×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:3172 Le 17/12/2009 | Partager

Suisse/minarets: Vos réactions
. La vraie raison et non des prétextesLe vrai problème c’est le rejet pur et simple de quelques personnes et surtout ceux visés par le vote. C’est valable dans la majorité des pays européens à quelques, exceptions près. Alors c’est très simple pourquoi ne pas équiper les lieux de prière non pas de minarets mais de puissants lasers de belle couleur verte, qui indiqueront les lieux de prière et s’allument en temps opportun et la nuit. Ces beaux rayons pointés vers les cieux seront visibles à des kilomètres. Qu’on ne vienne pas dire que ces rayons vont troubler la navigation aérienne ou bien le vol des moineaux. Alors là, si ces rayons sont encore soumis à vote, il faudra sortir la vraie raison et non des prétextes.M. A. . Hypocrites et aveuglesLes Suisses ne me choquent pas vraiment. Il suffit de constater ce que nos autorités marocaines ont accepté à Marrakech quand des étrangers non musulmans ont rouspété contre les décibels du Muezzin pour la prière du matin.Pourquoi alors interdire aux Suisses de ne pas vouloir pointer des minarets face à leur montagne alors que nous acceptons des restrictions chez nous. Arrêtons d’être hypocrites et aveugles en même temps.H. P.. ToléranceLa Suisse compte 150 mosquées, dont seules 4 possèdent un minaret. Est-ce pour cette raison qu’on a mobilisé le peuple suisse pour un scrutin direct? La démocratie directe suisse est exemplaire, mais les démagogues exploitent les mépris de la population et la vague de la crise d’identité nationale pour imposer leur programme de redéfinir la constitution européenne. Le scrutin suisse a affecté l’Europe entière et démontre la perte de la foi religieuse. En France, c’est seulement 357 femmes qui portent la burqa et ont mobilisé 60 députés pour le vote. On peut attendre plusieurs réactions, mais l’Islam est la religion de la tolérance et de communication avec les autres.A. A.. ConceptJ’ai l’impression qu’il y a deux définitions du concept «Tolérance».L’une, peut être qualifiée d’universelle et se résume en l’acceptation et le respect mutuel des humains hormis leurs différences ethniques, religieuses, croyances, us et coutumes, couleurs, origines... et sans classification ou distinction préalables. La deuxième, peut être qualifiée de musulmane et se résume en plusieurs points:- Accepter sans discuter les dogmes de l’Islam et s’y soumettre, l’Islam n’est-il pas universel?- Se conformer aux règles de la Charia, œuvre purement humaine et non divine;- Avaler les couleuvres et croire ferme aux sornettes de nos fameux ouléma qui, en passant, ont des opinions arrêtées et des avis indiscutables surtout sur la médecine, l’astronomie, la géographie, l’économie, la sociologie et tout ce qui touche à la vie (et la mort) de l’individu…. alors que leur savoir et «science» se limitent au Coran et «Siraa» (faits et gestes)... Bref, être d’abord musulman ou faire semblant de l’être c’est-à-dire un mouton suiveur, après quoi on vous accepte et on tolère quelque peu vos excès et dérives pourvu qu’ils soient mineurs. Ne venez pas par la suite dire que l’on n’est pas tolérant.M. F.. Mauvaise foiJe voudrais tout de même dire que ce n’est pas le minaret qui fait du bruit, c’est le haut-parleur et donc ils auraient pu interdire les haut-parleurs. Les cloches des églises ne semblent pas déranger. Et puis nous avons des églises au Maroc et des synagogues, alors ne venez pas nous reprocher d’être intolérants sur ce point. Certains d’entre nous sont intolérants mais allez chercher ailleurs pour être crédibles.B. G.. BoycottSi on ne réagit pas par un boycott commercial et financier, dans ce cas le reste de l’Occident suivra dans ce sillage raciste et xénophobe. Le minaret n’est ni le hijab ni le haut-parleur qui dérange. Ceux d’entre nous qui ont de l’argent là-bas peuvent choisir de se faire insulter avec les intérêts de leur propre fric ou déplacer leur pactole vers des pays comme le Maroc où leur destin est commun, qu’ils le veuillent ou non.B. G.

Ils travaillent, mais ils sont pauvres
. Ils ne gagnent pas assezLe monde regorge de travailleurs pauvres. Mais ces personnes sont pauvres non pas parce qu’elles ne travaillent pas, mais parce qu’elles ne gagnent pas assez. Près de la moitié des habitants de la planète s’efforcent toujours de survivre avec l’équivalent de deux dollars par jour et, pour nombre d’entre eux, avoir un emploi ne permet pas nécessairement d’échapper à la pauvreté.B. T.. Il faut continuer la pressionPauvres, parce que les richesses de ce pays ne sont pas pour tous. Elles sont partagées entre dame Administration et ceux qui sont déjà riches. Comme vous le pensez bien, il ne peut y avoir de la place pour tout le monde. Inutile de vous faire un dessin. En attendant, il faut continuer la pression. Le très sage proverbe arabe ne dit-il pas: «Affame ton chien, il te suivra». Nos ancêtres savaient bien ce qu’ils disaient.M. F.. Salariés pauvresMerci d’en avoir parlé même avec un quart de siècle de retard. Un article paru au bulletin économique et social du Maroc en 1986 traitait entre autres de cette question. Les données de la CNSS que vous avez le mérite d’avoir rendues publiques devront donner à réfléchir à Lahlimi qui estime que 53% des Marocains font partie de la classe moyenne et Jouahri qui s’élève contre l’idée d’une révision à la hausse du Smig. D. O.

Les richesses dans les régions
. MarginalisationLe Maroc est un pays riche avec ses grandes villes, petites villes, compagnes et toutes régions que se soient montagneuses ou pas. Mais malheureusement, le jour où il a été partagé à un Maroc utile et Maroc inutile, il y a eu la marginalisation de la majorité des petites villes et des régions lointaines. Alors qu’il faut bien exploiter nos ressources naturelles et humaines de chaque endroit du pays, et réaliser une complémentarité entre les régions du Maroc, pour qu’on puisse avancer et évoluer.A. R.. Un peu d’oxygèneS’agissant de faire développer ces régions, il faut injecter un peu d’oxygène à leurs PME chancelantes, il faut donner la priorité à leur main-d’œuvre et ne pas se limiter exclusivement à délocaliser les entreprises et les agences de services de la capitale économique. Parce que ça serait l’absurdité même! Les entreprises de la région doivent avoir leur part des marchés. Pour ce faire, les banques doivent accompagner ces entreprises dont les régions sont ciblées par le développement, pour qu’elles puissent se mettre à niveau. Sinon, on va se retrouver avec les mêmes lobbies, forts et puissants, qui développent leurs propres intérêts dans ces régions. Résultat: les PME et la main-d’œuvre régionales sont écrasées. Certes, la région se développe, mais pour qui? Bien évidemment ce discours va être taxé de séparatiste, alors qu’il n’est question que d’attirer l’attention sur le sens du terme développer. Un développement doit, d’abord et avant tout, cibler l’entreprise et le citoyen de la région. Sinon, comment éradiquer les fléaux - pour parler du Nord - de la culture du cannabis, de la contrebande, de l’informel, du trafic de devises et de la prostitution?I. B.

. L’informel deviendra la règleAu Maroc, c’est normal que le phénomène prenne de l’ampleur tant qu’il y a des vaches dociles et silencieuses à traire jusqu’au sang: les salariés et les entités structurées respectueuses des lois et règlements. Les premiers responsables qui attisent le feu de l’informel sont bien évidemment l’administration en général avec la CNSS et le Fisc en tête du peloton. Bravo Messieurs, au vu des résultats obtenus, continuons avec les mêmes pratiques vertueuses et le chemin est tout tracé : dans 20 ans, l’économie marocaine basculera vers l’informel qui deviendra la règle.C’est les statistiques qui parlent.M. F.. Deux poidsFranchement!!! Vous me demandez de pleurer sur le sort de Dior ou Vuitton? Quand les compagnies pharmaceutiques volent les recettes médicales de nos «acchaba» (herboristes) ou chefs de village africains pour breveter un médicament, pourquoi on n’appelle pas cela de la contrefaçon.B. G.. For food onlyLa compensation dans sa formule actuelle repose sur des fondements qui sont caducs. C’est une gestion sous-développée de la pauvreté or il existe des méthodes modernes pour une répartition équitable et selon les besoins des Marocains nécessiteux qui sont visés par ces actions. C’est l’heure de la vérité des prix. Les actions d’aide aux démunis peuvent prendre d’autres formes, réfléchies, directes et sans intermédiaires. Pourquoi ne pas prévoir une monnaie for food only, comme c’est le cas aux USA. M. I.. Grippe A: Campagne au sérieuxPeut-on arrêter cette pandémie quand les mesures d’hygiène ne peuvent pas être appliquées? Les écoles n’ont pas de toilettes ni fontaines pour se laver les mains, pourtant les écoles, collèges, facs, sont les endroits où se côtoient des milliers de porteurs potentiels du germe. Alors peut-on prendre au sérieux la présente campagne de vaccination?A. L.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc