×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Société

    Courrier des lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:2563 Le 05/07/2007 | Partager

    A qui profite réellement l’habitat social?

    ■ Les montants exigés sous capeEn dépit des recommandations visant à combattre l’habitat insalubre et anarchique, la cherté des locations dans les zones urbaines incite beaucoup de résidents à habiter en périphérie dans des logements insalubres. La cherté de l’habitat au Maroc se manifeste clairement dans les locations, dans la mesure où les classes moyennes ont rarement la chance de bénéficier d’un logement social. Cet habitat social, qui est destiné spécialement aux catégories moyennes, est accaparé par les médecins, avocats, professeurs universitaires etc. Cette catégorie dispose de moyens considérable pour résider autrement.❏M.M.■ Démagogie!!! A moins de l’insérer dans un carcan administratif et bureaucratique qui sélectionnerait les ayants droit à ce type de logement, le marché reste le seul régulateur. Qu’un médecin ou un avocat loue ou achète un logement social, en quoi cela peut-il fausser la donne? Seule une hausse de la production de ce produit immobilier peut répondre à la demande et non les interdictions et autres barrières qui n’auront d’autres finalités que passe-droit et corruption. L’exemple algérien est à nos portes. Enfin, est-il dit que l’immobilier social ne puisse accueillir ni médecin, ni avocat, ni étudiant...? Autant transformer ces cités en dortoirs dépourvus de toute infrastructure sociale ou culturelle. ❏H.A.


    Un stagiaire pourquoi faire?

    ■ La corvée du stagiaireComme dans la plupart des cas, l’entreprise cherche à réaliser des bénéfices, dans un délai record. Ses fonctionnaires sont tenus à œuvrer inlassablement à un rendement meilleur. L’entreprise exige la compétence, l’efficacité et la créativité, qualités qui assurent la titularisation du recruté et lui inspire la confiance absolue de ses patrons. Si la compétence est une condition sine qua non pour les employés qui doivent montrer leurs potentialités cognitives, cependant, l’exigence d’un stagiaire privé de l’expérience vécue, d’être opérationnel et minutieux est une aberration manifestant l’égoïsme des patrons et leur soif de s’enrichir du jour au lendemain.❏M.E.■ Le profitA vrai dire, un grand nombre d’entreprises extirpe toute forme d’humanisme et de bon sens, dans la mesure où les patrons ne cherchent activement que le profit immédiat en faisant fi des nouveaux embauchés. Il est inadmissible qu’un stagiaire puisse assimiler son boulot et réaliser un travail excellent alors que sa situation nécessite le temps suffisant pour l’acquisition des mécanismes concourant au fonctionnement de la tâche attribuée. Logiquement parlant, le stagiaire ne peut dans aucun cas briller dans sa carrière sans un cumul de connaissances, cumul qui se forme au cours des années […]❏M.D.K.


    Rawaj: Les perspectives?

    ■ «Tam-tam électoral» Il s’agit d’un simple «tam-tam électoral» à ajouter à celui des millions d’emplois promis par les partis dits «démocratiques» (sic).❏H.O.H.■ Une loi contre le monopoleLa politique de promotion du commerce interne est nécessaire pour l’économie, les collectivités et l’individu. Avec l’évolution du mode de consommation, l’individu a droit à tous les produits de qualité et doit être informé des prix. L’Etat devrait réglementer la concurrence en instaurant des lois contre le monopole et la commercialisation des produits de contrefaçon…❏A.A.■ Surbooking imaginaireJ’aurais aimé profiter du paysage de mon pays, retrouver mes anciens amis et voisins. J’aurais voulu dire que j’ai un chez-moi. Mais j’ai été déçu d’avoir cru que notre Maroc a mûri. Rien que des mensonges, lorsqu’on vous parle d’une opération comme Kounouz Biladi. Est-ce qu’elle existe vraiment? Qui en profite? A quoi nous ont-ils servi, les millions et les millions de dirhams investis dans cette opération? Pour vous renseigner, ni le site ni les numéros verts ne fonctionnent. Si, l’année dernière, cette opération a été annulée, prétextant un surbooking imaginaire, cette année, on en parle plus. ❏A.I.■ Il y a plus prioritaire que l’économieC’est vrai que parler de l’économie est devenu en ces temps de campagne une mode. Réforme, création d’emplois, projets, etc., tous les termes sont bons pour la propagande. Admettons que le discours est sincère, sachant qu’il n’a pas vraiment changé pendant longtemps, et alors? Ce qui nous surprend en tant que citoyens, c’est le contenu de ces programmes, aucun parti (ni d’ailleurs aucune association ou autre forme de militantisme) n’évoque l’autre économie, dite parallèle. C’est honteux. Jusqu’à quand les salariés auront à supporter le poids de la contribution?En jetant un coup d’œil sur le paiement des impôts, on a l’impression qu’il y a deux populations dans ce pays: magouilles, fausses factures, noir, trafic… On ne finira jamais d’énumérer les pratiques qui plombent l’économie, attisent le ras-le-bol des citoyens et qui empêchent toute réforme.❏M.I.■ Document à Hjira Les prévisions de la croissance pour l’année 2006 affichent une disparité inconcevable en termes analytiques. Pour le FMI: 1,2%, le CMC: 0,4% et le HCP: 1,6%. En direct sur 2M, vous insistiez sur les chiffres et la science exacte, tandis que les pourcentages susmentionnés ne présentent même pas le standard d’erreur minimum admis en statistiques. Qui croire, si on ne possède même pas un organisme national crédible et capable de veiller sur le déroulement de ces chiffres? S’il existe, il devrait dresser un bulletin, au moins annuel, destiné au grand public. En parlant toujours des prévisions, le «projet» Moukawalati, promis par Mansouri assurant la création de 30.000 entreprises avec 90.000 emplois en 2008, est un échec total, pour ne pas dire une catastrophe. Actuellement, seuls 200 dossiers ont été approuvés. Est-ce que vous pouvez rendre compte sur ce sujet ?❏D.E.■ Forte domination du capital étranger sur l’économie Petit à petit, le Maroc revient à la situation d’avant 1973 qui se caractérisait par une forte domination du capital étranger sur l’économie du pays. Finalement, l’Etat aura consacré plus d’énergie à privatiser les joyaux du royaume qu’à redresser les finances publiques ou à défendre la cause des «masses populaires».❏B.A.


    Maroc/Algérie: Comment stimuler les relations économiques?

    ■ Ouverture des frontièresL’essor économique des deux pays voisins passe automatiquement par l’ouverture des frontières. Ouverture qui va sortir beaucoup de professions de l’embargo et de la stagnation. Cette fermeture des frontières à coûté cher aux villes limitrophes: Oujda, depuis belle lurette, n’arrive pas à marcher sur les bons rails. Même scénario pour certaines villes algériennes comme Oran qui trouvent des difficultés dans l’écoulement de certains produits.❏M.D.■ Le Sahara freineLa question du Sahara constitue un frein pour le développement non seulement des relations entre le Maroc et l’Algérie mais aussi un blocage pour la construction de l’UMA. Ces conflits tacites entre le Maroc et notre voisin l’Algérie ont des retombées néfastes sur l’épanouissement de la région. Des retombées qui enlisent les pays du Maghreb dans le bourbier du sous-développement. Les visions hégémoniques et expansionnistes de l’Algérie contribuent grandement à créer un climat de tension et de méfiance. Et ce, au moment où les pays européens et américains se regroupent pour former des puissances économiques. ❏O.M.■ Ressources naturellesNi le Maroc ni l’Algérie ne bénéficieront de ce gel d’échange commercial. Pour la simple raison que les deux parties ne disposent pas de ressources naturelles considérables. Il est de l’intérêt des deux pays de se focaliser sur le rapprochement économique plutôt que politique.❏M.K.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc