×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Crédit à la consommation
Les vacances à crédit: Ce n'est pas la bousculade

Par L'Economiste | Edition N°:1693 Le 28/01/2004 | Partager

. Beaucoup préfèrent les facilités de paiement. Les vacanciers de dernière minute n'ont pas le temps de prendre un crédit Le crédit vacances n'a pas pris. C'est le constat de nombreuses grandes agences de voyages de la place et des rares organismes de financement qui proposent le produit. “Depuis six mois, je n'ai eu entre les mains aucun dossier de crédit vacances à traiter”, indique Zakia Aboulazz, responsable de l'agence équipement des ménages chez Wafasalaf. La gérante d'S Tours, une agence de voyages basée à Casablanca, affirme également que la formule est très peu prisée. Même si elle est proposée systématiquement à la clientèle, rares sont ceux qui l'acceptent. “Depuis plusieurs années, la formule crédit n'a connu aucune évolution. Nous traitons quelques dossiers par an seulement et les ventes à crédit sont dérisoires par rapport au chiffre d'affaires global”, précise-t-elle. D'autres agences contactées feront part des mêmes remarques. Mais pourquoi le crédit vacances a-t-il du mal à se faire une place? Ce n'est pas encore entré dans les moeurs de prendre un prêt pour partir en vacances. Les clients préfèrent les facilités de paiement, indique une agence de voyages. Autre explication: les clients n'ont pas l'habitude de planifier leurs vacances et souvent se décident à la dernière minute. Ils n'ont alors plus le temps de s'occuper des formalités à remplir pour accéder à un prêt et d'attendre la réponse de l'organisme de crédit. Il faut dire aussi que beaucoup ont une ou plusieurs traites, et ne peuvent pas se permettre un crédit supplémentaire, aussi petit soit-il. En tout cas, les agences de voyages et sociétés de crédit avancent que les mensualités proposées ne sont pas élevées et peuvent être indolores. Par exemple, un crédit de 10.000 DH peut être payé en 36 mois avec une traite mensuelle de 340 DH. Peut-être que progressivement, ce type de crédit deviendra plus courant… comme sous d'autres cieux. L'endettement des ménages serait alors encore plus grand, ce qui n'est pas forcément une bonne chose. Car le risque d'être pris à la gorge guette.Pour encourager les clients à s'offrir des vacances à crédit, Eqdom, bien connue pour proposer ce type de produits depuis plusieurs années, n'hésite pas à organiser des tombolas en juillet et août. Histoire de booster son “Loisicrédit” (un prêt non affecté). “Chaque été, nous réfléchissons à de nouvelles formules pour attirer la clientèle”, explique Valérie Goutard, directeur Marketing et Communication. Auparavant, seuls les fonctionnaires et les salariés des entreprises avec lesquelles Eqdom était conventionnée avaient accès à ce crédit. Pour la première fois l'été dernier, le produit a été proposé à un public beaucoup plus large. Et la société de financement l'a fait savoir, à grands renforts de publicité. L'objectif est de répondre aux besoins des personnes désirant voyager sans passer nécessairement par une agence de voyages et ayant besoin de liquidités. Côté taux d'intérêt, Eqdom accompagne souvent son service de promotions “intéressantes”, toujours l'été.En cette même période, d'autres organismes de financement proposent des produits similaires, pour coller à la demande du moment. Pour l'instant, c'est sur le crédit Aïd-al-Adha que tous les organismes sont concentrés.


Du sur-mesure

Le crédit vacances se décline sous deux formes: le crédit affecté (il nécessite de passer par un intermédiaire, en l'occurrence l'agence de voyages) et non affecté mais qui est quand même destiné aux vacances. Lorsqu'il s'agit de crédit affecté, un partenariat est noué entre une ou plusieurs sociétés de financement et une ou plusieurs agences de voyages jugées sérieuses et solvables. Le crédit vacances affecté permet au client de disposer d'un prêt en un temps record, si son dossier est accepté par la société de financement. En général, le délai de réponse ne dépasse pas les 48 heures. Les pièces demandées sont notamment des bulletins de paie et des relevés bancaires, qui permettent à l'organisme de crédit d'évaluer le niveau d'endettement du client, de même que sa capacité de financement, avant de donner son aval. Les crédits vacances ne sont pas plafonnés. En revanche, le minimum requis est de 2.000 DH, nous indique un voyagiste. En moyenne, les prêts demandés varient entre 6 et 10.000 DH. Et très souvent, le client avance environ 10% du montant total mais rien ne l'empêche de se faire financer à 100%. Pour ce qui est de la durée de remboursement, elle peut varier entre six mois et cinq ans. Il n'y a pas de règle. C'est du sur-mesure, selon le budget du client et sa capacité de remboursement. Les taux d'intérêt sont ceux du marché et ne peuvent dépasser le plafond légal, qui est actuellement de 14,02%. Mais des agences et organismes proposent ponctuellement des crédits gratuits. Les intérêts sont alors pris en charge conjointement par les deux prestataires de services. Nadia BELKHAYAT

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc