×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Crédits à l'économie: Hausse de 9,5% à fin août

    Par L'Economiste | Edition N°:631 Le 04/11/1999 | Partager


    · Ils se sont chiffrés à 186,31 milliards de DH
    · Les dépôts de Bank Al-Maghrib auprès des Chèques Postaux en recul à cause des recettes du GSM


    Les crédits à l'économie consentis par les banques en août par rapport au mois précédent ont légèrement reculé à 186,31 milliards de DH, au lieu de 186,35 milliards. En revanche, ils se sont appréciés de 5,9% depuis la fin de l'année dernière et de 9,5% sur une année. C'est ce qui ressort des chiffres de Bank Al-Maghrib au titre du mois d'août 1999, les derniers disponibles.
    Ce retrait est essentiellement dû aux crédits à court terme qui ont reculé de 1,16% à 80,93 milliards de DH au lieu de 81,89 milliards un mois auparavant. Reste que cette catégorie de crédits s'est appréciée de 6,84% depuis la fin de l'année où ils ne dépassaient guère 75,75 milliards de DH.
    Ont notamment été à l'origine de la régression relevée au niveau des crédits à court terme, les facilités de caisse (-4,47%) et les créances commerciales sur le Maroc (-5%).
    Par contre, les crédits à la consommation et les crédits à l'équipement se sont accrus avec respectivement 1,20% à 2,35 milliards de DH et 1,60% à 379 millions de DH. Les crédits à l'habitat, eux, ont marqué la même tendance avec une hausse de 3,81% à 272 millions de DH.
    Les crédits à moyen terme ont, pour leur part, enregistré un accroissement assez timide (+0,22%) à 32,79 milliards de DH contre 32,71 milliards en juillet dernier.
    Cependant, ce type de crédits a connu une progression de 4,78% depuis la fin de l'année 1998.
    Les crédits à l'équipement et à l'habitat ont grimpé respectivement de 2,29% à 14,60 milliards de DH et 0,87% à 3,67 milliards de DH par rapport à juillet. En revanche, les crédits directs à la consommation ont presque stagné en passant à 3,967 milliards de DH contre 3,969 milliards.
    Quant aux crédits à long terme, ils ont grimpé de 1,33%. Cette augmentation est due essentiellement aux crédits à l'équipement (+5,91%) et à l'habitat (+2,35%).
    Concernant les créances sur l'Etat, elles ont reculé de 11,6% à 73,07 milliards de DH. Ce repli est notamment dû aux avances à l'Etat (avances conventionnelles et facilités de caisse) qui ont chuté de 43,91% à 4,41 milliards de DH, contre 13,22 milliards au mois de juillet.
    La même tendance a été relevée au niveau des dépôts de Bank Al-Maghrib auprès du service des chèques postaux, lesquels ont dégringolé de 69,14% à 29 millions. Cette situation s'explique par les recettes de la concession de la deuxième licence GSM.
    Les avoirs extérieurs nets ont sauvé la mise en tirant vers le haut la masse monétaire. En effet, ils se sont accrus de 12% en comparaison avec juillet et de 32,5% sur un an. Cette situation n'a rien de surprenant, puisque les avoirs en devises convertibles ont explosé en passant de 56,39 milliards de DH au lieu de 48,70 milliards.
    Les avoirs en DTS ont reculé à 859 au lieu de 888 millions de DH au terme du mois de juillet. A rappeler que les avoirs en DTS s'étaient épuisés en décembre dernier en passant à 30 millions de DH seulement. Cette situation s'explique par le remboursement des commissions semestrielles auprès du FMI et aussi les échéances du FMA.
    Notons au passage que ces avoirs constituent une forme de placement, qui permet à Bank Al-Maghrib d'honorer ses engagements à l'égard des institutions internationales telles que le FMI.
    S'agissant des avoirs extérieurs bruts des banques(1), ils ont régressé de 28,67% à 5,12 milliards de DH.
    Compte tenu de tous ces éléments, la masse monétaire s'est élevée en août à 262,911 milliards de DH en recul de 0,4% par rapport au mois précédent. Néanmoins, elle a enregistré une hausse de 8,9% par rapport au même mois de l'année dernière après 9,9% en juillet.

    Rafik IKRAM

    (1) Il s'agit des avoirs en devises des banques et de leurs dépôts en devises chez leurs correspondants étrangers.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc