×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Crédits à l'économie: Plus 9,5% en un an

    Par L'Economiste | Edition N°:591 Le 09/09/1999 | Partager

    · Le niveau des avoirs en DTS a explosé par rapport à la fin de l'année dernière

    · Boom sur les crédits à l'équipement et croissance de la consommation


    Les crédits à l'économie consentis par les banques au terme du mois de juin se sont accrus par rapport au mois précédent. Ils se sont ainsi appréciés de 2,6% à 182,357 milliards de DH. C'est en tout cas ce qui ressort des chiffres de Bank Al-Maghrib au titre du mois de juin 1999, les derniers disponibles.
    L'accroissement de ces crédits résulte principalement du court terme. En effet, ce dernier a grimpé de 3,97% à 78,234 milliards de DH par rapport au mois précédent et de 3,27% depuis la fin de l'année dernière. Cette croissance est due notamment aux crédits directs à la consommation et ceux à l'équipement qui ont progressé respectivement de 3,95 et 24,52% par rapport au mois de mai. Rappelons qu'en début d'année, les crédits à court terme avaient enregistré un recul de 1,70%.
    Les crédits à moyen terme, eux, se sont appréciés de 2,8% à 32,974 milliards de DH par rapport au mois précédent et de 5,36% depuis la fin de l'année. Soulignons au passage que les crédits à moyen terme avaient connu une régression de 2,33% en début d'année.
    La hausse enregistrée par le moyen terme s'explique principalement par l'évolution des crédits à l'équipement qui ont augmenté de 5,49% en comparaison avec le mois de mai. Ont également participé à cette croissance les crédits à l'habitat (+0,66%) et les crédits directs à la consommation (+3,19%).

    Les crédits à long terme, quant à eux, ont connu une évolution moins importante, ne dépassant guère 0,81% par rapport au mois de mai. Ont été à l'origine de cette croissance, aussi faible soit-elle, les crédits à l'équipement (+2,78%) et les crédits à l'habitat (+2,62%).
    De toute manière, les concours à l'économie, qui se sont accrus de 9,5% en année glissante et de 3,7% depuis la fin de l'année dernière, ont participé dans une large mesure à la croissance de la masse monétaire. Celle-ci a grimpé de 2,2% depuis le mois de mai à 255,29 milliards de DH. Notons que la masse monétaire a grimpé de 4,2% depuis la fin de l'année et de 7,8% en année glissante.
    L'accroissement de la masse monétaire s'explique également par la progression des avoirs extérieurs nets, lesquels ont progressé de 6,2% par rapport au mois de mai à 47,67 milliards de DH. Plus de 99% de ces avoirs proviennent de Bank Al-Maghrib. Le niveau des avoirs en devises convertibles a augmenté de 8,46% par rapport au mois précédent à 44,07 milliards de DH et de 9,07% depuis décembre dernier où ils n'étaient que de 40,40 milliards de DH.
    En revanche, les avoirs en DTS ont reculé de 3,35% en comparaison avec le mois de mai en passant à 663 millions de DH au lieu de 686 millions. Ce recul est due notamment au remboursement des échéances du prêt accordé par le FMA (Fonds Monétaire Arabe). A rappeler que le nombre d'avoirs en DTS s'était épuisé en décembre dernier en passant à 30 millions de DH seulement. "Cette situation s'explique par le remboursement des commissions semestrielles auprès du FMI et aussi les échéances du FMA", explique-t-on auprès de Bank Al-Maghrib.

    De toute manière, ces avoirs constituent une forme de placement qui permet à Bank Al-Maghrib d'honorer ses engagements à l'égard des institutions internationales telles que le FMI (Fonds Monétaire International). S'agissant des avoirs bruts des banques(1), à savoir leurs avoirs et leurs dépôts en devises, ils se sont appréciés de 5,68% depuis la fin de l'année dernière mais ont reculé de 3,86% à 4,853 milliards de DH par rapport au mois de mai.
    Quant aux créances sur l'Etat, elles ont reculé de 0,2% à 83,828 milliards de DH par rapport au mois de mai. Cette baisse est essentiellement due aux créances nettes de Bank Al-Maghrib.
    Elles sont en effet descendues de 3,43% à 18,652 milliards de DH au lieu de 19,316 milliards un mois auparavant.

    Rafik IKRAM

    (1) Les dépôts des banques en devises auprès de Bank Al-Maghrib sont exclus de leurs avoirs extérieurs.



    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc