×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:2792 Le 05/06/2008 | Partager

. Comment retenir nos compétences ? Cadre encourageantIl faut créer un cadre encourageant où les idées peuvent s’épanouir. Une compétence nationale doit être retenue par la création d’un organisme qui propose des pôles de compétences nationales en termes de priorités qui doivent orienter les travaux d’un côté et encourager l’entreprise intellectuelle personnelle créative d’un autre côté. Il faut également que le travail de ces compétences soit reconnu par cet organisme afin de limiter les dégâts, c’est-à-dire perdre des idées innovantes sans les mettre en valeur. En d’autres termes, il faut reconnaître l’apport de ces gens. Dans la situation actuelle, c’est le contraire qui se fait. Ce sont les administrateurs chefs hiérarchiques qui bloquent tout pour cause de non-compétence et de rapport de force. Quelqu’un de compétent ne va jamais accepter avoir un chef hiérarchique non compétent. C’est ce qui se passe actuellement au Maroc. Il faut aussi reconnaître la compétence en tant que telle et enveloppée dans un système de clientélisme. C’est ce dernier point qui est ahurissant. On ne doit pas avoir peur des exigences de quelqu’un qui est compétent, au contraire il faut l’encourager. Le pouvoir scientifique, technique, stratégique donné à une compétence nationale est un droit. Une fois ce droit enlevé, on ne peut plus retenir la compétence. C’est l’incompétence qui s’installe. Enfin il faut un encouragement matériel.M. A.  Attention au moqaddem!Il faut créer un climat favorable sur les plans sécurité, santé, loisirs, enseignement, etc. sinon il y a des gens qui partent pour un petit problème bureaucratique de rien du tout...Un jeune ingénieur de haut niveau a émigré parce qu’il a été «torturé» par un petit moqaddem pour établir un livret de famille! Eh oui, un petit employé peut chasser une compétence ou un investisseur!A. F.  Lourdes conséquencesL’exode des cerveaux est monnaie courante à l’échelle internationale tant que les pays d’origine n’accordent pas l’estime méritée à leurs progénitures. Par exemple au Maroc, un grand nombre de scientifiques, d’intellectuels et d’académiciens quittent le pays pour s’installer à l’étranger, notamment en France, au Canada et aux Etats-Unis. Cette diaspora a pour unique explication le fait que ces savants ne trouvent pas le champ fertile pour mener une vie paisible et qu’ils souffrent atrocement du manque de matériel pour aiguiser leur intelligence. Au contraire, dans les pays hospitaliers, tous les ingrédients sont réunis pour réussir brillamment la carrière en utilisant toutes les potentialités.Notre pays est ingrat envers ces diplômés qui ne parviennent pas à décrocher un job malgré les titres hautement qualifiés. En fuyant soit le spectre du chômage, soit les rémunérations faibles, soit le travail hors spécialité, nos professeurs universitaires, nos ingénieurs, nos médecins et tous les cadres supérieurs désertent pour assurer leur avenir sous d’autres cieux.Le pays a besoin de ces compétences s’il veut avoir une place de choix dans le monde. Si des mesures ne sont pas prises très vite, les conséquences néfastes seront lourdes les années à venir.G. B.  Aides financières Je suis un étudiant résidant en Allemagne et j’ai beaucoup de contacts avec des étudiants en fin d’études. J’ai remarqué que ces gens ne veulent rester en Allemagne que trois ou quatre ans pour avoir une expérience professionnelle dans leur domaine de compétence. La plupart de ces étudiants suivent des formations dans des branches de haute technologie (électrotechnique, robotique, énergie…). Ils ont une forte volonté de revenir au Maroc travailler en entreprise. Beaucoup veulent créer leur propre affaire. L’Etat devrait leur proposer des aides et facilités administratives et financières pour les encourager à mener à bien leurs projets. F. L.


. A qui profite la pluie des milliards? La galère des esclaves Mais la réponse est toute simple: elle profite aux milliardaires, surtout les nouveaux milliardaires, mais c’est là un jeu très dangereux. D’un côté il y a les riches, les nantis, de l’autre, il y a les pauvres et les... morts-vivants. Ce qui est étonnant, ce sont les nouveaux milliardaires, qui se sont enrichis comme par enchantement, alors que dans des pays tels que l’Angleterre, les familles très aisées se sont enrichies au fil des années et des siècles, grâce à des commerces familiaux légués de génération en génération. Dans notre pays, il existe des personnes qui gagnent mensuellement des milliards dont ne bénéficie qu’une infime partie de travailleurs, alors qu’avec ces énormes gains on pourrait faire vivre des centaines de familles. Donc il n’y a rien d’étonnant à ce que la misère sévisse chez nous. Si on ne remédie pas à ces aberrations et ces injustices flagrantes, on va à la catastrophe… Une distribution rationnelle des gains s’impose si l’on désire du progrès pour notre pays, autrement les malaises et les conflits sociaux ne feront que s’étendre davantage. L’état accorde souvent des facilités à des entreprises afin qu’elles puissent exercer, malheureusement ces entreprises, dès qu’elles démarrent, deviennent chiches, frauduleuses et inhumaines. Comme qui dirait des galères, qui jadis fonctionnaient avec des esclaves, faisant fi du moindre respect de la dignité et de la valeur humaine, telle la monstrueuse affaire de l’usine pénitencier de Lissasfa à Casablanca… Et ça continue, alors qu’une large campagne nationale de contrôle de tous les secteurs productifs aurait dû être lancée pour parer à d’autres tragédies analogues, et ce afin de verbaliser et même de fermer tout établissement ne répondant pas aux normes réglementaires. Personne n’a le droit de gagner de l’argent aux dépens et aux risques des enfants du peuple non nanti…B. B.  Cercle ferméLes grands projets immobiliers touristiques qui foisonnent dans les grandes villes marocaines intéressent en premier lieu les blanchisseurs et les spéculateurs. Par conséquent, ce genre d’opérations reste cloisonné dans un cercle fermé sans effet multiplicateur suffisant sur l’économie. Sans compter que dans beaucoup de projets touristiques, l’argent est versé à l’opérateur à l’étranger. Le Maroc récolte le peu d’emplois créés. Rien n’équivaut l’investissement industriel très productif et générateur d’emplois car le niveau d’éducation des Marocains ne permet pas de verser dans une société de services.Il faut franchir les étapes.N. Y.

. Immobilier: Croyez-vous aux mesures anti-spéculation? Corruption très présenteToutes ces mesures, moi je n’y crois pas. Le droit de péremption, l’application des taxes pour les logements inoccupés,… ce sont des mesures qui vont donner naissance à d’autres pratiques et techniques de fraudes plus intelligentes. Du coup, on n’en sortira pas. On connaît tous la capacité du Marocain à s’adapter aux situations les plus diverses. La corruption est toujours très présente. Nous n’avons pas pu la combattre. L’idéal, c’est d’arriver à une offre supérieure à la demande, chose qui n’est pas impossible. S. K.  Constructions affreusesà Marrakech Ne vous en faites pas, la régulation va se faire par elle-même quand les apprentis spéculateurs vont rester avec leur bien sur les bras parce que personne ne voudra les acheter à des prix prohibitifs! Il y a déjà près de 100.000 logements libres à Marrakech. Ce sont des logements mal finis, construits en dépit du bon sens, mal isolés car on y gèle l’hiver. Ils ne sont pas ensoleillés et le mur du voisin est la seule vue. Quand je vois la situation à Marrakech, c’est à pleurer! Tout le monde s’improvise promoteur, fait n’importe quoi, avec des constructions affreuses, sans goût, dans des zones en cours de construction pour les dix ans qui viennent. Il faut vraiment être irresponsable pour investir dans de telles conditions.M. M.  Que fait l’Etat?Je ne crois pas que les mafias de l’immobilier profitent à la majorité des employés de l’Etat dans ce domaine. J’estime que l’Etat ne fait pas son boulot de la meilleure façon possible.Les prix de l’immobilier gagneraient à être régulés. B. O.  La corruption, notre grand malheurToutes ces mesures sont très bonnes, voire géniales. Seulement il faut des mesures d’accompagnement. Une seule suffirait: combattre la corruption. Autrement, aucune mesure ne pourra aboutir. Notre malheur à nous est unique: c’est la corruption. A. A.

. Casablanca ou le mal de vivre Trottoir Squatté par les:- Cafés- Mendiants- Marchands ambulants- Voitures- ChantiersDanger permanent pour les piétonsCirculation- Pas d’amélioration- Passage clouté insuffisant- Stationnement très anarchique- Excès de vitesseSécurité- Pas de police de proximité- Agression des femmes et des enfantsPollution- Aucun effort (bus, voitures, usines)Transport- Mdina bus décevant- Taxi en mauvais état- Anarchie devant les gares routières et ferroviairesPropreté- Laisse beaucoup à désirer- Immeuble non repeint depuis une éternitéEsthétique- Certains boulevards comme Mohammed V doivent être rénovésChien- De nombreux jeunes sèment la panique avec des chiens genre Pitbull (interdit en France)Conclusion: Ce n’est plus Casa la Blanche mais Casa la Noire au sens large du terme

. Quelle destination cet été? Doux rêve Casablanca en été est un doux rêve de Casablancais les autres mois.Je vais probablement plus me concentrer sur mon travail sans le tohu-bohu habituel.H. D.  Economiser pour la rentrée scolaire et le Ramadan Au moment où les matières de première nécessité augmentent en flèche et atteignent des prix exorbitants, la majorité des citoyens commence à renoncer à leurs vacances et opte pour le choix le plus simple. Dans ce sens, leur destination préférée dans la majorité des cas reste le pays natal et surtout les zones maritimes les plus proches. Comme le Maroc connaît une chaleur caniculaire durant la période estivale, la direction vers les stations balnéaires est un choix de mérite. Durant ces vacances, le fonctionnaire, l’étudiant, et autre catégories socio-économiques se divertissent en mettant un terme au travail assidu de toute l’année. C’est une occasion pour changer d’air et se charger les batteries pour retourner au travail ou à l’école avec un moral plus élevé. Le temps de repos est une nécessité pour exercer dans de bonnes conditions le métier ou la carrière. Or les gens doivent économiser leurs sous et ne pas trop gaspiller pendant l’été car ils seront confrontés à des dépenses excessives relatives à la rentrée scolaire et au mois sacré de Ramadan. Bonnes vacances à tout le monde.K. F.  Randonnées et aventure Cette année, j’ai envie de sortir un peu des sentiers battus et de faire quelque chose d’original. Nous allons donc aller un peu à l’aventure, mais dans un cadre sécurisé et organisé. Avec plusieurs autres familles amies, nous avons décidé de découvrir la montagne marocaine et de faire des randonnées dans l’Atlas. Nous passerons donc les nuits dans des tentes berbères. En plus, ce sera un plan plutôt économique. D. E.
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc