×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:1748 Le 15/04/2004 | Partager

Le bug de L'Economiste

■ SVP, vite!Urgent! Vous avez un gros bug aujourd'hui en page 14, avant dernier paragraphe!!Asmaâ B.■ PJD et presse de charmeJ'ai lu votre éditorial signé M. Dilami, ce lundi 14 avril. Vous critiquez le PJD et j'ai pas du tout aimé votre critique. La position du PJD est bien plus forte au Maroc que ce que vous croyez, vous et votre bande. Mais aussi j'ai lu l'article sur l'ALE Maroc-USA et j'ai vu votre degré de professionnalisme. Vaudrait-il mieux que vous vous transformiez en presse de charme? En tout cas, vous avez du potentiel.A+; un fan du PJD■ Relisez!Vous devriez faire lire vos articles avant de procéder à l'impression. C'est très grave!!! Je suis extrêmement choquée de voir que de pareilles méprises puissent se produire chez le premier quotidien au Maroc!! Quelle honte!!Laïla Ah.■ ConfusionJe tenais à vous envoyer ce message pour vous faire part de ma confusion en lisant l'article intitulé “ALE Maroc USA...” page 14 de l'édition du 12 avril 2004 (version papier). En effet, je ne comprenais plus qui excitait l'autre. Est-ce la bourse, ou le conférencier? J'espère que vous saurez relever la nature taquine de mon mail et merci pour l'article. Bonne réception.Hicham B., ingénieur commercial dans une multinationale■ CyberSexSi j'en crois ce que vous avez publié, la personne qui a préparé la page est une adepte du CyberSex. Vous nous devez des explications.Lecteur■ EtonnementNous sommes étonnés de vos élucubrations ce matin en page 14. Ne mélangez pas l'Internet et votre rédaction. Allez-vous sévir?Kamal. El M.■ HorribleCe que vous avez publié aujourd'hui sur votre journal est horrible.Lili B.■ Les moeurs des typographesFidèle lecteur et abonné de votre journal depuis de longues années, je m'étonne que vous ayez laissé passer sur votre numéro en fin d'article page 14 une telle “coquille”. Je sais bien que le terme de “coquille” est un vieux jeu de mot sur l'absence accidentelle d'une lettre: “co(q)uille” mais là il semble bien que les moeurs des typographes ont aussi évolués avec le temps. Je ne sais pas s'il faut en rire ou se lamenter, mais je déplore pour vous cet incident qui, de mon point de vue, manque de sérieux surtout dans un article qui lui devrait l'être, ainsi que ces enjeux pour le Maroc.Frédéric P. directeur; Casablanca■ Et après!J'ai lu la page 14 du lundi. Et après!? C'est un gag, pas autre chose. Tout le monde comprendra qu'il s'agit d'une coquille. On en trouve même dans les ouvrages de librairie. Je ne pense pas qu'il y ait de quoi fouetter un chat. A vrai dire, si l'on n'avait pas attiré mon attention…Rida L., Casa■ Au stade!Moi je suggère que la prochaine fois qu'il y aura une conférence sur le libre-échange, on loue le Stade d'honneur, car tous les Casablancais veulent désormais écouter ce qu'il y a dans le libre-échange… Cette conférence était visiblement bien plus intéressante que toutes les autres sur le sujet. Moi, je dis bravo, on passe une bonne journée à rigoler sur la coquille.Zouheir C., Casablanca■ Message codé?Permettez-moi d'attirer votre attention sur une grosse coquille dans votre journal du 12 avril. Je suis persuadé qu'elle est involontaire de la part d'une institution aussi respectable que L'Economiste. Mais l'est-elle de la part de la ou des personnes qui ont introduit cette incongruité? Aujourd'hui, les médias sont parfois des vecteurs involontaires de la propagande des terroristes; il n'est pas exclu que cette coquille soit une fausse coquille, qu'elle cache un vrai message codé. L'Economiste doit faire son enquête pour découvrir le sens caché de cette phrase.Gérald G., Rabat■ ConfianceEn tant que spécialiste, j'ai vite compris que l'énormité que vous avez publiée (…) vient de quelqu'un chez vous qui chattait sur le Net pendant ses heures de travail. Il a commis une erreur de manipulation (…) ce qu'il destinait à sa correspondante a été imprimé sur le journal. Je veux vous féliciter, non pas parce qu'un de vos employés s'amuse pendant les heures de travail, mais parce que vous lui avez donné la possibilité d'avoir accès à un chat. Il aurait été souhaitable qu'il choisisse un chat plus sérieux, car il en existe. Dans tous les séminaires de ressources humaines tout le monde affirme, la main sur le coeur, qu'il faut instaurer un climat de confiance envers les collaborateurs. Les entreprises qui le font réellement sont rares au Maroc, mais L'Economiste l'a fait. Ce n'est pas grave si de temps en temps il y a une bêtise que tous les lecteurs comprennent. Sauf les hypocrites, bien entendu!Saâd B.


Rions

■ Votre perle (houah!! grandeur nature!) circule sur le Net. On va dire que cela arrive même aux meilleurs. Elle était très bien celle-là et juste au bon endroit, sur le bon sujet (le libre-échange, eh oui!) Il faut les collectionner et publier un livre. Ce n'est pas si souvent qu'on a l'occasion de rire un bon coup en lisant votre excellent quotidien.Hassan B., Agadir■ Pour une fois qu'il y a quelque chose de drôle qui se passe. Merci de nous avoir fait bien marrer.H. O.■ Dorénavant, vous devriez mettre au début de certains de vos articles la mention “accord parental souhaitable”.M. J. ■ Une suggestion, changez votre adresse e-mail: “www.leconomiste.rose”.R. Muss


La pub sur l'alcool: pas d'accord

Je tiens, tout d'abord, à féliciter toute l'équipe de L'Economiste, que je considère comme l'un des rares supports médiatiques sérieux, spécialisés et généralistes confondus.En effet, il se pose comme un support indépendant qui rapporte les faits avec objectivité, bien que relative dans certains cas. En tout cas, il n'hésite pas à dire ses quatre vérités concernant un sujet ou une affaire donnée. Ce qui est encore plus honorable, il se pose comme un journal de position. Alors, ma réaction est la suivante. Je ne dis rien de nouveau en rappelant que les routes marocaines sont parmi les plus meurtrières au monde, même beaucoup plus que certaines guerres. Le pourcentage d'accidents souvent mortels, dont la cause est la consommation d'alcool est très élevé. Il est facile de le retrouver. L'impact, au niveau social en termes de divorces, de toutes sortes d'abus, de violences conjugales, d'enfants traumatisés et livrés à la rue, et j'en passe, causé également par la consommation d'alcool est alarmant.Je ne citerai plus d'autres exemples, on n'en finira plus. Donc, je trouve extrêmement choquant de tomber sur des publicités d'alcools et de vins quand je feuillette L'Economiste. Je comprends que la publicité soit une source de financement pour un journal surtout indépendant, mais j'estime qu'un support sérieux, tel que L'Economiste, doit refuser de participer et d'être utilisé comme un outil pour entretenir cette déchéance catastrophique sous prétexte de faire des bénéfices. Pas de cette manière. J'espère que ce message interpellera les décideurs de votre journal et que nous, lecteurs, ne subiront plus cette aberration.Amine I., responsable export; Casablanca


Accord avec la Turquie

■ ConséquencesEst-ce que le peuple marocain est informé du contenu de ces accords et de leurs conséquences? Les différents acteurs sont-ils suffisamment associés à ces accords? Peut-on introduire plus de démocratie participative dans l'élaboration de ces différents accords sur lesquels le citoyen n'a aucune information et ceux qui expriment des réticences (cf. manifestation contre l'ALE Maroc/USA) trouvent la matraque comme interlocuteur!Laoukili■ Echanger quoi?Les officiels marocains ne sont pas conscients de ce qu'ils font, il suffit d'aller faire un tour en Turquie, c'est un pays qui est industrialisé. Il est dans tous les domaines, même dans les tapis. Il peut battre le Maroc. Je me demande qu'est-ce qu'on peut vendre à la Turquie? Je vais rester optimiste mais je crois que le Maroc s'égare trop!!!Abdou (Canada)■ Un vrai désordreLa signature simultanée du Maroc de deux accords, dans un délai vraiment bref, montre que nos responsables cherchent surtout les titres et non pas les résultats. Ayant moi-même suivi les étapes de l'accord avec les Américains, je me souviens d'un article au journal Le Monde qui critique les négociants marocains.Bihi■ C'est dangereuxTu as tout à fait raison, il suffit de faire un tour là-bas pour voir que le potentiel de la Turquie est très grand. La Turquie et le principal concurrent du Maroc. Un accord avec ses partenaires c'est bien surtout quand c'est bien négocié, mais avec son concurrent direct c'est un peu dangereux.Ol.■ Le problème, c'est le transport D'après mes récentes recherches sur le commerce international et d'après le centre des études et de la documentation des pays émergents (récente publication datant du 2 avril, voir Cnuced section commerce), les spécialistes ont classé le Maroc parmi les pays les moins avancés en matière de transport que ce soit maritime, terrestre ou aérien. Faisant état des choses, je me demande comment on peut jouer sur tous les fronts alors que nos moyens sont limités et les infrastructures laissent à désirer.Abdelhaq■ Economies semblablesJe pense que votre question ne devrait pas se poser de cette façon à propos de la Turquie. Nos économies sont semblables à plusieurs niveaux. C'est la qualité qui prendra le dessus. Et je pense que le Maroc doit jouer sur cela (et non sur la triche), s'il veut déjouer et démentir toutes les prévisions alarmantes concernant son avenir après les ALE.Ali■ ChantiersNous avons du temps devant nous et les chantiers que nous sommes en train de bâtir sur tous les fronts ne peuvent être que prometteurs. Soyez optimistes. Mohamed Alaoui Filali■ Vision naïve et simplisteJe ne suis pas d'accord de dire que le gouvernement marocain n'est pas conscient de ces ALE. J'ai compris la stratégie mise en place. Le gouvernement marocain est conscient que notre économie ne peut rivaliser avec l'économie américaine ou turque. Mais il pense qu'avec ces différents ALE, on oblige l'économie marocaine de se développer. Sachant que l'ouverture des frontières économiques est incontournable. C'est une stratégie, mais elle peut être suicidaire. Le gouvernement n'a pas à imposer un développement à l'économie marocaine, mais c'est sa responsabilité de protéger notre économie et de l'aider à se développer! Comment? Certainement pas en ouvrant les frontières, notre seule protection à ce jour! Il faut investir sur nos ressources humaines, il faut moderniser la production (agricole et autres). Bref, il faut préparer le Maroc à ce challenge mais certainement pas le lui imposer! La vision du gouvernement provient d'un bon fond, mais elle est naïve et trop simpliste!Mohamed de Oued Zem■ Peut-être il n'y avait pas d'autre solution Qui sait, peut-être le Maroc n'avait pas d'autre solution! La situation n'est pas propice au Maghreb, la mondialisation approche et il faut être actif au niveau international. Je suis d'accord avec le fait que cet accord est dangereux pour le Maroc, mais c'est un geste courageux. Il reste aux entreprises marocaines de montrer qu'elles sont capables de faire la concurrence. Etudiant en France


Un monde arabe si décevant

■ DissolutionOuf! On commence à respirer. Tout le monde retenait son souffle par crainte des directives et des plans d'actions des braves et généreux arabes. M. Bush ne dormait plus, Sharon faisait des cauchemars, Blair ne mangeait plus rien et a perdu quelques kilos. Tout le monde tremblait par peur des représailles de ces braves arabes. Mais laissez-moi rire! qu'est-ce qu'ils comptaient faire ces dirigeants arabes dans ce fameux sommet. Changer l'ordre mondial? Mener leur propre guerre contre je ne sais quel ennemi? Rassurez-vous, ils ne comptaient rien faire et c'est pas un scoop. Ils ne comptaient pas lever le petit doigt même pour goûter un peu d'harissa (ils sont tous diabétiques). Faites dissoudre cette ligue et laissez-nous en paix. D'ailleurs, je suis un fervent partisan de la dissolution pure et simple de cette ligue. Pourquoi laisser durer cette supercherie qui n'a jamais servi à rien, sinon à amuser la foule (l'Europe, USA, Israël, la rue “arabe”). Cette ligue est, d'ailleurs l'image de tous les pays arabes, une organisation non démocratique où le secrétaire général siège à vie. La totalité des directives prises au sein de cette ligue ne reflète pas l'opinion des sujets et des administrés arabes (amazighs). Alors de grâce cessez le mensonge et faites dissoudre cette ligue qui ne sert à rien.Aziz (Bruxelles)■ HumiliationIl y a un an, les Arabes avaient encore la possibilité de négocier l'humiliation, de faire des concessions au rabais. Aujourd'hui, Tel-Aviv interdit la parole à tous les Arabes. Certes, le report du sommet arabe m'a déçu, consterné, mais je pense qu'à long terme l'arrogance sioniste, américaine et la servilité des dirigeants arabes se retournera contre eux.Taoufik■ Quel but?Le fait que les dirigeants arabes (une poignée de personnes) n'arrivent pas à s'entendre entre eux pour siéger ensemble et pouvoir négocier démontrent assez bien leur incompétence à gouverner. De plus, un sommet arabe n'a jamais su résoudre le moindre problème, d'ailleurs quel poids aura ce sommet sur la scène arabe?Brihmat■ ActionMigraine partagée. Les maux sont générateurs d'actions. Et pour l'instant, les régimes arabes ou oppressifs ne maîtrisent pas l'action, il la laisse aux mouvements intégristes.Oummi


■ SNESup, des chiffresContrairement à ce que certains “journaux” marocains ont publié (pas L'Economiste), voici quelques chiffres qui parleront à ma place :- Nombre de congressistes: 322- Commission administrative: 51 membres (devenus congressistes après adoption du rapport moral et financier). Donc le nombre total des congressistes est de 373 - Conformément aux coutumes et traditions du SNESup, les militants de G5 ont voté “oui” pour les rapports moral et financier, même s'ils ont choisi le mode “secret” de vote (nouvelle coutume qu'ils veulent instaurer). Donc, tous les enseignants qui ont voté “oui” ne sont pas forcément des USFP, PPS, PI, PSD ou FFD ou même des sympathisants. - Enfin, lorsque le G5 s'est retiré des élections d'instances du SNESup, et après lui les islamistes et la plupart des enseignants Sans Appartenance Politique, le nombre d'enseignants qui ont “élu” la Commission administrative est de 120!!! (120 sur 373, soit 32,17%). Quelle légitimité vont avoir ces instances et les “militants” qui prétendent avoir la “majorité”??? Commentaire: ça veut dire que ce que raconte Ahmed Boukhari dans Al Ahdath concernant ces “militants” est vrai!!!Frêre R. R., Marrakech■ SNESup, pas beau!Concernant le SNESup, j'ai assisté à ce congrès qui a duré 6 jours!!! Personne ne savait quand est-ce que ce congrès va prendre fin, il n' y avait pas de planning, un nombre important d'enseignants est parti, tel que les enseignants médecins. Les groupes qui sont sortis (islamistes + G5 + indépendants), ont protesté de la manière dont ce congrès a été géré. Par exemple: le président a arrêté le congrès pour aller discuter avec les membres du bureau politique de l'USFP!!!) aussi parce que le délai officiel du congrès est dépassé.Smail Z., enseignant; Oujda

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc