×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Crédor: L'émission de BSF souscrite 2,68 fois

Par L'Economiste | Edition N°:643 Le 22/11/1999 | Partager



· Le montant total des offres s'est établi à 1,07 milliard de DH, alors que la taille du programme d'émission était de 400 millions de DH
· Pour la première fois au Maroc, une technique d'adjudication est utilisée pour une émission de dette privée


Opération réussie. L'émission de BSF (Bons de Sociétés de Financement) de Crédor a été souscrite 3,57 fois par rapport au montant de la première tranche, soit 300 millions de DH et de 2,68 fois par rapport au plafond du programme fixé à 400 millions. Le montant total des offres s'est ainsi élevé à 1.072.250.000 DH. Il est réparti comme suit: 677 millions pour la maturité de 3 ans et 395,25 millions pour celle de 5 ans contre une demande de 256 millions et de 144 millions respectivement. Le taux de satisfaction de la demande s'est ainsi établi à 37,81% pour la première maturité et à 36,43% pour la seconde.
Par catégorie de souscripteurs retenus, les OPCVM arrivent en tête avec 53,88%. Ils sont suivis des assurances et des banques avec 27,63 et 18,5% respectivement.
La particularité de cette émission réside dans la méthode même utilisée en coordination entre Crédor et Casablanca Finance Markets, chef de file de l'émission, domiciliataire et centralisateur de l'opération. La méthode dite d'adjudication "à la hollandaise" régulièrement utilisée par le Trésor dans ses levées hebdomadaires en bons du Trésor est pratiquée pour la première fois en émission de dette privée. Elle consiste à privilégier les offres dont les taux sont les plus faibles. Celles-ci sont servies en premier, celles de niveau supérieur le sont ensuite jusqu'à épuisement du montant requis par l'émetteur. Et plus le taux augmente, moins l'investisseur a la possibilité de souscrire. Mais pour rester dans une logique de marché, l'organisme-conseil préétablit auparavant une fourchette de taux pour chacune des deux maturités. En l'absence de rating, cette fourchette de taux prend en compte plusieurs éléments: l'appréciation de l'élément risque lié à l'émetteur à travers un sondage auprès des investisseurs potentiels, l'évolution du marché (contexte baissier des taux),... "En recourant pour la première fois à un système d'adjudication, l'offre de l'émetteur a été alignée sur la demande des souscripteurs, laissant ainsi au marché le soin d'évaluer sa signature", explique Casablanca Finance Markets.
Le taux limite retenu ressort à 6,3% pour la maturité de 3 ans et de 6,46% pour celle de 5 ans. Quant au taux moyen pondéré des offres, il se situe à 6,24% pour la première et 6,46% pour la seconde.

Yousra MAHFOUD

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc