×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:2225 Le 02/03/2006 | Partager

Grippe aviaire: Virus es-tu là?

 Je suis une simple citoyenne et je ne crois pas à la crédibilité et la loyauté de nos dirigeants. Nawal (NDLR: courrier reçu avant les sorties médiatiques du Premier ministre)  Organisme Il faut une solidarité entre tous les pays pour le combattre. L’économie est affectée, mais comparé aux autres problèmes économiques, le prix du pétrole, le budget de la lutte contre le terroriste mondial, les institutions internationales doivent créer un organisme spécial pour les problèmes du 21 siècle. Les citoyens doivent comprendre qu’il existe des contraintes auxquelles sont assujettis les détenteurs du pouvoir de décision.Abdou A. Reste à savoirCette maladie est en Europe et en Afrique. Les frontières sont ouvertes pour les oiseaux. Cette épidémie existe-t-elle au Maroc? Reste à voir... Des mesures concrètes sont prises. Des conséquences sur le plan financier sont à redouter. La pauvre poule va encaisser certainement une chute énorme dans les prix et les gens vont certainement avoir une phobie sur la consommation du poulet.Ridouan Les prix grimpentPersonne ne peut être sûr de la présence ou non du virus puisque on ne peut pas contrôler tout l’espace aérien marocain. Mais ce qui m’a marqué le plus c’est que notre gouvernement a plus de crédibilité que ce qu’on imagine, il a suffi que nos ministres goûtent le fameux poulet pour que les prix grimpent de 3 DH le kg!!!!Adil B. MoralitéVous avez parfaitement raison! C’est ce que j’ai constaté en allant acheter du poulet le samedi 25/2: le prix au kilo a effectivement augmenté de 3 DH. Moralité on fait confiance à nos ministres quand ils allient le geste à la parole.Touda Phobie «On ne peut pas se protéger du soleil avec un tamis», (…) force est de constater qu’elle se trouve dans notre voisinage. L’effet de ce virus et ses conséquences pour l’homme, à court ou moyen terme, a provoqué une phobie chez les consommateurs. L’Etat au lieu des discours  rassurants doit prendre des mesures concrètes, confinement de toutes les volailles, interdiction de transporter  ces dernières comme nous le voyons chaque jour, interdiction de vente d’animaux vivants dans les commerces, leur abattage doit se faire sous contrôle, généraliser la vaccination. Cette protéine du pauvre manquera sous peu si nous continuons à flirter avec ce fléau, il y a urgence et nul n’est à l’abri.   Saïd Kh. CrédibilitéLes messages rassurants, les passages à la télé des experts pour minimiser les inquiétudes et inciter les Marocains à manger du poulet et partant éviter la mort annoncée du secteur viticole, même Jettou qui a posé pour les caméras en train de manger du «mhammer», n’a pas redressé l’indice de confiance envers la viande blanche. Pour moi, si ça veut dire quelque chose, c’est que les Marocains n’accordent plus aucun crédit à tout ce qui vient des milieux officiels, tellement, par le passé, les mensonges, les désillusions, et les déceptions ont été au rendez-vous à chaque fois que les décideurs promettaient quelque chose ou l’affirmait. C’est grave qu’on soit arrivé à ce niveau de méfiance à l’égard de nos dirigeants. En fait peut-on parler d’adhésion du peuple à un projet national dans ce contexte de méfiance à l’égard des décideurs. Les temps ont changé... pour qui veut le comprendre. Rajaoui Pas de dangerLes médias exagèrent en accentuant la gravité de cette maladie. En fait, le virus n’est pas humanisé et le risque que ça arrive est loin d’être considérable. Il y a danger mais juste au niveau des fermes. Et de toute façon, le poulet cuit à plus de 70 °c ne comporte pas de virus. Donc pas besoin de s’affoler mais un effort doit être déployé pour assister les éleveurs dans le traitement de leurs poules et aussi il faut communiquer sur la maladie pour rassurer la population et soutenir la filière.Mounir L.


 Bonjour, ma pouleOh, ma poule! tu es malade, c’est une catastrophe pour moi et pour tout le monde. Comment faire pour le dîner, comment remplir nos ventres qui sont toujours vides. Oh, ma poule! tu es vraiment malade, ou tu fais semblant d’être malade.Oh ma poule, tu es malade ou tu es «mahboule»?Momed Immobilisons les ministresLe virus H5N1 qui  est en cours de transmission a une caractéristique spéciale: il n’est pas stable. (…) Malgré les rumeurs lancées par les journaux : mort d’oiseaux à Ifrane, décès d’un enfant à Agadir… le gouvernement se veut plutôt rassurant. Supposons que le virus soit présent dans notre pays: la 1ère chose c’est le boycott obligatoire du marché des volailles ce qui entraînera des faillites successives. Les propriétaires seront obligés de brûler toute leur production. Personne n’ignore qu’un grand nombre de Marocains ne consomme que la chair blanche vu son prix abordable par rapport aux autres viandes. Cette population va-elle encore se nourrir? J’espère que M. Cheikh Biyadilah et M. Laensar se sont immobilisés pour faire face à ces éventualités qui deviendront bientôt une amère réalité.Soufiane-Amine 

 Pleure ô Maroc bien-aiméLors d’un déplacement récent en car en Espagne, les voyageurs ont eu l’occasion de découvrir un autre visage du Maroc (…) Un jeune Marocain de 18 ans a réussi à se faufiler dans le car en s’installant dans un compartiment situé au-dessus d’un des pneus. Il a traversé une bonne partie de l’Espagne dans ces conditions. Le malheur est que les températures étaient inférieures à 0° et que le car a traversé une mini-tempête de neige avant Murcia. Lors d’un arrêt du car à 4h du matin, la pauvre jeune qui a fui le Maroc, le plus beau pays du monde, est sorti de sa cachette tellement il avait froid. Nous avons constaté tous qu’il frôlait l’hypothermie et pour se réchauffer, il s’est mis à côté d’un sèche-mains pour retrouver un peu ses esprits (à mon retour au Maroc, je vous enverrai une photo prise avec GSM). Autour, les voyageurs marocains essayaient de le raisonner pour rester dans la région sinon il risquait la mort. Mais lui, il n’avait qu’un but, c’est de s’éloigner le plus de ce pays qui est le sien mais qui n’a jamais rien fait ni pour le retenir, et encore moins de lui assurer un minimum de conditions pour vivre avec dignité... Le reste du voyage s’est poursuivi dans un silence de mort et moi dans ma tête je pleurais pour ce pays qui abandonne ses enfants.Abou Sami Le vote de l’amertume…Enfin, trois millions de Marocains (nombre estimé de la diaspora marocaine) retrouvent le droit de vote. (…) Cependant, il faut déjà avertir du fait que ces «Facanciers» sont difficiles à séduire, qu´ils sont habitués au travail politique sérieux, que la majorité exige un changement sur le plan local (le village, le quartier, la ville, la région etc.), qu´ils veulent du concret, du sérieux, et qu´ils ont accumulé beaucoup d’amertume, amertume nourrie par les arnaques , le vol, la corruption, la lourdeur de l´administration bref une série de faits concrets qui ont fait rater des projets, avorter des investissements, piller des comptes en banque, une série de faits dont les auteurs ne sont d´autres que des caïds, gouverneurs, douaniers etc. Donc, la première intervention du (des) parlementaire(s) qui représenteront la diaspora sera cette question simple: restitution des biens (immobiliers, terres, projets, etc..) par les voleurs et les arnaqueurs qualifiés, pertes individuelles et nationales qui se montent à des milliards de DH.Dr Z. Vote des émigrés, jusqu’où?A quelle génération allons-nous arrêter le droit de vote des émigrés. Celui et celle qui a quitté le Maroc adulte et qui connaît la situation? Celui qui l’a quitté enfant, et qui connaît que les «facances»? Celui ou celle dont les parents ont quitté le Maroc alors qu’ils étaient déjà adultes et donc il-elle ne connaît notre pays que par ouie-dire? Celui ou celle dont les parents ont quitté le pays alors qu’ils étaient enfants, et donc ne connaît le Maroc que par «ouïe-dire de ouie-dire». Je ne comprends pas pourquoi personne ne pose ces questions. Personne au Maroc n’oblige personne à avoir une pensée unique et pourtant c’est ce qui est en train d’arriver avec cette affaire. Je suis très déçu.Omar J., Agadir Zoo de la honte!Salut, j’invite mes chers amis les journalistes de L’Economiste un journal à qui je suis toujours fidèle à aller voir l’état de dégradation lamentable de notre regrettable amour d’enfance «le zoo de Aïn Sebâa». Du jardin jusqu’au personnel qui y travaille, c’est une honte. Tout ça à 200 m des caméras de 2M!Med. E. cadre commercial, Casablanca

Erreurs médicales

 Il faut des avocats. Aux Etats-Unis, en face des cabinets de médecins et cliniques, il y a ceux des avocats, il n’y a pas d’impunité. Saïda Oui, les erreurs médicales existent; et le contrat qui lie le médecin à son patient se caractérise par une obligation de moyens. Le médecin doit faire tout ce qui est en son pouvoir et en usant de tous les moyens disponibles pour soigner et sauver son malade. Yalala Grands malades et petits médecins Sans vouloir généraliser, nos médecins ne courent que derrière le profit, vivent de la détresse des malades, chacun appelle l’autre confrère lors du passage d’un malheureux patient  à la clinique  pour prendre sa part du gâteau, le souci de santé publique ils s’en «foutent», le règlement en espèces ils adorent. Il y a des degrés de compétence et de sérieux dans cette profession certes, ils doivent être mis en évidence, mais il y a aussi une liste noire à dresser, l’interdiction d’exercer doit s’appliquer. Ces médecins qui s’assurent un salaire à la fonction publique, qui désertent les hôpitaux pour les cabinets et cliniques privées, doivent être poursuivis.Kh. S. ValeursCe problème de la lutte contre les erreurs médiacles est complexe et on ne peut le réduire à un seul point qui est l’erreur pratique. D’abord, il y a la conscience des intervenants dans le secteur (médecins, infirmiers, aides-soignants…) qui eux sont des êtres humains et il y a d’autres facteurs qui interviennent dans leur formation, à savoir l’éducation, le milieu social... Et quand on sait que ces valeurs ont diminué dans notre société, on peut prévoir le pire. Adil S. Contrôle de qualité....Pour avoir un contrôle et une sécurité en médecine il y a trois exigences:1- Une autorité (des juges expérimentés, des experts dans les différentes spécialités médicales) réunie en commission et désignée par le Parlement.2- Un Ordre des médecins (digne de ce nom pour structurer la profession) qui veillera à ce que tous les incidents soient rapportés (par le médecin chef), catalogués, analysés et publiés. Quel que soit l´incident (de la panne d´une machine dans un bloc, à la coupure d´électricité ou un incident quelconque qui touche le patient… ou le médecin).3- Des organisations solides pour les patients, réunies par “maladies”. Avec leurs avocats et un tribunal spécial réuni par la commission.Quand ces critères sont remplis pleinement commence alors ce que l´on appelle… le contrôle qualité qui s´applique bien à la médecine.Médecin Il avait dix-sept ans!Il maigrissait de plus en plus, avec des maux de tête de plus en plus insupportables. Premier médecin: l’estomac. Deuxième médecin: anémie. Troisième médecin: appendicite. Départ au bled: Agadir. Re-estomac, appendicite. Finalement opéré pour l’appendicite. Un mois après il partait terrassé par une méningite. A ce point? Comment formons-nous nos médecins? Que les compétents, que les consciencieux, m’excusent; je ne vise que ceux qui, on ne sait comment, ont pu ouvrir un cabinet.El Plomero  CommerceComme partout et dans tous les secteurs,  l’erreur est possible comme un joueur peut rater un but tout fait. Un pilote effectue une manoeuvre fatale. Le médecin peut aussi accomplir un acte très délicat. Le problème qui se pose, est-ce que le médecin est dotée d’une conscience professionnelle ou il est absorbé uniquement par le matériel? Malheureusement certains médecins considèrent cette profession comme un pur commerce et doivent être sanctionnés.Amazigh Saint médecinLe médecin n’est pas un saint, c’est un être humain qui peut commettre l’erreur fatale, mais il doit assumer le résultat de cette erreur. Au Maroc, il y a absence des textes qui régularisent le secteur, c’est pour cela qu’il y a une anarchie dans la gestion de ce dossier.Houda Y.


 RenseignementsBonjour, je voudrais savoir si vous publiez régulièrement les opportunités d’affaires, j’étais tombée par hasard sur un numéro où il y avait une page complète sur les opportunités d’affaires (notamment en rapport avec l’export-import), mais je les ai jamais plus retrouvées. je vous remercie. Wissal A.(NDLR: Oui, nous en publions régulièrement, mais pas à date fixe, car la publication dépend évidemment de la disponibilité de ce genre très particulier de services que nous rendons à nos lecteurs.) Gardiens de voitures grossiersIl n’y a pas de parking dans la ville. Cela profite à une prolifération illégitime de «gardiens de voitures» qui n’arrêtent pas d’arnaquer et harceler à chaque bout de rue nos concitoyens. Il y a maintenant des jeunes de 14 à 16 ans qui désertent les écoles et la campagne pour venir soutenir leurs parents dans le ramassage des pièces de 1 DH. On a même des gardiennes de voitures. Et gare à vous si vous ne payez pas: c’est des insultes obscènes et des coups de pied dans les voitures. Je n’ai jamais vu cela dans aucun pays. Peut-être, si c’est un mal nécessaire, faut-il tout simplement l’organiser. Le grand malheur, aucune réaction ni des autorités locales, ni de la communauté urbaine. Faites un tour du côté de la Fontaine de la Place des Nations unies, le fleuron de la ville, le parking est devenu un garage pour laver les voitures et où de nombreux gardiens se disputent la clientèle. Quelle honte!!! Citoyen Hold-upje pense que l’ AMO a été conçue dans la précipitation sans tenir compte de l’avis des experts car les taux de remboursements restent très faibles par rapport aux prix pratiqués en réalité par les différents opérateurs médicaux.Ne s’agit-il pas encore d’un hold-up cautionné par le gouvernement et dont les victimes seraient les citoyens.Mohamed Mourad, retraité Economisons!Je viens d’apprendre dans L’Economiste un nouveau terme : «externalisation». Pourquoi «externaliser» des prestations de service à visée diagnostique comme l’imagerie médicale ou la biologie alors que le travail peut être effectué par un radiologue ou un biologiste travaillant à plein temps à l’hôpital? Ce choix coûterait plus cher et ferait perdre plus de temps pour le malade et le médecin demandeur. Qui pense au malade se déplaçant de la formation sanitaire ayant demandé la radio à l’hôpital pour la faire, puis revenant chercher le cliché et le rapportant à la case départ, à savoir le médecin demandeur? Le secteur public paie le cliché, mais non l’interprétation radiologique ou biologique: il ne mérite donc pas d’être payé? Et le médecin prescripteur de l’examen radiologique ou biologique ne mérite-t-il pas de pratiquer une médecine de meilleure qualité, et de pouvoir prodiguer des soins de qualité supérieure? Quant à l’externalisation de la restauration, la mentalité et la culture de la population du pays peuvent en faire l’économie.Safia B., médecin du secteur public

.Corbeaux, attention à vos plumes!Depuis que cette page est ouverte à nos lecteurs, nous traitons des dizaines de lettres, fax et mails par semaine. Parmi ces courriers, tentent parfois de se glisser… des «corbeaux»: nous en avons identifié deux qui avaient essayé d’usurper l’identité d’une autre personne. La proportion est donc extrêmement faible et montre bien que nos lecteurs sont des gens honnêtes. Mais à l’attention particulière des corbeaux, L’Economiste rappelle que ce genre de pratique tombe sous le coup du code pénal.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc