×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Société

    Courrier des lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:2753 Le 10/04/2008 | Partager

    Trop chère la vie?

     Booster les salairesPour maintenir le pouvoir d’achat et éviter l’inflation, il est nécessaire d’augmenter les salaires de la classe sociale défavorisée.S.B. Révision de l’IR, baisse du carburantLes Marocains revendiquent la révision de l’IR, la baisse du prix du carburant et surtout l’augmentation du pouvoir d’achat… Le gouvernement doit tenir ses promesses à l’issue du dialogue social.M.Y. Zen, mais jusqu’à quand ?Au Maroc, en Europe ou ailleurs la cherté de la vie semble universelle. Jusqu’à quand les ménages marocains resteront zen? C’est la question que le gouvernement doit se poser. Qu’en sera-t-il quand les produits de base ne seront plus subventionnés?R.F. A quand une campagne de mobilisation?La question du surcoût de la vie n’est pas une nouveauté. Les associations de consommateurs doivent être plus actives et plus présentes et agir en lançant notamment une campagne de mobilisation contre la vie chère.R.M. Assez de bonnes paroles?Tout est trop cher: la nourriture comme l’essence ou même l’eau et l’électricité. Où aller se plaindre de cette hausse des prix? Nous devrions nous rassembler devant un lieu public pour interpeller. Assez de bonnes paroles! A.B. Effet boule de neigeLe mécontentement des citoyens a commencé en 2006 avec l’augmentation à deux reprises du prix du carburant à la pompe. Cette hausse s’est directement répercutée sur les tarifs des transports publics (5 à 7 DH pour les petits taxis casablancais et 3 à 3,5 DH pour les bus). La hausse des prix a atteint, par la suite, les prix des produits alimentaires et de première nécessité (sucre, farine, huile…) qui ont connu des fluctuations importantes. Je confirme que la vie au Maroc est de plus en plus onéreuse. Le gouvernement lui-même ne le cache pas.O.R. Vers la catastrophe?Si les pouvoirs publics ne réagissent pas, il est certain que le Maroc court vers une catastrophe sociale comme celle que connaît L’Egypte. L’Etat doit prendre des mesures sérieuses pour alléger ce fardeau. Je propose de revoir le fonctionnement de la Caisse de compensation, exonérer de la TVA les produits de première nécessité ou encore limiter les dépenses des hauts fonctionnaires. T.I. Mesures urgentesLe citoyen marocain trouve des difficultés pour subvenir à ses besoins les plus indispensables. Les prix montent en flèche alors que les salaires et les rémunérations des journaliers stagnent. La situation risque d’empirer si les responsables ne prennent pas des mesures urgentes.K.P.


     Pauvre natureEncore une fois, l’Union européenne sort un rapport pour rappeler à l’ordre le Maroc sur ses agissements anti-écologiques. C’est une véritable catastrophe que nous ne sommes même pas capables de voir. Cette catastrophe, nous la fabriquons tous les jours et nous apprenons à nos enfants à faire de même. La saleté a été banalisée, les détritus sont jetés tout au long des trottoirs, des carcasses continuent à être visibles sur les routes, les autobus et les usines continuent à polluer…, sauvons ce pays qui va finir par étouffer!F.E. Pas de répit pour les pollueursAllons-nous continuer à massacrer notre environnement et développer des virus et des maladies, sans réagir? Les Marocains qui exigent de la qualité lorsqu’ils achètent et consomment, doivent l’être aussi pour la propreté de leur ville. Pas de répit. Il faut trouver un système pour que tout cela s’arrête, sinon nous n’aurons plus d’air pour respirer. Nous n’aurons plus rien. S’il faut faire des lois pour sanctionner. Pas de répit pour les pollueurs.S.C.

    La grande évasion!

     Le système judiciaire n’y est pour rienIl y a malheureusement un déficit dans le domaine judiciaire, qui a été d’ailleurs relevé par les instances internationales.Quant à nos évadés, le système judiciaire ou pénitenciaire n’y est peut-être pour rien. Ces criminels ont probablement creusé un tunnel et se sont retrouvés dans l’Atlantique…E.H. Privatiser Justice et prisonsJe conseille de privatiser la Justice et les prisons. Les Marocains préféreront des juges importés..., même du Swaziland! Regardez les résultats dans le secteur de l’électricité ou de l’assainissement solide. La privatisation est la seule solution qui s’impose si nous voulons avancer.W.C. C’est grave! L’évasion des 9 détenus de la prison centrale de Kénitra touche à la sécurité de notre pays. Cette «évasion» ajoutée à celle d’El Néné, à la dernière vague de grâces royales et aux procès finissant en pétard mouillé, nous rappelle la triste réalité de notre Justice. A quand une vraie mise à niveau? M.Z. Quelque chose ne tourne pas rondLes évadés se sont inspirés du fameux film «La Grande Evasion». A la différence près que les héros du film n’ont pas débarqué dans le jardin du directeur de la prison. Cependant, cet événement nous interpelle à plusieurs niveaux et notamment celui de l’Administration pénitenciaire. De manière générale, quelque chose ne tourne pas rond dans le département de la Justice, tant qu’il y a des gens qui ont dépassé l’âge de la retraite et qui tiennent encore les commandes dans ce secteur sensible…Z.T. L’évasion tout courtIl ne faut pas s’étonner de cette évasion car tout s’achète dans les prisons marocaines, même le silence. Les geôliers tirent profit du passage des pensionnaires sans aucun état d’âme.Dans nos pénitenciers, tout circule, drogue, téléphones portables, argent, etc. Lorsque vous faites la remarque, on vous rétorque: «droit de l’homme» (parapluie de circonstance). Sinon, comment expliquez-vous le nombre insignifiant de détenus orientés en psychiatrie? La réponse est simple: la disponibilité de la drogue dans le domaine carcéral. K.S.


    Fès: 1.200 ans d’histoire

     Notre vraie identitéC’est une occasion de rappeler aux Marocains leur vraie identité. D’où est venu le nom de Fès et par qui la ville a été fondée? C’est une occasion aussi de faire connaître tout notre patrimoine artistique et musical.T.I. Le Maroc est trois fois millénaireL’histoire du Maroc n’a pas 1200 ans. Le Maroc est trois fois millénaire. Cessez de falsifier l’histoire!M.H. L’histoire de l’humanitéLes responsables du Tourisme doivent avoir préparé une stratégie touristique à cette occasion. Très peu de pays (surtout de l’Amérique du Nord) peuvent avoir des témoignages vivants de l’histoire de l’humanité. H.E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc