×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:3182 Le 31/12/2009 | Partager

2009-2010: Votre bilan et vos attentes?
. Bilan? Passons!Le bilan n’est pas rose. Il ne l’est pour aucun pays en cette ère de perturbation et d’incertitude. Donc côté bilan, passons! Quant aux attentes, je souhaiterais que nos politiciens pensent et agissent en politiciens (la gauche, la droite, le centre, les programmes, etc.) et non en membres de tribus qui se font des guéguerres et font perdre un temps précieux et beaucoup d’argent aux pauvres marocains et aux Marocains pauvres. Et s’ils ne le peuvent pas, il doit exister des cours de formation continue dans le domaine politique. Ce n’est pas «hchouma»; ils peuvent toujours apprendre et se mettre à niveau.I. B.. Il n’y a que le sérieux qui payeC’est une année très dynamique pour le Maroc malgré la crise qui a sévi sévèrement dans plusieurs pays. Mes honneurs et mes hommages aux femmes et aux hommes qui font avancer ce pays. Il n’y a que le sérieux qui paye.Continuer et consolider les réformes reste la seule issue au développement.Ceci dit, 2009 est une année noire pour la presse. Les amendes exorbitantes. Les peines d’emprisonnement conséquentes. D’ailleurs, une information qui n’a pas circulé. Un journaliste d’une radio de la place s’est vu offrir une belle mise à pied parce qu’il a osé prononcer année noire pour la presse à l’antenne. Notre ministre de la Communication a pris le soin d’avertir son directeur et de lui signaler que c’était un scandale. A bon entendeur...L. M.. Rose? Pas rose?Au bas de l’échelle - dont j’ai le privilège d’être, avec d’autres, les majoritaires, on est les mieux placés pour conclure si c’est rose ou pas. Quand il pleut, l’eau s’infiltre de nos toits et dans nos murs, quand il fait froid, on le sent, quand le coût de la vie augmente, on est coïncé devant le choix de payer l’épicier du coin ou la facture d’Amendis, quand nos enfants bleuissent de froid en faisant le trajet entre le gîte et l’école, à pieds, faute de transport en commun, etc.Donc, je ne témoigne que de ce que je sais et connais. J’adore mon pays et j’aurais aimé dire que le bilan est rose, mais ici bas, on touche, on sent et on ne se limite pas à lire le «journal officiel» et ce qu’il apporte comme nouveautés de réformes et de législations.I. B.

. La biométrisationA quand d’autres documents «biométriques» comme la CIN, le permis et pourquoi pas le chèque? Ainsi, il en sera fini avec les histoires de chèques volés. Mais au fait que signifie biométrique? Si c’est comme pour la nouvelle CIN alors il faudra croire que c’est une opération de renflouage des caisses de l’Etat et pas plus.M. A.. Déficits Je viens de lire que le Maroc est l’un des pays les plus importants pour BMW au Maghreb. Ah bon? Ce n’est pas l’Algérie avec tous ses pétrodollars et ses 200.000 voitures vendues par an contre 100.000 au Maroc? Réponse: c’est tout simplement parce que le Maroc ne taxe pas les voitures de luxe contrairement à l’Algérie ou à la Tunisie. Le gouvernement marocain encourage les importations des objets de luxe aux dépens de ses déficits abyssaux.N. K.

Energie: La revanche du solaire
. Une petite avanceLes énergies renouvelables et surtout le solaire et l’éolien, c’est déterminant pour l’avenir de notre pays. Soit nous arrivons à profiter de cette étape transitoire de l’économie mondiale, loin des hydrocarbures, soit nous coulons sous le poids de la facture énergétique de plus en plus salée. Encore faut-il pour joindre la gratuité de l’intrant (soleil et vent), il faudrait s’assurer que le Maroc soit impliqué dans la production d’une bonne partie des équipements requis pour capter le vent et le soleil. Cela générerait de l’emploi au Maroc et nous donnerait une petite avance dans les technologies environnementales, véritable moteur de développement du XXIe siècle.B. G.. L’investissement qui peut sauver l’économie marocaine L’investissement massif dans les énergies renouvelables pour les 5 années à venir est déterminant pour l’économie marocaine. Il peut transformer la dépendance énergétique vis-à-vis de l’extérieur en avantage qualitatif réel pour tous les secteurs de l’économie: par exemple un investissement de 5 milliards d’euros sur cinq ans peut favoriser l’indépendance énergétique du Maroc. Cet avantage stratégique à édifier peut donner un véritable souffle pour une structure fiable, harmonieuse et solide pour un excellent déve-loppement au Maroc. L’initiative publique et privé est souhaitable et à encourager largement. Un emprunt national pour le développement des énergies renouvelables ouvert à tous avec une rémunération garantie sur cinq ans à proposer à tous les citoyens marocains et résidents étrangers coûtera moins cher qu’un endettement extérieur. L’énergie solaire pour 60%, le reste pour les autres énergies renouvelables. Il est temps pour cette urgence primordiale, d’activer ce plan ambitieux.B. I.

Enquête L’Economiste-Sunergia: Vos réactions
. Terrain et proximitéAssociations, fondations et ONG font un excellent travail dont on peut palper les résultats concrets, sur le terrain. Qu’il s’agisse d’associations de quartiers, de promotion culturelle, de défense des droits ou de protection de l’environnement, elles méritent notre attention, nos applaudissements et nos hourras! Et quelque part nos remerciements.I. B.. On veut des valeurs et du sens!Aïcha Ech Chenna, présidente-fondatrice de l’Association Solidarité Féminine, reflète pour bien des Marocains les valeurs initiales de notre culture: engagement, solidarité, combativité, générosité. Sa reconnaissance mondiale en fait l’une des meilleures ambassadrices du Maroc d’aujourd’hui à l’instar du poète Laâbi récemment primé. Merci à eux deux car l’on commençait à étouffer à ne plus voir le bout du chemin, ni de héros pour éclairer ce chemin. Cela étant dit, votre enquête dit beaucoup sur la crise de leadership et en prime, une grosse difficulté de renouvellement de ces leaders – où sont les jeunes?Par ailleurs, il est intéressant d’analyser la corrélation entre le temps médiatique accordé à chacune des personnes pour lesquelles ont voté les sondés: Al Himma, Akhannouch, Benjelloun, Ech Chenna, ont bénéficié, intuiti personae et non seulement en tant que représentants d’institutions, d’une présence dans l’espace médiatique extrêmement important en 2009 chacun dans son champ et la dernière par reconnaissance internationale avec un gros montant à la clé. Jettou n’y était pas beaucoup cette année dans les médias, et pourtant… quelle distinction pourrait correctement refléter l’apport de ce Grand Monsieur à notre pays?Ces sondés, qui lisent L’Economiste, regardent TF1 et/ou Al Jazeera plutôt que 2M et RTM (à part Al akhbar-le JT), et suivent les déboires et les succès de chacun ont voté pour des valeurs et ce que ces personnes promettent et projettent en termes de valeurs, et ce, dans le stock existant de ceux qui ont fait l’actualité. Ils ont également voté pour des personnes et non forcément pour les institutions. C’est bien la preuve encore une fois que c’est l’Homme qui est au centre des espérances, des craintes et des angoisses. Finalement quels que soit les noms de personnes élues, ces Hommes qu’on a envie de voir porter le Maroc sont : généreux et engagés (Ech Chenna), incarnent l’espoir du renouveau politico-historique (Al Himma), sont stratèges, persévérants et bons pères de familles (Benjelloun). On a envie d’être ces Marocains-là, ce qui ne veut pas dire que cela soit la réalité. En tout cas bravo à L’Economiste de continuer à donner du sens à notre déve-loppement et notre évolution.M. E.

AMO: Les entreprises vont-elles résister?
. ImpactC’est le moment pour passer à la vitesse supérieure dans le domaine de couverture sociale, ainsi l’AMO aura un impact positif pour le salarié et pour l’entreprise.A. K.. Liberté du choixPareille perspective porte un nom: le nivellement par le bas! Et la liberté du choix du consommateur? Avant de songer à cette collectivisation, il faudra peut-être que la CNSS commence d’abord par collectiviser les régimes de retraites pour amener tous les retraités de ce pays à une misérabilisation certaine. On connaît la logique de cette caisse. Payer pour des clopinettes: les prélèvements sont assis sur l’intégralité du revenu alors que le montant de la retraite est calculé sur la base de 6.000 DH maximum! Quel génie que celui qui a pu dégoter pareille inéquation! L’application de cette invention à l’AMO signifiera alors que vous paierez sur la base de votre revenu et vous serez remboursé des clopinettes après avoir pour chaque dossier fourni 77 photocopies de votre CIN et de celui de votre dame, 32 copies de votre carte d’affiliation, 55 copies de votre acte de mariage ou de divorce (c’est selon!)... 22 copies de certificats de célibat pour les jeunes filles ... pourquoi pas 122 certif de virginité et 333 de circoncision. Non c’est le délire qui vous attend chers patients. Fasse le Ciel que ce cauchemar ne se réalise jamais et que chacun demeure libre du choix du régime de sa couverture médicale.A. S.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc