurs pairs et ce, selon les plus haut standards internationaux. Ces certifications doivent concerner autant les institutionnels (banques, assureurs, caisses de retraite,…) que les autorités de régulation. Des efforts importants restent à faire sur ce plan-là, pour s’assurer du respect de la déontologie, de la compréhension des risques et de la capacité des banques à accompagner leur clientèle. Certaines grandes banques de la place ont déjà entamé un processus de certification des activités ou des personnes.3- Mieux connaître les liens du Maroc avec le reste du mondeDans de nombreux pays, il existe une multitude d’entité de recherche économique, privée ou publique. Les banques ont développé des cellules de recherche performantes et relativement indépendantes. Ces entités effectuent des travaux de recherche et d’analyse pour faciliter le processus de décision au sein des grandes entreprises. Les banques marocaines devraient suivre ce modèle et développer davantage leurs entités de recherche économique de manière à mieux cerner le fonctionnement de l’économie marocaine dans un contexte de globalisation. La seule recherche de qualité disponible pertinente aujourd’hui est celle réalisée par ou en association avec certains ministères du Royaume, les consultations périodiques du FMI et la recherche réalisée par des cabinets ou banques internationales… Les grandes banques marocaines devraient prendre le relais en constituant en leur sein une expertise économique: elles sont aujourd’hui en train de s’ouvrir sur l’international et elles peuvent de par leur capacité rendre l’analyse et la recherche économique plus accessibles et surtout plus adaptées aux besoins de nombreux opérateurs économiques dans leur prise de décision.4- Continuer la libéralisation du dirhamCertains considèrent que le Maroc n’a pas été touché directement par la crise parce que le dirham n’est pas convertible: le régime de change a permis de limiter notre exposition auprès des banques internationales. Méfions-nous des conclusions hâtives! Le coût économique pour le Maroc de l’iné-efficacité de son système financier est probablement plus important que les risques liés à une exposition sur le subprime. Et ce d’autant plus que nos principales banques demeurent des banques à réseau. Il serait dangereux pour notre économie (le développement de la sphère réelle de l’économie va de pair avec le développement de la sphère financière de l’économie) de voir certaines grandes banques prendre peur pour l’avenir et renoncer à leurs ambitions au niveau des activités de marché. Les entreprises marocaines et les investisseurs étrangers au Maroc auront plus que jamais besoins d’outils de gestion des risques de marchés dans une économie de plus en plus globalisée et donc compétitive. Les banques marocaines devront être en mesure de répondre à ce besoin. Enfin, il ne faudrait pas oublier que le Maroc nourrit également l’ambition légitime de devenir un hub financier en Afrique du Nord, le danger serait alors de céder notre leadership régional actuel à d’autres pays ayant la même ambition…

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc