×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Création monétaire: Forte mais maîtrisée

Par L'Economiste | Edition N°:2646 Le 07/11/2007 | Partager

. Augmentation de 18% à fin septembre. Léger plus par rapport aux prévisions de BAM. La production de biens et services suitY a-t-il dérapage de notre création monétaire? A fin septembre, l’agrégat de monnaie M3 est évalué à 617,8 milliards de DH. Sur une base annuelle, cela correspond à une progression de 18%. Compte tenu des prévisions de l’institut d’émission, qui table sur une variation annuelle de cette création de 16 à 17%, l’écart est donc contenu.Mais avec la hausse quasi-générale des prix, qui n’a pas manqué de mécontenter une large frange des ménages, l’hypothèse de la surliquidité du marché n’est pas écartée. La création additionnelle de monnaie dope-t-elle l’inflation? Rien n’est moins sûr. Rappelons que la hausse de l’indice du coût de la vie (ICV) s’est établie à 2,2% à fin septembre, selon le HCP. Un niveau conforme aux prévisions de la banque centrale, qui table, elle, sur 2,1% d’inflation annuelle. Bank Al-Maghrib avertit toutefois, dans son dernier rapport sur la politique monétaire, que «la forte expansion des crédits est de nature à affecter la tendance future des prix» (cf. www.leconomiste.com). Le risque est réel. Avec une croissance de 25,9% à 402,2 milliards de DH, les concours à l’économie enregistrent la progression la plus marquée de toutes les contreparties de l’agrégat M3. En particulier, les crédits accordés aux entreprises et aux particuliers excitent la planche à billet. La palme revient aux crédits à la consommation d’une valeur d’environ 18 milliards de DH et qui enregistrent une croissance de 38,7%. Révélateurs de l’engouement généralisé de notre économie pour la pierre, les crédits immobiliers augmentent de 24 milliards de DH sur un an, à 92,7 milliards de DH. Les crédits à l’équipement, renseignant pour leur part sur l’effort d’investissement, gonflent de 19% à 71,5 milliards de DH. Mais cet essor des crédits, Abdelhamid Afi, directeur des études et des relations internationales à BAM, ne s’en inquiète pas. Il est révélateur, selon lui, «du dynamisme économique de notre pays et s’explique, entre autres, par les conditions favorables de taux». De même, rassure-t-il, «du moment que la création monétaire s’accompagne d’une production effective de biens et services, notre économie est à l’abri d’un emballement incontrôlé des prix. Qui plus est la capacité de production du tissu industriel est loin d’être arrivée à saturation». La dernière enquête de conjoncture de BAM le confirme. A fin septembre, le taux de capacité de production ressort à 73%, en croissance d’un point sur un mois (cf. www.leconomiste.com).Réda HARMAK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc