×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Courrier des Lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:3320 Le 15/07/2010 | Partager

    Corruption: Une gangrène!
    . Insister pour payer l’amendeRécemment, il y a eu une augmentation substantielle des salaires de la police et compagnie (avec d’autres avantages non négligeables y compris le droit de constituer des associations et j’en passe!). Ce qui est louable et que j’approuve sans équivoque. Jusque-là tout va bien. Il y a quelques jours, j’ai été arrêté pour excès de vitesse sur autoroute. Normal! J’ai fauté, je paye. Mais ce qui l’est moins, c’est qu’il a fallu que j’insiste pour payer l’amende de 400 DH ! Comprendra qui veut. Donc, que faire? Je pense que si on veut réellement combattre la corruption, il faut qu’on ait réellement envie et ce ne sont pas les moyens légaux qui manquent. A moins qu’il y ait d’autres considérations plus inaccessibles au commun des mortels. Ceci étant, continuons à faire semblant car il faut bien montrer aux électeurs qu’on s’occupe de la chose publique ! T. R. . Le lubrifiant par excellenceParler de corruption, c’est bien, mais pas de cette petite misère remise, parfois de bon coeur, pour activer un document. Ce n’est pas cela la vraie corruption, celle-ci est un fléau quand elle concerne des affaires importantes, marchés publics, le gré à gré dans tous ses états, les marchés attribués à des pools solidaires et qui font la pluie et le beau temps dans certains domaines, les délits d’initié, et j’en passe.Une question simple, s’attribuer des primes exorbitantes au niveau des administrations et autres services publics n’est-il pas assimilable à de la corruption déguisée, une sorte d’auto-corruption légalisée et validée tranquillement sans risque. Moralité: remettre 5 DH à un malheureux smicard ne doit pas cacher la vraie corruption qui touche sérieusement le développement du pays.B. J. . Point de changementEn somme, tant que le Marocain ne pense qu’à son certificat de résidence, son permis de conduire, son extrait de naissance, son permis d’habiter, son bidule, son truc, sa «machine»…, point de changement. A mon avis, se sentir avant tout Marocain derrière son Roi est la seule alternative pour que le Maroc avance, car il en a largement les moyens: la corruption ne passera pas par moi.T. S. . Inégalité des chancesS’agissant des cartes, permis et autres paperasses, mine de rien, c’est très important. Mais le problème n’est pas là, il est dans l’inégalité des chances que peut créer la corruption (s’agissant d’un concours, par exemple, d’un appel d’offres, d’un examen...). Personnellement, je n’ai jamais cédé à qui a voulu me débourser, mais il faut dire que ça m’a coûté. Bon, c’est un choix, une question de principe. Il m’est arrivé de «gueuler» et de me faire vider. Donc, de mon côté également, ça ne passera pas. Quant à être derrière le Roi, on l’est par politesse, mais on est surtout avec le Roi par solidarité afin d’apporter notre goutte d’eau à cet océan qu’est le processus de démocratisation, d’assainissement de la justice et de développement.I. B. . L’exemple du mondialC’est sûr que la corruption coûte à l’individu, mais qu’en est-il de l’intérêt suprême de sa nation? Je prends un exemple tout bête concernant le dernier mondial et prenons le cas précis des équipes de France et d’Espagne riche d’enseignements. La première a été éliminée sans manière car constituée de 11 individus ayant des intérêts divergents et la seconde, championne du monde, car les 11 individus ne constituent qu’un!T. K.

    Budget: Les recettes décrochent
    . Où prendre tout cet argent?Le budget souffre des besoins de financement de la Caisse de compensation, qui a besoin de 10 milliards de DH de plus que ce qui était prévu. L’Economiste l’a bien annoncé avant tout le monde. Mais le journaliste qui a fait l’article ne s’est pas demandé, ou n’a pas demandé au ministre des Finances où il comptait prendre tout cet argent. Plus exactement qui sera privé de 10 milliards de DH pour subventionner le gaz et l’essence. On se contente de dire: «10 milliards débloqués» sans rien demander de plus, ce n’est pas digne de L’Economiste.Et puis je veux parler aussi des élus du Parlement. Ceux de la majorité font semblant de ne pas voir qu’il y a un gros problème, sauf Habib El Malki de l’USFP. On comprend qu’ils ne veulent pas gêner leur gouvernement. Mais les beaux messieurs de l’opposition, où sont-ils? Il paraît que le PAM est un rassemblement de cerveaux? Il paraît que le PJD est un rassemblement de moralistes? Et alors, où sont-ils? Ils devraient être debout sur les bancs pour exiger des explications. Car c’est une situation grave de prendre 10 milliards d’un endroit pour les mettre ailleurs. Où est la souveraineté du peuple que le Parlement est censé représenter?M. O. . Pourquoi on en est arrivé là?Pourquoi on en est arrivé là? C’est le despotisme de l’ex-directeur des impôts qui en est la cause. Il a grippé la machine en installant un système financier à la Driss Basri. Le contribuable n’a plus aucun droit et il ne peut plus se défendre puisque il est privé de tout recours. L’administration des impôts prive comme bon lui semble tout citoyen de ces droits (obtenir une attestation, faire un enregistrement ou une déclaration de cession) que si vous acceptez ce que les impôts estiment juste? C’est contraire à toutes les lois. Plus personne ne veut investir, ni acheter, ni vendre et c’est cela le blocage de la machine et c’est ce qui crée le déficit.F. E.

    . 15 ans ferme pour Khalid OudghiriLe Maroc vient tout simplement de perdre une personne hautement compétente à cause d’un règlement de compte injuste et inexplicable. Tous les Marocains savent que cette affaire a commencé par l’affaire Wana pour ensuite déborder sur d’autres choses. 15 ans pour ce financier! Qu’en est-il des ministres et des hauts responsables de l’Etat qui font le possible et l’impossible pour s’approprier les fonds publics? L’argent de tous les Marocains. Qu’en est-il des commis de l’Etat qui octroient des emplois très bien rémunérés à leurs enfants sans aucune honte ou sentiment de gêne? Voila l’image parfaite d’un système judiciaire démesuré! La mort n’épargne personne, Dieu merci. S. R. . Epargne: Jouahri veut des incitations fiscalesJe pense qu’il est nécessaire d’accroître l’épargne des ménages. L’épargne globale est plutôt bonne grâce à l’intermédiation de l’Etat. Mais, au niveau des ménages, cela me paraît insuffisant et en tout cas bien mal réparti.Les couches moyennes ont beaucoup de difficulté à accumuler une sécurité, car c’est en ces termes que la question se pose pour les citoyens. Même si au niveau national, la recherche de l’épargne permet avant tout de lancer des grands programmes d’infrastructure. Pour les couches moyennes, la première des épargnes est la caisse de retraite. Or, ces retraites sont très peu développées. Elles ne concernent qu’une toute petite partie de la population. Encore que tous les salariés qui devraient en être n’en sont pas, justement parce que leurs employeurs les maintiennent dans le travail au noir. Et ne parlons pas de l’Etat, qui ne payait les cotisations de ses fonctionnaires que tous les 36 du mois depuis cinquante ans! L’effort doit être fait à ce niveau, c’est celui qui compte le plus pour la sécurité des gens, et pour l’accumulation de l’épargne nationale.M. B.
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc