×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Courrier des lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:2685 Le 03/01/2008 | Partager

    . Où est passé le père Noël marocain? Les bigots gagnent du terrainL’éditorial intitulé «Brèche» est effrayant. Il confirme en tout point ce que j’avais signalé au sujet de nos «gays». En ce sens, que les bigots sont en train de gagner du terrain face à l’attitude hypocrite de nos dirigeants et de notre société. Bientôt, ils nous imposeront leur code de conduite à l’iranienne ou à la saoudienne.M.F. Et alors?Noël est devenu un symbole au Maroc aussi? Si je ne me trompe pas, il a une origine religieuse chrétienne. Il a été surtout utilisé par les grandes marques pour des questions de marketing. En quoi un pays «musulman» est concerné? Il y a d’autres moyens pour offrir des cadeaux aux petits enfants sans mensonge ni clonage sur l’Occident!!!M.K. Vous dites le père Noël ? C’est dommage que vous ne l’ayez pas vu circuler dans les couloirs et commissions du Parlement à l’occasion des discussions sur la loi de Finances 2008. Pourtant, il a été le facteur majeur et a dominé les ébats, pardon, les débats parlementaires qui étaient houleux parait-il.M.F. Nous sommes au Maroc?A lire vos éditoriaux et vos articles, je me demande dans quel pays je suis? Tout d’abord, nous sommes dans un pays musulman par la Constitution et par ses habitants. Je ne comprends pas pourquoi vous défendez l’alcool, les gays, etc. Alors que les pays modernisés (car vous liez souvent la modernité à accepter l’alcool et la perversion) combattent ces fléaux. La modernité ce n’est pas boire de l’alcool (comme les alcooliques anonymes), ni coucher avec n’importe qui (déperdition familiale), ni fumer des cigarettes (garantie de cancer)... mais c’est surtout de la créativité et le respect des obligations de chacun...L.M. Le père Noël marocainLe père Noël n’a pas de nationalité pour être marocain. Les photographes profitaient de cette époque de fin décembre pour se faire des petites recettes, faisant fi de tous les principes musulmans et de tous les appels et instructions donnés par les imams de mosquées. Je ne sais pas pourquoi nous continuons à imiter les coutumes des autres confessions... Les parents sont responsables de l’éducation de leurs enfants. C’est à eux de leur faire savoir quelle religion ils doivent suivre...A.N. A côté de la plaqueVotre «philosophisation» de ce phénomène qui n’en est pas un pour 99,999% des Marocains reflète votre éloignement total des vraies préoccupations de vos concitoyens. Il est beaucoup plus important de «philosopher» sur des ménages qui s’endettent pour acheter un mouton, et les sociétés de crédit qui redoublent de publicité en période de Aïd Al Adha pour profiter de l’ignorance des gens.Il est beaucoup plus important de «philosopher» sur les millions de Marocains qui ne peuvent pas faire leur prière dans les mosquées 1/2 heure après l’Adhan, parce que ces mosquées sont fermées (raisons sécuritaire!). Essayez d’aligner votre ligne éditoriale avec les véritables aspirations du peuple marocain plutôt que d’essayer de le ramener vers un «idéal» qui n’est pas et ne sera jamais le sien. Mais vous demander cela, me paraît comme croire à «votre père Noël».A.R. Qui a assassiné «Baba Nouile» ?-Le sécuritaire, qui est souvent atteint d’une phobie antiterroriste ?-Le terroriste nourri de la propagande des organisations politico-religieuses?-Les médias de ces organisations qui reprennent dans leurs pages étalées sur la place publiques les sermons contre les fêtes de fin d’année ?-Les jurisconsultes qui ont depuis longtemps excommunié (en interprétant de la manière la plus orthodoxe les sources de la charia) les fêtards de fin d’année ?-Les défenseurs de la «société démocratique et moderne» qui n’ont pas réagi à l’assassinat de «Baba Nouile» alors que leurs adversaires étaient en train de le tuer en se tuant ?-Les musulmans ordinaires (c’est-à-dire ni islamistes ni laïcs) qui n’ont pas pensé à leurs enfants en proposant une institution analogue au père Noël conforme au rite?Qui est responsable de la mort de Faraj Fouda (militant égyptien de la laïcité) ? Les criminels qui l’ont tué ? Les autorités religieuses qui l’ont excommunié (quoique Fouda ne fût jamais athée) et qui savaient qu’un verdict d’apostasie vaut une condamnation à mort, selon la charia?La chaîne de l’intolérance ne s’arrête pas aux organisations terroristes.Elle va jusqu’à l’école : en ce moment on est en train d’apprendre aux écoliers que la non-pratique de la prière est un acte d’impiété. Le Marocain, non pratiquant comme beaucoup d’autres dans ce pays, ne devrait pas s’étonner donc d’être condamné à mort par son propre fils dans une dizaine d’années. L’école devra extirper l’intolérance de son éducation religieuse tout en évitant la laïcité -impopulaire, résultat difficile mais qui aurait été atteint dans certains pays arabes. Il est surprenant que cet Islam marocain moderne et souple qu’on présente comme un solide rempart contre le terrorisme n’a pas d’existence en doctrine. D.E.


    . 2008: Vos voeux Difficile équationAu 31 décembre, chaque pays s’auto-évalue en arrêtant l’exercice en cours. L’actif doit, désormais, être égal au passif afin que l’équilibre soit établi. L’équation est trop simple. D’un côté il y a les volets : politique, économique, social et culturel et de l’autre côté on trouve le citoyen ainsi que son bien-être. Voilà, en attendant que votre journal fasse ce petit travail...meilleurs voeux à tous.M.N. Les grands chantiersNous devons tous nous unir pour combattre la pauvreté, scolariser le maximum de nos enfants et réussir tous les chantiers en voie de réalisation. Il s’agit aussi de choisir un gouvernement qui ouvrira enfin les portes à nos entreprises par la baisse des charges de toutes sortes. Enfin, se solidariser davantage pour boucler le peu qui reste de notre dossier du Sahara.M.S. 2008, année de dialogue?L’année 2007 a été difficile pour plusieurs couches sociales. Elle nous a montré que les Marocains ne se fient pas aux responsables et aux slogans démagogiques. C’est pour cela qu’ils ont renoncé à voter lors des dernières élections législatives. C’était aussi une année de protestation et des sit-in pour améliorer la situation financière des fonctionnaires. Enfin, 2007 était l’année où le dialogue avec le gouvernement a fait défaut et les salaires mensuels ont été gelés malgré les promesses répétitives...M.K. Les financiers ont la coteIl faut s’attendre à plus de restructuration au niveau des cadres. Je pense que les businessmen vont élargir le champ de compétences de leurs financiers. A partir de 2008 en tant que Manager observateur, je donnerai plus de chance aux financiers que d’autres cadres comme ceux de la GRH qui sont toujours attachés à leurs valeurs traditionnelles.H.M.

    . Conseil consultatif MRE: La nouvelle équipe CCME, transitoireLe CCME (Le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger) est un mécanisme transitoire qui est chargé essentiellement de préparer le terrain pour une représentativité démocratique des MRE. Il doit donc être constitué de personnes intègres ayant une connaissance théorique et pratique des enjeux des conditions des Marocains dans les pays d’accueil, quand ils rentrent au Maroc (définitivement ou en vacances). Le CCME devrait être une instance de réflexion, de propositions et de mise en place des mécanismes de représentativité. Le CCDH (même si sa composition n’est pas toujours égale) est bien placé pour sélectionner les membres du CCME de manière à éviter les partis pris ou le népotisme. Le secrétariat d’Etat chargé des RME devrait être impliqué, la DACS des Affaires étrangères devrait également donner un coup de main de par sa connaissance des dossiers des MRE. La démocratie c’est: partager, collaborer, construire ensemble et ne rejeter que ceux qui veulent faire cavalier seul ou qui veulent saboter. Plus que les capitaux, les MRE devraient contribuer avec des valeurs de bonne gouvernance. Cela correspond à ce que Radi est en train d’essayer de faire en assainissant le système judiciaire.H.E. Interrogations?1 Est-ce une équipe nécessaire et suffisante?-Oui nécessaire, mais elle n’est pas suffisante:Qualitativement non et quantitativement non.Pour trouver un optimum:-La diversité large des acteurs n’est pas respectée-les profils socioprofessionnels sont très restreints....2 Avec quels moyens et quelles pédagogies indépendantes?-Choix des stratégies de management socioculturel et financier3 Quelles orientations tactiques ou techniques à déployer?-Esprit d’initiative créative ou soumission ordonnée?-Qualité des projets à trouver avec une éthique professionnelle et intègre;-Renouvellement des équipes tous les trois ans pour ne pas tomber dans le piège de la bureaucratie..E.I Joueur ou arbitre ?La défense des intérêts communs, le renforcement des liens avec la mère-patrie entre autres en passant par les aspects culturels et cultuels sont des objectifs très ambitieux qu’il a été bon de modérer par des plans d’action plus aptes à permettre de garder les pieds sur terre.La période du MRE systématiquement «chien galeux de l’administration» est certainement révolue. Il n’est pas rare aujourd’hui qu’un traitement particulier lui soit réservé (guichets spéciaux, délais préférentiels, visites inopinées, passe droits divers...). Ce phénomène n’est peut-être pas sans rapport avec l’aura du MRE et donc avec l’immigration à tout prix d’une partie de la jeunesse marocaine. La composition du CCME reflète une tension évidente entre la démocratie et l’efficacité également nécessaires. La popularité n’étant pas obligatoirement signe de compétence. A défaut de trouver la solution juste, les autorités ont évité les solutions erronées. En recourant au CCDH, elles ont rompu avec la connotation liée aux prédécesseurs du CCME (de triste renommée) et donné un quitus de régularité à l’opération. Mais on est encore sur la quête de la solution juste. Le CCDH saura-t-il dépasser ses préoccupations naturelles (les préoccupations juridiques) nécessaires mais non suffisantes ?Pourrait-on se limiter à la connaissance des 17 lois de football quand on voudrait devenir un bon joueur de football, sauf si on vise seulement une carrière... d’arbitre. D.E.

    . Mission impossibleLa composition de ce conseil n’est pas du goût de tout le monde. Je pense que son processus de création n’a pas été mené de façon démocratique. Comme toutes les institutions marocaines la démocratie a été écartée. Pourquoi une personnalité du monde des droits de l’homme à la tête de ce conseil. Est-ce qu’il s’agit d’une filiale du CCDH Maroc? Je me pose la question. Je pense que c’est encore une fois une stratégie marketing pour embellir l’image «droits de l’homme» du Maroc à l’étranger. Secundo, les objectifs de ce conseil sont très vagues et imprécis, défendre les intérêts des MRE et leurs droits dans les pays d’accueil, et comment, par quels moyens?! Les gouvernements des pays d’accueil ne vont pas du tout accepter cette ingérence d’une institution marocaine dans leur pays. Dans ce cas, à quoi servent les ambassades!!!.Plusieurs questions se posent et je ne pense pas que ce conseil aura la capacité de résoudre le moindre problème ou défendre «les intérêts» des MRE. Tout simplement les pays d’accueil ne reconnaîtront pas ce conseil et le Maroc reste à leurs yeux un petit pays du sud de la Méditerranée et les Marocains de l’étranger des citoyens de seconde zone.S.Y.

    . Agressions près des établissements: Votre avis Education responsableIl faut interdire la vente de la drogue et donner une éducation responsable aux enfants. Comme témoignage, un enfant a agressé son camarade de classe, car il faisait tout simplement l’intelligent...D.A Enjeux devant le dangerPeut-être fallait il dire de quel établissement il s’agit. Je crois savoir malgré le doute que nous devons parler des agressions près des établissements scolaires particulièrement secondaires (collèges et lycées). En réalité il y a nos établissements (du peuple) et leurs établissements (Missions et assimilés). Les derniers sont hyperprotégés à tel point que deux policiers et plus sont affectés aux environs des établissements d’enseignement qui reçoivent les fil(le)s de «ceux qui ne sont pas pauvres» et donc personne n’y risque rien. Par contre dès que vous êtes devant un collège ou un lycée «de fil(le)s de pauvres», alors là méfiez-vous car vous risquez de le payer très cher. Pour plus d’équité, ne serait-ce que sur le plan sécuritaire, nous prions pour être considérés comme tous les Marocains égaux devant le danger. Aussi nous avons le même droit à la protection policière et à la sécurité.A.A. Un fléau qui s’accroîtLa recrudescence des agressions auprès des établissements publics est due d’une part au manque d’éducation de nos jeunes et d’autre part de l’oisiveté qui frappe un grand nombre de ratés scolaires... Comme solution, je propose la tournée permanente de la sûreté nationale, le suivi des parents, la vigilance des élèves et la correction de nos défauts...M.R.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc