×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Entreprises

Courtiers: Aceca va racheter Fossecave et Soges

Par L'Economiste | Edition N°:444 Le 16/02/1999 | Partager

Après l'opération Agma/Lahlou Tazi, le secteur des intermédiaires d'assurances va connaître un deuxième pool. Le Cabinet Aceca va racheter "Fossecave et Epega" et se regrouper avec "Soges et Loste". L'opération sera officialisée au cours de ce mois.


La restructuration du secteur des assurances est bel et bien amorcée, chez les compagnies comme chez les intermédiaires d'assurances. Après le rachat d'Al Wataniya et de l'Alliance Africaine par la RMA, et l'annonce faite il y a quelques mois par Agma et Lahlou-Tazi de leur projet de fusion, c'est au tour de trois autres cabinets d'assurances-conseil de s'orienter vers un rapprochement. Il s'agit des sociétés Aceca, Fossecave-Epega et Soges-Loste.
Après plusieurs semaines de cour assidue, les trois partenaires sont en effet parvenus à un accord de principe, qui doit permettre à Aceca de se regrouper avec ses deux concurrents. Selon nos informations, la transaction sera entérinée d'ici la fin du mois.
Pour l'heure, l'opération, qui doit en principe recevoir l'aval de la Direction des Assurances et de la Prévoyance Sociale, est entourée de la plus haute confidentialité. M. Mohamed Aouzal, actionnaire principal d'Aceca, nous a toutefois confirmé l'information. Le montage mis sur pied par les trois partenaires n'est pas encore arrêté, mais selon un proche du dossier, la stratégie qui sera retenue à terme pourrait être différente pour Fossecave-Epega et Soges-Loste. Il s'agit d'un rachat pour le premier et d'un "rapprochement" pour le second. Une chose est sûre, le regroupement de ces trois cabinets constituera le pool le plus important après celui d'Agma/Lahlou Tazi (1 milliard de DH de chiffre d'affaires). Le chiffre d'affaires des trois cabinets réunis est d'environ 450 millions de DH.
Aceca, qui occupe le cinquième ou sixième rang, fait partie, à côté d'Agma, Lahlou-Tazi, Sidarsa, Gras-Savoie, des Assurances Lyazidi des cabinets de courtage les plus importants du marché.

Partenariat privilégié


Il y a deux ans, Aceca s'était distingué dans le rôle qu'il a joué dans la conduite des négociations, pour le compte de l'Américain Marsh MacLennan (dont il était le représentant à l'époque), autour du contrat d'assurance des centrales électriques de Jorf Lasfar. Il s'agit du plus important contrat souscrit en assurance-dommage au Maroc: un risque de plus d'un milliard de Dollars.
Aceca développe un partenariat privilégié avec La Marocaine-Vie. D'ailleurs, son tour de table comporte des actionnaires communs à la Marocaine Vie dont MM. Hamza Kettani, Mohamed Aouzal et Ahmed Benkirane.
Indépendamment des impératifs de taille, le rapprochement avec ses deux concurrents devrait permettre de réaliser, par le jeu des économies d'échelle et de synergies, une réduction substantielle des coûts. Il s'agira aussi de préparer le terrain face aux menaces qui pointent, notamment la bancassurance et à la prochaine échéance que constitue la libéralisation du secteur. Les intermédiaires qui réfléchissent aujourd'hui à des possibilités de croissance externe peuvent opter pour le scénario du regroupement. Pour autant, ce n'est pas l'unique alternative.
Les courtiers, du moins ceux qui en ont les moyens, ont demandé à plusieurs reprises au Ministère des Finances la possibilité d'ouvrir des points de ventes autres que ceux pour lesquels ils ont reçu l'agrément d'exercer. L'Administration n'a pas encore donné de suite à cette revendication. En effet, pour la DAPS, un agrément équivaut aujourd'hui à un cabinet d'assurance.

Mohamed BENABID

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc