×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Crédit à la consommation
Le mouton qui fait vendre

Par L'Economiste | Edition N°:1693 Le 28/01/2004 | Partager

. Gros lots, bons d'achats, petits montants… les moyens pour séduire. Les fonctionnaires particulièrement ciblés Partez avec le montant de votre crédit, différents lots électroménagers ou des bons d'achats de 5.000 ou 6.000 DH. Aussi alléchantes les unes que les autres, les offres des sociétés de crédit à la consommation se font de plus en plus originales et attrayantes. Pour ne pas rater cette occasion de Aïd-al-Adha, où l'activité enregistre un pic, tous les organismes de crédit déballent leur grand jeu. Il s'agit de sortir des sentiers battus (remboursements différés, réponses rapides, petites mensualités... ) et d'innover tant sur le plan visuel que celui de l'offre proprement dite. Normal, la concurrence est de plus en plus rude. Les 23 sociétés de crédit à la consommation ont étoffé leur réseau qui couvre l'ensemble du pays avec une concentration au niveau des grandes villes où la demande est plus forte. Ainsi, en plus des agences (106 à fin 2002 selon l'APSF), quelque 1.650 correspondants et revendeurs déploient leurs efforts pour attirer plus de clientèle. Pour séduire, des sociétés de crédit à la consommation incluent dans leur offre une pléthore de cadeaux. Leur choix se porte souvent sur des lots d'électroménager (frigos, cuisinières, congélateurs…). Mais attention, le cadeau n'est pas systématique. Le client doit composer avec une grande part d'aléatoire puisque la prime est soumise à tirage au sort. La tombola, qui récompense 1, 2 ou 3 gagnants/jour, inclut parfois un superlot dont le montant peut excéder celui du crédit contracté. C'est le cas par exemple d'Eqdom qui propose en superlot, une Renault Kangoo. D'autres sociétés assortissent leur offre de bons d'achat. C'est l'option choisie, entre autres, par Sofac Crédit qui a concocté pour cette campagne une offre spéciale fonctionnaires (Sofac Mouadaf) avec des bons d'achats de 2.000 DH à gagner 3 fois par jour (après tirage au sort bien sûr). Plus généreuse, l'offre de Crédor se décline en bons d'achats dont le montant est proportionnel au crédit consenti avec un plafond toutefois de 5.000 DH.Chez d'autres organismes encore, le souci est de coller davantage aux attentes du client. Pour eux, il s'agit de ne pas grever davantage les budgets particulièrement serrés après les «saignées» de la rentrée scolaire et du Ramadan. C'est le cas de Wafasalaf qui propose des montants «sur mesure». «Cela permet aux consommateurs de disposer de petits prêts, adaptés à l'occasion et qui sont surtout plus faciles à rembourser», explique une responsable de Wafasalaf. L'offre commence à 4.000 DH avec des mensualités d'au moins 180 DH. Des sociétés de crédit vont encore plus loin en laissant au client la latitude de choisir lui-même le montant de ses mensualités. C'est le cas par exemple d'Acred dont la proposition présente plusieurs cas de figure (différents montants et différentes mensualités). Les fonctionnaires restent le coeur de cible des sociétés de crédit, notamment pour des occasions particulières comme Aïd-al-Adha (Sofac Mouadaf par exemple). Selon l'APSF (Association professionnelle des sociétés de financement), ils représentent d'ailleurs 60% de leur clientèle. Chez d'autres organismes, l'accent est davantage mis sur les salariés des sociétés conventionnées. Souvent toutes les catégories professionnelles sont ciblées avec un traitement spécifique pour chacune (montants différents, délais de remboursement…). Ainsi, pour Eqdom par exemple, les fonctionnaires peuvent disposer d'un plafond allant jusqu'à 120.000 DH. Pour les autres clients, celui-ci est fixé à 10.000 DH à rembourser sur 36 mois. Cette durée peut aller jusqu'à 60 mois pour les clients dont le prélèvement est bancaire.


Simulations à l'appui

Combien cela me coûtera-t-il? C'est la question qui taraude le plus les clients qui veulent souscrire à un crédit. Des organismes de financement en font d'ailleurs un fort argument de vente et proposent des simulations pour montrer chacun que le loyer de l'argent est moins cher chez eux. A titre indicatif, un prêt de 4.000 DH remboursable à raison de 180 DH/mois sur 26 mois, coûtera au client 4.680 DH (frais de dossier et autres non inclus). Soit 680 DH de plus, à raison de 26,15 DH/mois.


Les ventes de l'électroménager boostées

A l'approche de Aïd-al-Adha, c'est le grand rush sur l'électroménager blanc. Le mouton est devenu un véritable produit d'appel pour booster les ventes de ces produits. «Environ 40% de nos ventes annuelles se font pendant les 2-3 semaines qui précèdent l'Aïd», souligne le responsable Marketing d'une grande surface. Celui-ci précise que c'est notamment le cas du rayon froid (frigos et congélateurs) dont les ventes explosent à cette occasion. Il faut dire que distributeurs, revendeurs et grandes surfaces ne lésinent pas sur les moyens pour attirer le maximum de clients. De grandes opérations de promotion sont lancées: prix spéciaux, tombolas, cadeaux et crédits gratuits. Pour convaincre, des revendeurs offrent également l'installation et la livraison gratuitement. Les sociétés de financement tirent également bénéfice de ces périodes de grandes promotions puisque plus des 2/3 des ventes sont réalisées à crédit, selon le responsable d'un organisme de crédit. Aussi, les spécialistes de l'électroménager et les grandes surfaces proposent-ils, en partenariat avec des organismes de crédit de la place, des formules attractives, dont la plupart sont gratuites sur plusieurs mois. Les procédures sont simplifiées au maximum et le délai de réponse est le plus court possible. Souvent, le dossier est étudié et validé en moins d'une heure… avant que le client ne change d'avis.


Zoom sur le secteur

Le crédit à la consommation compte, en 2003, 23 sociétés spécialisées contre 36 en 1996, selon un récent document de l'APSF(1). Pour expliquer cette situation, l'association avance deux raisons. D'une part, de nouvelles législation et réglementation ayant amené des entités à cesser leur activité. Ainsi, depuis que les sociétés de crédit à la consommation ont acquis le statut d'établissement de crédit, dix d'entre elles n'ont pu se conformer en termes de fonds propres minimum requis. Leur agrément leur a donc été retiré. D'autre part, des rapprochements entre sociétés qui ont donné naissance à des regroupements (fusion-absorption de 5 entités régionales d'Assalaf Chaabi par Assalaf Chaabi de Casablanca et de Ségécrédit par Eqdom). Pour rappel, c'est à partir des années 30 que le crédit à la consommation se développera au Maroc avec l'essor du marché de l'automobile. Les pionniers du secteur font leur apparition dans les années 40-50: Sovac en 1947, Diac Maroc un an après, Somafic et Acred respectivement en 1952 et 1994. En 1974, les pouvoirs publics créent Eqdom, la première société destinée à financer les équipements ménagers. Les banques ne manifesteront leur intérêt pour le créneau du crédit à la consommation qu'à partir de 1986, année où Wafabank créera une filiale spécialisée. D'autres banques, BCM, BCP, Société Générale, BNDE, BMCE Bank, lui emboîteront par la suite le pas au cours des années 90. Sur les 23 sociétés spécialisées en exercice en 2003, sept sont des filiales de banque. Les autres sont soit indépendantes (13), soit des filiales d'institutions financières (3). A noter que 7 de ces sociétés de crédit à la consommation sont cotées à la Bourse de Casablanca avec un capital flottant s'établissant comme suit à fin 2002: Acred: 14,14%; Credor: 23,1%; Diac Equipement: 5,39%; Diac Salaf: 19,16%; Eqdom: 19,10%; Sofac: 13,40%; Taslif: 41,08%. Dix sociétés recourent au marché financier par l'émission de bons de sociétés de financement (BSF). En ce qui concerne la structure du capital, quatre sociétés comptent une participation étrangère (50% pour Cetelem dans Attijari Cetelem et 51% dans BMCI Salaf, 34,95% pour Genefitec dans Eqdom et 33% pour Sofinco dans Wafasalaf). 8 sociétés sont détenues en totalité ou quasi-totalité par des personnes physiques. Pour leur part, les banques participent à moitié au moins dans les sociétés qu'elles partagent avec des partenaires étrangers et à 100% dans les filiales qu'elles contrôlent. (1) L'APSF vient de mettre au point une monographie du crédit à la consommation. Le document est consultable sur le site de l'association: www.apsf.org.ma.K. E. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc