×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:2797 Le 12/06/2008 | Partager

. Bulle immobilière Les prix de l’immobilier gonflés Etant donné que le prix de vente est composé de 70% ou plus de spéculation ou marge bénéficiaire du promoteur, l’augmentation des prix des matières premières ou du salaire des maçons ne représente qu’une part minime du prix de revient du bâtiment. Autrement dit, un appartement vendu à 10.000 DH le m2 coûtera 3.500 DH le m2 au lieu de 2.900. Donc ce qui détermine le prix de vente, c’est bien la marge bénéficiaire du constructeur et la marge des spéculateurs successifs. Mais cela ne va pas, à mon sens, durer encore très longtemps car les logements inoccupés au Maroc dépassent les 800.000 unités et les besoins sont de l’ordre de 1.200.000 unités. Par ailleurs, les nouvelles mesures étatiques feront reculer les apprentis spéculateurs. Tout le monde est au courant de la crise des subprimes aux USA et de ses répercussions sur les prix de l’immobilier dans pratiquement tous les pays. Ce qui gonfle la bulle des prix de l’immobilier qui sont arrivés à trois fois le prix réel. L’argent investi dans l’immobilier provient très souvent du trafic de drogue. Et les sommes investies dans ce secteur rapportent facilement trois fois plus. Et les acheteurs, pour leur part, prennent souvent des crédits qu’ils remboursent sur une vingtaine d’années, en se privant de tout. H.C. Boycottons l’immobilier!Il y a une solution assez efficace, à mon avis, qui consiste à boycotter les biens immobiliers. Cela peut nous éviter de chercher à acheter un appartement et cela va, à moyen ou long terme, faire du mal à ces gens qui veulent entasser des richesses aux dépens du peuple appauvri. A.T. Libéralisme sauvageAvec la hausse des prix des matières premières, les intermédiaires vont s’enrichir encore davantage sur le dos des consommateurs, qui vont s’appauvrir encore plus. C’est la loi de l’offre et la demande, sous les cieux d’un libéralisme sauvage! F.B.  Mafia Le secteur de l’immobilier est rongé par une mafia qui a toujours su mener notre administration par le bout du nez. La corruption et le gain facile sont devenus une maladie qui est en train de ronger les modestes et de profiter à la mafia, qui arrive à obtenir des dérogations au détriment du peuple.K.Z.


. Avez-vous la fibre écolo? C’est la honte!Il y a quelques jours, le 5 juin, c’était la Journée mondiale de l’environnement. Tout le monde ou presque s’en fout. La motivation principale, toujours nos jours, est de se faire de l’Argent, et plus d’argent, à court terme, à très court terme. Demain, les générations à venir se débrouilleront; nous-mêmes, nous devrons nous débrouiller avec la rareté des aliments et des sources d’énergie. Et puis il y a ces écolos qui imitent les Occidentaux et qui clament que les biocarburants, c’est notre avenir, comme si on avait assez de soleil et de terres pour cultiver du blé pour les voitures de notre élite économique. C’est une double honte: ils font perdre la crédibilité au mouvement écologique auprès de l’opinion publique quand il s’agit de parler de vrais problèmes écologiques: eau, déchets toxiques, pesticides, perte de la diversité biologique, désertification liée au changement climatique. L’autre honte, c’est que nos écolos bien intentionnés échangent le blé destiné à nourrir les êtres humains contre celui destiné à servir de carburant (il faut signaler qu’il faut presque autant d’énergie pour transformer les végétaux en carburants que l’énergie produite). Le monde va à la dérive et si on réclame que l’Etat intervienne pour défendre les riches aussi bien que les pauvres, l’on crie au socialisme. De toute façon, les riches sont devenus incontrôlables et les pauvres aussi ont développé leurs méthodes de défense. L’Etat reste à l’écart et laisse l’environnement payer les pots cassés. M.F.  Le cancer va tous nous tuer Je voudrais ouvrir un débat pour partager, sensibiliser et surtout sauver notre pays. Le cancer est en train de nous tuer lentement mais sûrement. La cause est surtout due aux produits chimiques que nous respirons, que nous mangeons et que nous buvons. Alors, je lance un appel à mes amis écologistes, soyez clairs dans vos priorités, ne jouez pas le jeu des Occidentaux idéalistes qui se lamentent sur le sort d’un chat botté. Il est vrai que le chat a le droit de vivre, et même de vivre confortablement. Mais donnez la priorité dans vos réflexions aux grands enjeux, à ceux qui peuvent causer beaucoup de dégâts: pollution de l’eau par les usines et par les pesticides; pollution de l’air par les hydrocarbures que nous n’avons même pas et que nous devons importer au lieu de nous engager dans les énergies renouvelables; la dispersion des déchets de toutes sortes sur nos zones côtières au risque d’empoisonner nos vacanciers, jeunes et moins jeunes aussi bien que nos ressources halieutiques qui pourront sauver notre pays des famines qui se profilent à l’horizon. Y a-t-il d’autres priorités? Pouvez-vous dire pourquoi? Des possibilités de solution? Merci à L’Economiste d’offrir ce cadre de discussion pour notre avenir à tous. E.A.

. Nos chances pour Pékin La nouvelle équipe de la FRMA est responsable du maintien du niveau de l’athlétisme marocain. Elle est appelée dans ce cadre à injecter sérieusement des fonds pour motiver les athlètes ayant atteint les minimas requis. Il ne faut pas promettre des primes uniquement aux médaillés, mais aussi aux autres, selon leur classement. Aucun Marocain ne contestera un encouragement matériel (une bonne prime) à tous ces athlètes , chacun selon son classement, surtout que la majorité sont très jeunes et issus de familles à revenu modeste. Ils sacrifient leurs temps à l’entraînement pour hisser notre drapeau plus haut au lieu de chercher un travail lucratif. On sait qu’une médaille aux Jeux olympiques est aussi importante que le passage de notre équipe de foot au deuxième tour de la Coupe du monde. Alors n’hésitez pas, Monsieur le président de la FRMA, à accorder des primes équivalentes à celles accordées aux footballeurs (Aouita et Naoual ont hissé notre pays parmi les grands depuis 1984). N.M.

 Vandalisme Si auparavant notre football se caractérisait par le spectacle et la qualité de jeu et le spectateur sortait satisfait, de nos jours nos stades commencent à connaître non seulement des matches où le style de jeu fait totalement défaut mais également des bagarres entre les supporters des équipes opposées. Il n’y a que des insultes et des chants obscènes qui portent atteinte à la morale et n’encouragent pas à voir le match en famille. Le sport le plus populaire au Maroc n’atteint pas les objectifs escomptés dans la mesure où les pelouses, la fédération, les joueurs, l’entraîneur et les spectateurs ne fournissent pas l’effort exigé pour présenter un jeu de qualité, jeu qui parvient à assouvir la soif des amateurs de la balle ronde.Ce qui est inadmissible, c’est que certains spectateurs recourent souvent à la casse et aux actes de vandalisme soit pour manifester leur joie soit pour exprimer leur colère. Ces énergumènes qui font ces actes d’enfantillage n’ont aucun prétexte pour endommager les biens des particuliers (casse des autobus, des vitrines, des boutiques etc.). Ces dépassements doivent être évités en sachant que le sport n’est qu’un jeu fraternel pour se divertir et passer des moments agréables.Les associations sont entièrement responsables de ces agissements étrangers à notre culture puisqu’elles ne parviennent pas à inculquer les valeurs sacrées du sport. Le fanatisme sportif n’à que des conséquences fâcheuses. W.F.

. Quelle destination cet été? Système éducatif défaillant En tout cas, c’est fini le Maroc comme destination touristique. J’irai juste pour une semaine afin de rendre visite à ma famille. Cette position est due à mes expériences précédentes, où j’ai souffert de beaucoup d`arnaques: que ce soit de la part des hôteliers, des restaurateurs, des policiers… Et en plus, nous sommes constamment harcelés par les nécessiteux qui n’ont plus de dignité et plus honte de demander de l’argent.Si notre pays veut vraiment développer le secteur touristique, il vaut mieux commencer par éduquer le peuple et le sensibiliser sur l`importance de ce secteur dans notre économie, sinon on va continuer à avoir un taux de retour qui ne cesse de s’affaiblir.Comment éduquer? C’est simple, il faut revoir tout le système éducatif.H.J.  Chouchouter les touristes locaux Le Maroc est vraiment beau, mais malheureusement les Marocains le détruisent. Je ne resterai certainement pas cette année au Maroc, j’irais juste à côté, en Espagne. Pour le même prix, je m’éclate plus la-bas. On respire cet air de liberté que nous n’avons pas ici. L’année dernière, je me suis résolu à prendre mon acte de mariage avec moi car c’est humiliant de se voir refuser l’accès aux hôtels. Il faudrait laisser les gens vivre comme bon leur semble. Et peut-être qu’il y aura des touristes. Et vu l’état actuel des statistiquesdu secteur, il vaut mieux essayer d’attirer les touristes locaux et les chouchouter. Y.K. Report de l’échéanceIl faudrait reporter l’échéance des importations de quatre ou cinq ans. Mais il faudrait réfléchir au problème lié au prix des combustibles et éviter de faire jouer le monopole. Il faudrait aussi continuer à fournir le super qui existe actuellement sur le marché marocain. Si la Samir n’est pas capable de le faire, alors l’Etat devrait prendre la liberté d’en importer, tout simplement. Et tant pis pour la Samir…M.K  A qui profite la pluie des milliards? Et alors, même si les soi-disant riches sont pleins aux as, sont-ils bien dans leur peau ? Sont-ils heureux? Je ne crois pas. Car le problème est dans l’incapacité de certains à se contenter de ce qu’ils ont. Ils veulent plus, toujours plus, et c’est la spirale infernale qui mène presque à la négation de soi et à l’oubli de l’essentiel qui se résume en des choses simples qui n’ont pas de prix et que tout l’or du monde ne peut acheter. Par exemple, l’amour de l’autre, la bonté, l’humilité ... Ils oublient les valeurs tout simplement. L’une des principales causes de tout cela est le manque de repères dans la vie. Alors franchement, les milliards, je m’en passe. Cependant, le chronomètre de la réussite dans le monde actuel est le volume de la fortune d’un individu et non ce qu’il est réellement. Ainsi va la vie tout simplement, alors pourquoi n’essaie-t-on pas d’être riches, on ne perd rien à essayer, pourquoi pas ?Comment ? Honnêtement… et ça marche à tous les coups!T.B.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc