×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:1600 Le 12/09/2003 | Partager

. L'économie de la drogue Sommes-nous la Colombie de l'Afrique?Le débat actuel dans les colonnes du Forum de votre journal (actuellement le scandale de Tétouan) m'a positivement étonné. Il est intéressant de noter que nombre de participants (du Maroc ou de l'étranger) ont conscience du danger que représente cette situation du non-respect de la loi et surtout les ramifications cancéreuses de cette corruption. Il est maintenant important d'engager un débat général sur cette crise nationale (à mon avis aussi importante que les autres questions) vu qu'à long terme il y est question de l'avenir de notre pays. Sommes-nous déjà la Colombie de l'Afrique? Pouvons-nous faire confiance à l'autorité censée veiller à notre sécurité et … notre économie?Devons-nous nous contenter de coups de filet spectaculaires ou devrions-nous au contraire exiger un assainissement radical, c'est-à-dire purement et simplement mettre en retraite anticipée des milliers d'agents de l'autorité corrompus, leur confisquer ce qui est le bien de l'Etat et les remplacer par ces milliers de jeunes diplômés qui attendent un travail? Que disent nos élus au Parlement? Que dit le Palais? Qu'en pensent les RME qui hésitent à investir au pays, justement à cause de cette situation? En résumé, le mal est connu mais nous attendons une solution urgente. MerciDr Zoubir Les couleuvres du kifPublierez-vous ma lettre? Je veux dénoncer l'incurie de la drogue: Nos douanes, notre gendarmerie et notre police nous font avaler des couleuvres. Des uniformes saisissent 10, 20, 57 kg de kif. Combien de tonnes leur passent sous le nez? Peut-être en ont-ils trop fumé pour le voir, je me comprends… A quel idiot feront-ils croire que ce travail est sérieux?!Abdou K., Tanger . Cannabis spécial et légalVous avez écrit dans l'éditorial du 3 septembre que l'Occident ne libéralisera jamais la drogue douce, comme le cannabis. Je ne suis pas d'accord, il existe beaucoup de mouvements en Europe pour expliquer que le cannabis est moins dangereux que l'alcool ou que le tabac. Je ne veux pas une controverse médicale. Je veux souligner que si le Maroc avait une vision à long terme, il aurait participé au mouvement en le soutenant. Il ne faut pas empoisonner les jeunes Occidentaux comme les Talibans d'Afghanistan, il faut contrôler la production et la distribution dans des circuits spéciaux et légaux. Les recettes de la drogue sont de 30 milliards de DH, deux fois autant que le tourisme: rien ne peut les remplacer. Il faut le prévoir.Hamid B., Settat. Leur culture est celle de la pauvreté… De ces élections, je garde espoir. J'ose espérer que nos voix feront du bruit et que ces élections ne soient pas synonymes d'oubli. J'ose espérer que nos voix serviront ceux qui, fauchés par la misère et laissés au bord du chemin depuis des générations, ne savent ni pourquoi ni pour qui voter. Moi je ne suis qu'un témoin parmi tant d'autres, témoin de mon temps, le temps de ce mal cancéreux qui tue le moral des troupes et nourrit la haine entre eux. Et comment leur en vouloir d'être si violent ! Comment leur faire croire que la vie, la leur, peut changer alors qu'ils attendent le changement depuis si longtemps. Trop longtemps… Bien sûr que je parle d'eux. Eux, ces gens qui n'ont rien, qui vivent de rien. Des Marocains comme vous et moi, comme certains lecteurs qui se reconnaîtront. Que font nos ministres, que font nos administrations, que font nos divers et divers services pour ces gens ? « Beaucoup «, m'a-t-on dit ! Certes, mais pas assez, ils ont répondu. Ils, ces gens habitant dans l'insalubrité, l'insécurité et l'oubli, entassés à plusieurs dans un semblant de pièce, bousculés dans leur pudeur et leur intimité. Et combien de promesses leur a-t-on faites ! «Votez pour nous et votre avenir sera meilleur»… Alors, ils l'ont fait, mais leur avenir reste leur quotidien. Des voix, voilà ce que l'on attend d'eux. Mais des voix qui font parler certains et les laissent eux «voix du peuple» dans le silence. Ne dit-on pas que certains parlent pour que d'autres se taisent ? Craignez-les, Mesdames, Messieurs les politiciens. Ne parlez pas d'eux comme de pitres illettrés qui ne comprennent rien. Des marginaux habitant du clandestin, le vivier du terrorisme, peut-être… Mais ni vous, ni nos lois ne leur procurent le gîte et le couvert. Craignez-les et respectez leur pauvreté, riche de valeurs humaines. Respectez leur courage et saisissez le peu d'espoir qui les maintient toujours en vie. Aidez-les à sortir de leurs ghettos. La rouille des tôles qui les abritent commence à ronger leur corps déjà affaibli. Nos paysans, las de pain noir, espèrent trouver dans les villes un souffle de vie. Ils espèrent y trouver un travail, une dignité... En somme, une raison de vivre. Mais leur devenir est tout autre. C'est une vie terne qui les attend, ils vont vers leur propre mise à mort et vivent dans le délabrement, l'entassement et l'animalité… Leur culture devient celle de la pauvreté. Badr B. Architecte (Fès). Les plages….Vous qui dénoncez sans relâche les dysfonctionnements, l'incurie des élus, la mauvaise gestion, l'incivisme, l'imprévoyance, la saleté et l'insalubrité, je me permets de vous suggérer une petite visite à la plage David, entre Casablanca et Rabat. Vous serez édifiés…A. M. chef d'entreprise, Casablanca. Le jet-skyL'Economiste a publié dans ses colonnes un point de vue du Dr. Hakima Himmich, une personnalité engagée et courageuse, que je respecte et que j'admire. Mais je crains qu'elle et ses amis n'aient un peu exagéré les nuisances des jet-skieurs. Il est exact que parfois ces jeunes gens se comportent d'une manière pénible, mais ils sont jeunes. Ne l'avons-nous pas tous été? Que faisions-nous à leur âge? Nous faisions des «boums» fort sonores, que nos parents et surtout les voisins de nos parents nous reprochaient tout aussi fort. Que le Dr Himmich n'y voie qu'un hommage: j'aurais tant aimé la connaître à cet âge et l'inviter dans une de ces boums qu'elle a dû, j'espère, fréquenter autant que moi.Qu'elle accepte mon admiration et mon appel à la patience.M. Berrada. Bravo et merci pour les CRINous tenons à vous féliciter de l'enquête sur les Centres régionaux d'investissements, publiée dans L'Economiste du 8 septembre. Vos articles décrivent très parfaitement ce que nous vivons tous les jours, alors que les CRI sont le fer de lance de la politique d'investissement du Maroc: nous n'avons aucun moyen de travailler et les services centraux de Rabat refusent de la déconcentrer. Nous espérons que votre enquête va débloquer la situation au moment où se prépare le projet de loi de Finances pour l'année 2004. Trois fonctionnaires d'un CRI (merci de garder notre anonymat car nous sommes tenus au devoir de réserve). Les calmars aussiJe suis restaurateur à Casablanca et je vous écris pour l' article de Fédoua Tounassi sur la disparition des anchois et sardines. Il est tout à fait exact. Vous devriez aussi enquêter sur l'approvisionnement du marché en calmars. Ils sont de plus en plus rares.J., Casablanca

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc