×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Société

    Courrier des lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:2690 Le 10/01/2008 | Partager

    Plus de tabac dans les lieux publics: Etes-vous pour ou contre?

     Pourquoi pas au Maroc?Je suis parfaitement d’accord avec cette interdiction. Elle a mis, toutefois, beaucoup de temps pour voir le jour en France. J’espère qu’elle sera appliquée au Maroc dans les plus brefs délais.B.N Les Occidentaux durcissent leurs loisLes Occidentaux que nous aimons tant suivre dans tous les domaines durcissent leurs lois. Le tabagisme nous coûte et nous coûtera encore des fortunes, autant les utiliser dans une vraie politique de développement ou pour combattre d’autres maladies (cancer, VIH....).K.M. Le tabac tueLe tabac tue chaque jour des milliers de personnes. La fumée des cigarettes est tout aussi nocive pour ceux qui ne fument pas. C’est vraiment criminel et irresponsable de continuer à fumer dans les lieux fermés (maison, bureau, café, disco ...). Les autorités doivent promulguer une loi en ce sens...Y.E. Interdire le tabac...Je suis un fumeur contre vents et marées car parfaitement conscient des méfaits du tabac. Mes enfants s’en plaignent franchement : L’aînée (12 ans) se bouche le nez et la cadette (9 ans) me lit ses leçons à l’école à ce sujet. Rien n’y fait! J’ai été en mission en France. Je me suis d’abord abstenu de fumer, puis j’ai décidé de passer à l’acte. Il me fallait un cendrier. Mon pauvre interlocuteur l’a cherché dans tous les autres bureaux, en vain. Il m’a donc suggéré d’aller au «fumoir». Je l’ai fait à contre-coeur une ou deux fois pendant toute la durée de mon séjour (une semaine). En d’autres termes, grâce à l’interdiction, on résiste plus à l’envie de fumer. L’interdiction crée même une sorte de synergie, comme pour Ramadan : le jeûne est plus facile quand tout le monde est concerné.Ce séjour en France remonte à plusieurs années déjà. Et la lutte continue chez eux. Je suis resté fumeur en espérant qu’un jour le paquet de cigarettes coûterait 500 DH !!S.D.


    Papier: Pénurie mondiale

     Plus de papier consomméL’informatisation est censée ralentir l’utilisation du papier même si l’imprimante est coupable de plusieurs arbres abattus. La croissance démographique, surtout en Chine et en Inde, va accroître la demande sur le papier. Chez nous, au Maroc, je serais heureux de voir plus de papier consommé (à court terme) car cela voudrait dire que nous avons moins d’analphabètes. Les gens éduqués deviendront graduellement écologistes et utiliseront plus de RAM d’ordi que de rames de papier.H.S. La lecture laisse à désirerLe chômage des diplômés, la cherté des ouvrages, la déperdition scolaire, etc. sont des éléments parmi d’autres qui incitent les gens à renoncer à la lecture et à chercher un emploi. La culture de lecture fait défaut pour la simple raison que les gens combattent pour gagner leur vie et subvenir aux besoins primaires. Une personne privée de toutes les commodités de la vie quotidienne ne porte automatiquement aucun intérêt à la lecture, activité qui vient au second plan. Les Marocains ne sont pas des passionnés de la lecture vu que nos villes souffrent de la rareté des bibliothèques et des maisons de culture. Dans ce sens, les responsables doivent fournir tous les efforts pour rendre au livre sa place. Le progrès des pays passe obligatoirement par la lecture. Doter les bibliothèques des livres de tout genre, distribuer les revues et les ouvrages gratuitement dans les zones maritimes durant la période estivale, encourager les initiatives artistiques et littéraires, organiser des rencontres et des séminaires dans toutes les institutions du pays. M.S. Zéro papierDans le monde occidental et depuis l’explosion de l’Internet, le message officiel de la plupart des décideurs est le «Zéro papier». De nombreux investissements sont réalisés dans le domaine de la dématérialisation et la numérisation des documents pour permettre leur gestion électronique qui signifie le transport, la mise à jour et la conservation informatique desdits documents. La gestion électronique (GEID) a fait un long chemin et le support électronique est partout présent (musique, livres, cours, journaux...) mais le coup de grâce viendra sûrement du secteur public quand la plupart des documents officiels seront numérisés (contrats, carte grise, extrait d’acte de naissance, passeport...). Quand ces réalisations seront menées à bien et quand la loi aura été adaptée, le papier consommé dans le monde ne représentera plus un problème et les arbres pourront continuer à ombrager nos prairies. Pour le moment le consommateur vorace le plus inquiétant est toujours le même: la Chine.A.P.


    Au Maroc, le nucléaire attendra 2017

     Alternatives en parallèleHésiter à s’engager résolument dans le nucléaire, relève du non sens et de l’incompétence. Croire que la sécurité énergétique du pays pourra se réaliser en dehors de cette option est aberrant. Pour affirmer cela, je laisse de coté (douloureusement) ma sensibilité écologique, pour ne prendre en considération que l’intérêt fondamental du pays. Ceci ne veut nullement dire une négligence des autres sources alternatives à développer en parallèle.A.S.  Eco ou stratégie ?C’est une sage décision en soi car le Maroc n’a pas beaucoup le choix faute d’une intégration véritable et accélérée sur le plan maghrébin. Sur le plan économique stricto sensu 2017 n’est pas une chose insensée, j’espère que ce délai sera mis à profit pour peaufiner le projet sous des angles peu apparents à première vue, je citerai en particulier :1) le choix du site et son extrapolation sur le plan aménagement du territoire pour les 30 ans à venir et l’étude de l’impact sur l’environnement2) la formation continue du personnel d’encadrement 3) le plus important peut-être est la politique de maintenance, c’est le volet qui coûte le plus cher et c’est le plus difficile à évaluer d’une manière sûre. Le Maroc devra se doter d’un tissu de PMI spécialisées dans ce type de maintenance. Une centrale nucléaire double ses effectifs pendant la maintenance (arrêt de tranche) ce qui signifie que la sous-traitance est phénoménale. D’où l’effet bénéfique de voir naître toute une ville qui se «nourrit» de la centrale nucléaire4) là où le bât blesse c’est le traitement des déchets, il n’y a pas de solution miracle aujourd’hui, mais dans cette attente, il faudra recycler les déchets à l’étranger moyennant des dépenses colossales qui impacteront la rentabilité.En résumé, le modèle économique est complexe et il faudra tenir compte de sa rentabilité sur une vingtaine d’années maximum (durée de vie d’une centrale).Sur le plan stratégique, c’est autre chose...A.P. La rupture c’est aujourd’hui ou jamaisNous avons grandi avec cette culture d’attente et des grands discours. C’est tout à fait logique d’attendre jusqu’en 2017 pour des raisons d’infrastructure, entre autres. C’est une façon gentille pour justifier ce retard et une manière indirecte de la part de la France pour dire non au Maroc. Même le TGV ne se réalisera pas à la date prévue. S.Y.


    . On n’aura pas l’AIEA sur le dosSi nous commandons aujourd’hui une station nucléaire de 2e génération qui coûte un milliard de dollars (valeur 2005) nous ne pourrons commencer à produire de l’énergie nucléaire qu’en 2015. Avec un milliard de dollars, on peut produire de l’énergie éolienne ou solaire dès cette année et d’une manière modulaire, locale et bénéficiant aux pauvres dans les coins reculés du Maroc dans le cadre de l’INDH. Nous aurons ainsi évité les risques d’accidents nucléaires, l’accumulation des déchets radioactifs et décentralisé les pôles de production de l’énergie au niveau national. Nous n’aurons pas l’AIEA pour nous épier et s’assurer que nous ne produisons pas d’armes nucléaires. Le développement du savoir nucléaire est très important pour notre pays mais il ne doit pas être considéré comme la solution à notre crise énergétique.H.E.

    . Sahara: Le 3e round Je ne crois pas au miracle! A mon avis, ce n’est ni une question de droit, ni de politique et encore moins de stratégie. Car l’Algérie ne démordra pas, à moins que ce «cher» pays frère ennemi ne reçoive un bon coup sur la tête, tel un progrès économique et social déterminant au Maroc ne laissant à l’Algérie aucune chance de leadership dans la région.D.S. Concession marocaineLes négociations entre le Maroc et le Polisario n’auront pas les résultats escomptés tant que l’Algérie s’entête à soutenir cette minorité pour obtenir des terres marocaines. L’objectif de l’Algérie est sans équivoque d’avoir une issue sur l’océan Atlantique et monopoliser à la longue le commerce international dans la région. C’est une vision hégémonique qui brouille toutes les cartes pour assurer une paix totale dans la région. Sans oublier que cet égoïsme algérien met les bâtons dans les roues pour l’établissement d’un grand Maghreb uni qui pourrait défier les nouvelles donnes de la mondialisation. La majorité des leaders du Polisario ont regagné la patrie pour la simple raison que les conditions de vie des séquestrés sont catastrophiques et que l’utopie de bâtir un Etat est irréalisable. Pour mettre un terme à un désaccord qui a duré plus 30 ans, le Maroc a fait des concessions en proposant la vision de l’autonomie sous la souveraineté marocaine. C’est un choix idéal et le Polisario ne doit pas tarder pour saisir l’opportunité.Avec cette suggestion, la région va connaître la tranquillité et le terrain sera débroussaillé pour l’édification du Maghreb arabe.L.M.

    . Comment gérer les démissions? Les raisons Aujourd’hui beaucoup d’entreprises souffrent d’un départ massif des collaborateurs nouvellement recrutés et ce pour diverses raisons: Salaire peu motivant, conditions de travail difficiles, grande charge de travail ou encore stress. Pas d’évolution au sein de l’entreprise. En plus d’autres facteurs que nous ne pouvons tous citer.Ne faudrait il pas penser plutôt, pour pallier ce problème, de changer de culture d’entreprise et orienter cette culture vers le collaborateur qui s’y trouve déjà? C’est lui le principal acteur. B.H. Valorisation du personnelLes départs sont inévitables. Mais quand le turn over devient important, l’entreprise doit se poser des questions sur la gestion de ses ressources humaines. Plusieurs salariés ont tendance à changer car ils n’évoluent pas au sein de la même structure. Motiver à coup d’augmentations de salaire n’est pas suffisant, il faut penser à d’autres méthodes notamment la valorisation du personnel...L.B.

    . Sarko trop facho!L’annulation du rallye est une catastrophe: cela s’appelle céder aux sirènes de la peur de l’autre. Le Maroc, le Sénégal, l’Espagne... tout le monde a été sanctionné. Le gouvernement français est étonnamment immature et de tels agissements sont dangereux. Qu’est ce que ce sera après: la fermeture des frontières françaises au prochain crime commis par un Français au teint basané?!M.E.. Pauvre libertéJe suis atterré par les nombreux courriers des lecteurs de l’édition électronique du 3 janvier 2008 réagissant à l’article de votre journal sur le «Père Noël marocain». A la lecture de certains commentaires, je croyais me retrouver sur un site de propagande islamiste. Où va ce Maroc qui renie « méditerranéisme, sa berbérité et son andalousisme» et qui revendique de manière simplette une arabité monolithique et un renfermement culturel hermétique? Lorsque l’on compare la jeunesse lettrée des années 70 et 80, ouverte et progressiste, à celle de nos jours, repliée sur elle-même, conformiste et conservatrice, nous comprenons mieux cette phrase de ce lecteur pour qui: «La modernité [...] c’est surtout de la créativité et le respect des obligations de chacun...», une sorte de morale kantienne revisitée par une sauce islamiste ! Pauvres de nos libertés oubliées par cette «modernité» réactionnaire...H.F.

    . Corbeaux, attention à vos plumes!Depuis que cette page est ouverte à nos lecteurs, nous traitons des dizaines de lettres, fax et mails par semaine. Parmi ces courriers, tentent parfois de se glisser… des «corbeaux»: nous en avons identifié deux qui avaient essayé d’usurper l’identité d’une autre personne. La proportion est donc extrêmement faible et montre bien que nos lecteurs sont des gens honnêtes. Mais à l’attention particulière des corbeaux, L’Economiste rappelle que ce genre de pratique tombe sous le coup du code pénal.
    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc