×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Courrier des lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:2422 Le 14/12/2006 | Partager

    Le Maroc, pays de corrupteurs?

     Culture Il existe au Maroc chez la plupart des acteurs socioéconomiques une culture et une éducation corrompue flagrante. Celle-ci touche la chaîne administrative d’amont en aval sans distinction d’échelle ou de grade. Plus le poste administratif est important plus la corruption est organisée de manière professionnelle. Navré, le système est grippé et malsain. Rare de trouver une personne entièrement indemne.Benmachouri  Donner l’exempleA l’instar des procès des représentants de l’Etat, il faut médiatiser les procès de corruption afin d’en décourager d’autres. Je crois qu’aux prochaines élections, il y aura moins d’argent sale qui circulera. Pour cela, il faut relever les salaires des petits fonctionnaires, des ouvriers, contrôler l’inflation, les loyers, tout ce qui pourrait encourager le Marocain à toucher des pots-de-vin.Taali Les gendarmes et les accidents de la routeSuite aux catastrophes de la route survenues ces dernières semaines, et suite au rapport de Transparency qui classe la police en tête des corrompus, je tiens à signaler que les premiers responsables de ces catastrophes sont nos dirigeants qui laissent pourrir la situation. Avant même de réformer le permis de conduire, il faut éradiquer la corruption chez les gendarmes et les policiers.J’ai vu de mes propres yeux cet été une scène que l’on ne peut voir qu’au Maroc. Alors que le chauffeur de car, qui revenait de Meknès ou Fès, avait utilisé toutes les infractions de la route possibles et inimaginables; arrivé au niveau d’un contrôle de gendarmes, sans même s’arrêter, le chauffeur a balancé par la fenêtre un billet par terre que le gendarme a écrasé avec son pied pour qu’il ne s’envole pas…Hassan   A quoi sert le contrôle?A quoi sert cette pléiade d’entités chargées du contrôle des deniers publics (IGF, Cours des comptes, Bank Al-Maghrib, ministère de la Justice et aussi... la presse qui a été muselée au nom de la loi (sauf quand il s’agit d’une arrestation dans le cadre d’un règlement de compte politique ou autre). Jusqu’à quand cette mascarade de «bonne gouvernance» prônée par les dirigeants actuels (il serait intéressant de porter à la connaissance du public les biens acquis depuis leurs prises des pouvoirs), etc. Jusqu’à quand le gaspillage comptabilisé des deniers publics, lesquels deniers investis dans l’Economie auraient placé le Maroc, depuis belle lurette, dans une position confortable dans le concert des nations. De plus, l’insolente impunité accompagnée d’une corruption digne des records du monde, ne peut que décrédibiliser notre pays sur tous les plans. Cadre de banque (Rabat)  Ras le bol des corrompus Je serai tenté de dire «pays de corrompus» avant de parler de corrupteurs, car si le service attendu avait bien été réalisé et dans les délais, le bénéficiaire n’a pas besoin d’avoir recours à des artifices, corruption, pour avoir ce dont il a droit. Rappelez-vous des années où vous déposiez une demande d’abonnement au téléphone et des années plus tard vous ne receviez même pas de réponse, pourtant d’autres personnes avaient bénéficié de ce «privilège» demandé bien après vous. Ras le bol des corrompus. B. Serhani  Et nous dans tout cela?La question qui se pose et s’impose, un simple citoyen comme nous, fait-il sa part du travail? Avant de regarder dehors, il sera plus censé de faire un peu d’autocritique et de nous interroger sur nos habitudes vis-à-vis de ce fléau. Comment chacun de nous agit quand il se trouve devant un fonctionnaire qui veut un ou quelques billet(s) pour lui offrir un service que l’Etat a déjà payé sous forme de salaire?  À mon sens, voilà la première marche à faire….J.A.


    . Mon beau-père et moiMon beau-père se nomme un homme de religion. Il ne parle que religion toute la journée. Une fois, j’étais avec lui dans sa voiture. Il parlait comme d’habitude de la religion. Il a grillé le feu rouge. Le policier l’arrête. Mon beau-père glissa un billet de 100 DH au policier et continua sa route... puis il a repris son monologue sur la religion. Karim

     Athlétisme: Elaborer une stratégie pour réussirComme il semble que les financements ne seront point les facteurs limitants, il reste d’élaborer une stratégie de réussite pour y affecter les compétences appropriées sans népotisme ni «magouilles» et les moyens financiers requis. De même, cette stratégie devra être soumise au suivi et à une évaluation périodiques sans complaisance et dans la transparence: les critères pertinents de réussite seront le nombre d’athlètes alignés dans les différentes compétitions régionales et internationales, le nombre de médailles d’or obtenu et de records battus ainsi que le coût par athlète.M.Bz Corcas, mission accomplieLe président du CORCAS a  réussi dans sa mission et il a en plus innové:- Réussir à fédérer toute les composantes politique, associative et tribale de Saqia Al Hamra et Oued Dahab autour du projet de l’autonomie élargie.- Le faire dans la concertation démocratique et le débat libre des différentes options jusqu’au détail du projet.- Enfin prendre au mot les dirigeants algériens qui se disent non concernés bien qu’on sait qu’ils salivent pour nos provinces de notre Sahara. Espérons que le conseil de sécurité de l’ONU adoptera le projet, lorsqu’il lui sera présenté, pour sortir la région de ce conflit artificiel entretenu par l’Algérie. Et aussi de permettre à l’ONU de sortir de l’impasse suite à son impossibilité de l’identification de tout le corps électoral suivant les critères d’identification qu’elle a elle-même établis.M.Be Sahara: PrioritésJe souhaite à Henna  de  réussir et de nous soulager de ce problème. Permettre au  Maroc de tourner la page et de se consacrer à d’autres  priorités. Il a tous les atouts pour bien mener cette tâche. T.A.

    Insécurité: Comment y remédier?

    Je suis un abonné et fidèle lecteur de votre journal que je lis tous les matins en arrivant à mon bureau comme la plupart des décideurs et cadres de ce pays. Mais c’est la 1re fois que je réagis à un article, (Ndlr : article sur l’insécurité ainsi qu’une interview de Chakib Benmoussa publiés dans notre édition du 11 décembre 2006), en décidant de vous envoyer un email en espérant que Mr le ministre de l’Intérieur puisse le lire et prendre en considération les doléances de citoyens que nous sommes dont la Sécurité se place aujourd’hui à la tête de nos préoccupations.Nous apprenons tous et de plus en plus à avoir des réflexes que nous n’avions pas : fermer les vitres de la voiture même et s’y étouffer, ne pas répondre à un inconnu, marcher vite, changer de bord à chaque fois qu’on vous coupe la route, tenir bien ses affaires, ne pas parler au téléphone à découvert, et la liste est très longue. Tout ceci pour dire que le sentiment d’insécurité est beaucoup plus important qu’on ne le pense et les moyens pour lutter sont tout simplement insuffisants. C’est le constat d’un simple citoyen qui habite en plein centre de Casablanca. Il suffit de faire un tour à pied, particulièrement un samedi après-midi, pour constater combien de motos conduites par des personnes douteuses parcourent en toute impunité les rues en sens inverse guettant des sacs et des portables, combien de mendiants à la limite de l’agressivité, combien de personnes vous interpellent pour tout et n’importe quoi. Et la police est tout simplement désarmée devant l’ampleur de ce phénomène.Il est écrit que «la médiatisation de certains faits divers nourrit le sentiment d’insécurité chez le citoyens» peut-être que oui, peut-être que non, mais ce n’est pas pour autant qu’il s’agit de minimiser le phénomène car le sentiment d’insécurité est de plus en plus grandissant chez tout le monde.Combien de victimes décident de faire une déposition auprès des services de la police pour déclarer une agression, un simple vol?... Très peu, ce qui fausse tout simplement les statistiques. En effet, à tort ou raison beaucoup préfèrent ne faire aucune déposition pour 2 raisons essentielles:- le taux de dénouement après une réclamation auprès de la police est très faible et les chances de retrouver un bien volé ou un agresseur sont très faibles aux yeux de beaucoup de personnes. - le temps nécessaire à faire une déposition, plus les conditions d’accueil dissuadent, plus d’un. A titre d’exemple mon épouse en a fait les frais ce week-end lorsqu’elle s’est présentée à 20h à une permanence de police en plein centre-ville pour faire une simple déposition d’un vol de portable avec identification du voleur. Cela a pris de 20h à minuit pour faire le fameux PV (mahdar) et revenir le lendemain matin à 9h. Cela fait beaucoup pour une mère de famille. D’où mon appel à monsieur le ministre, la lutte contre l’insécurité passe aussi par des statistiques fiables ce qui veut dire qu’il faut amener les citoyens à reprendre confiance et recourir aux services de la police pour déposer leurs plaintes et pour se faire, il faut totalement revoir les structures d’accueil (locaux, moyens et ressources humaines). Les commissariats de police doivent rassurer et non pas l’inverse. C’est très important, si on veut redonner confiance. T.J- Citoyen


    Tourisme: Un secteur porteur?

     Secteur  viergeLe secteur du tourisme est très porteur.  Il suffit de réfléchir. On a des sites naturels  exceptionnels  non exploités. Il  faut  songer au  tourisme  social, toucher  les  bourses  moyennes et ne pas axer ces efforts sur la seule clientèle riche. Il  y a beaucoup de chose à faire  dans le  sud  marocain, l’Atlas et le Rif. Des sites merveilleux  à mettre en valeur. Le site de la source Oum Rabie est  révélateur. Notre  sympathique  Choumicha nous a fait découvrir  la richesse de la cuisine marocaine.  C’est un  créneau à exploiter aussi  par les jeunes  promoteurs.T.A. Tellement de choses encore à faireQue sort-il finalement de toutes ces assises du tourisme? Sort-t-on avec des recommandations concrètes et des solutions efficaces? Certes, ces rencontres sont utiles et les opérateurs sensibilisés à toute la stratégie. Mais il faut passer rapidement au concret, 2010 c’est demain, c’est tout de suite et il y a tellement de choses à faire. J.M. Le reste doit suivreCet été, nous avons passé en famille nos vacances dans le Nord du Maroc, particulièrement vers la zone Marina Smir, Kabila… Le travail d’embellissement de cette côte, surtout pour la ville de M’Diq, est tout à fait exceptionnel. Mais, et il y a un mais, on a l’impression que c’est juste la façade qui a été repeinte et que derrière, c’est encore le sous-développement. Les petites gargottes n’ont pas été remises en l’état. Il suffit qu’il pleuve, pour avoir encore de la boue jusqu’aux genoux, l’hygiène à l’intérieur des soi-disant restaurants de la rue piétonne est catastrophique… Il est clair que la volonté publique est de changer, et c’est très bien. Mais il faut que le reste suive. Si la population locale et les touristes nationaux se complaisent dans cela, car ils n’ont pas le choix, la clientèle qui choisit le Maroc est intransigeante et demande une certaine qualité pour son séjour. Cela veut dire qu’elle a besoin de lieux propres, des transports proches et qui fonctionnent, des hôpitaux équipés, de l’animation...K.G. Pensez aux locauxBeaucoup de Marocains ne connaissent pas et même pas du tout leur pays. Tout simplement parce que rien n’a été entrepris pour cela. Le tourisme interne a pendant longtemps été négligé. Le touriste marocain a fini par claquer la porte et aller juste en face en Espagne ou vers d’autres destinations pas chères et animées. C’est une erreur. Les Espagnols, pour ne citer qu’eux, ont depuis longtemps compris l’enjeu du tourisme intérieur pour toutes les bourses. Le résultat aujourd’hui est que c’est une véritable industrie qui tourne et en pleine croissance, proposant des produits en fonction des besoins de chaque catégorie de visiteurs, qu’il soit national ou étranger.L.B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc