×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Crédit à la consommation
La demande des ménages se raffermit

Par L'Economiste | Edition N°:1693 Le 28/01/2004 | Partager

. Les revenus s'améliorent mais… . … Beaucoup empruntent pour consommerLa consommation des ménages devrait s'accroître de 4,1% cette année en termes nominaux en raison de l'amélioration du revenu des ménages, selon les prévisions de la DPEG (direction de la Politique économique générale). Une progression certes inférieure à celle prévue pour 2003 (5,7%), “qui ne traduit pas un affaiblissement de la demande des ménages mais la consolidation de la reprise de celle-ci”, est-il souligné. Selon la dernière enquête sur les niveaux de vie des ménages (1998-1999), les foyers dépensent en moyenne 46.339 DH par an pour leurs besoins de consommation (56.781 DH en milieu urbain et 32.372 DH en zones rurales). Ce qui équivaut à environ 3.680 DH par mois. “Ces dépenses couvrent l'ensemble des biens et services achetés et autoconsommés, y compris l'estimation de la valeur du loyer que paieraient les ménages propriétaires, accédant à la propriété ou logés gratuitement”, précise la direction de la Statistique. Un peu moins des deux tiers des ménages ont une dépense annuelle inférieure à la moyenne nationale et la moitié de l'ensemble des foyers dépensent moins de 2.720 DH par mois.. Famille et amisL'on comprend alors pourquoi beaucoup empruntent pour consommer. Si le développement de cette pratique ne transparaît que peu dans les statistiques des crédits à la consommation distribués par les banques et les sociétés de financement, c'est que les sources d'emprunt sont à dominante traditionnelle. Nombre de ménages préfèrent en effet recourir à la famille, aux amis et commerçants et même à l'employeur. Il faut dire que, parfois, ils n'ont pas le choix. Soit ils sont trop pauvres pour s'adresser à un organisme de crédit, soit trop endettés pour se voir octroyer un nouveau prêt. Il faut dire aussi que pour les ménages modestes, “emprunter c'est quelquefois le seul moyen d'acheter, alors que pour des catégories moyennes ou supérieures, ce peut être la possibilité d'acheter plus, plus cher ou de meilleur de qualité”, faisait remarquer le professeur Larbi Jaïdi lors des premières Assises nationales du crédit à la consommation (mars 2001).Globalement, plus de 7 ménages sur dix sont endettés. A noter que le recours au crédit est fortement corrélé avec la taille du ménage: 80% chez les ménages comptant 5 personnes et 25% chez les personnes seules. En outre, l'endettement est maximal entre 30 et 40 ans, selon Larbi Jaïdi.Par catégories socioprofessionnelles, ce sont les cadres supérieurs, les professions libérales et les cadres moyens qui sont les plus endettés, rappelle le professeur.Après le logement, l'automobile est le deuxième poste d'endettement des ménages. Le prix d'une voiture neuve correspond en moyenne à 24 mois de revenu pour un ménage. H. E.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc