×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:2220 Le 23/02/2006 | Partager

Grippe aviaire: Que vaut notre plan d’urgence?

- Il faut prévoir des sanctions sévères pour non-déclaration à temps des décès suspects de volailles. On pourra ainsi étouffer la maladie et éviter sa propagation.- Un numéro vert doit être créé surtout pour informer les citoyens sur la maladie et pour tranquilliser les esprits des consommateurs du poulet… et combien ils sont nombreux dans notre pays. Mnasra- Notre dispositif doit être soutenu par les ONG et tous les citoyens pour détecter à temps cette maladie de volailles. Mais, sans perdre du temps à en consommer la viande. M. Pas de numéro vertD’après les responsables, tous les moyens sont en place. Alors, je vous le rappelle à toutes fins utiles, connaissez-vous le n° vert pour alerter les pouvoirs publics sur un oiseau suspect? Un peu de sérieux, il ne faut pas attendre que la maladie soit déclarée pour mobiliser les mokkadems.ZouadNos médinasEn pleine phase d’alerte mondiale, au Maroc, on continue à abattre la volaille dans des boutiques, en pleine zone d’habitation comme si de rien n’était. Et dire que c’est une occasion en or pour enfin imposer l’abattage moderne comme c’est le cas partout ailleurs. Comme cause de catastrophe, la volaille dans nos médinas est plus que potentielle.Les différents scénariosLe Maroc est entouré par des cas de cette maladie, hier c’est l’Afrique et maintenant c’est l’Europe. Que vont penser les responsables. Notre pays sera certainement envahi par les oiseaux migrateurs surtout au printemps! Alors imaginez avec moi les différents scénarios à préparer et à interpréter. Ridouan


Le secret de l’instruction

. Confidentialité avec avocat(e)L’instruction doit demeurer secrète et confidentielle pour ne pas entacher abusivement la réputation des personnes. Cependant, même à ce stade, l’assistance judiciaire doit être obligatoire pour tous les mis en examen, toujours et sans exception.Abdellatif. De quel secret s’agit-il?De quel secret s’agit-il? Il n’y a rien à cacher. Ce qu’il faut avant toute chose, est de se mobiliser. Je parle des ONG et autres pour créer de nouveaux textes pour la protection des mis en cause. L’avocat est indispensable auprès de tout inculpé dès les premières investigations. Alors nous sommes prêts à aller vers cet objectif primordial et puis viendra ou pas le secret de l’instruction.Ridouan. Le justiciable avant toutInstruction ou pas, le secret ne saurait être une bonne chose surtout pour le justiciable. N’oublions pas qu’il risque sa vie lorsqu’il est face à la machine infernale qu’est la justice. La communication sur cette phase ne peut lui être que favorable car elle pousserait le juge d’instruction à rendre compte de ses actes. Sinon, qui contrôlerait ce puissant magistrat? D’un autre côté, l’opinion publique et surtout la presse devrait s’éduquer peu à peu pour faire la différence entre une simple mise en examen, qui peut très bien aboutir à un non-lieu, et une condamnation définitive. B.N, juriste. VerbiageJuste! De la qualité et de l’indépendance de la justice, dépendra la liberté et les droits réels de tout mis en examen. Le reste n’est que verbiage. Soyons optimistes!Big-bang. L’exemple françaisL’exemple français avec l’affaire Dutreau a dû vous inspirer pour ce sujet (NDLR: Non, il s’agit de la décision de la Haca concernant 2M!). Mais chez nous, bien avant d’aborder cette question de secret ou pas, il serait plus fondé de s’attarder sur les tares de notre justice que sont la sous-qualification, l’inadaptation des procédures, la charge inhumaine qui pèse sur chaque juge et l’oblige à bâcler son travail (quantité au lieu de qualité), la corruption, la dépendance par rapport au pouvoir exécutif et aux groupes de pression, etc. Elle est loin votre question de secret qui devrait commencer par la présence de l’avocat dès cette phase.Miranda. Les aveuxGrâce au «secret» de l’instruction, la police peut continuer à recourir à la violence pour soutirer les aveux des inculpés et à leur faire signer par la force les PV qui serviront de charpente au procès.Mirza. Indépendance de la justiceChez nous, il n’y a pas de justice indépendante. C’est un secret de polichinelle. La justice est instrumentalisée pour répondre à des besoins ponctuels bien déterminés et pour frapper des cibles qui s’approchent trop de la zone interdite. Instruction ou pas. Ce n’est pas là la question. La vraie question est avant tout l’indépendance de la justice.Rajaoui


Foot & Pub: Polémique

. Double nationalitéChemakh et ses deux compères sont Français et Marocains. Ils ont donc aussi la nationalité française. Ils ont seulement choisi de jouer pour la sélection marocaine. C’est leur droit de vendre leur image. Abdou F.A.. Des comptesChemakh et ses deux compères ont librement décidé d’être des footballeurs professionnels, de signer avec les équipes de leur choix, de renoncer à la nationalité étrangère qui leur a été proposée, de jouer en équipe nationale marocaine! Cela ne veut pas dire qu’ils doivent être totalement à la merci des instances qui dirigent (et avec quelle incompétence) ce sport! Ils ont le droit de vendre leur propre image tout comme Guerrouj, tout comme Bidouane! Ils sont eux-mêmes avant d’être «membres d’une équipe nationale» dont les dirigeants ont indignement géré la destinée depuis quelques semaines. Si des comptes doivent être demandés, ce n’est pas à Méditel qui a payé l’image personnelle de Chemakh et ses deux amis, mais c’est au bureau fédéral qu’il convient de les exiger. Mais pour le bureau fédéral, ramasser quelques millions par le biais d’un procès est plus important que de justifier son injustifiable gestion de la crise Zaki et de ses suites! Hmida El M.. La Fédé perd son match sur tapis vert Cette polémique résultant de contrats publicitaires dénote de l’anarchie qui règne à la Fédération royale marocaine de football, la gestion bordélique d’une grosse structure, cela n’est pas permis. Nous avons des cadres, jeunes, lauréats de grandes écoles en management et marketing, des juristes, des publicitaires, ils ne sont pas sollicités et pour cause; laisser la place à des incompétents indécrottables et dociles. Les règles du jeu ne sont pas respectées car inexistantes et j’espère que sur cette affaire on ne rendra pas encore l’entraîneur responsable.Said Kh.. La jungle Cela prouve qu’il y a un vide juridique et cela est valable dans tous les autres secteurs. Le droit est méconnu des citoyens et des organismes. Au lieu de remplir nos élèves de futilités (matières qui ne servent à rien) il vaut mieux enseigner certaines lois.A.. Droits d’image Je ne vois pas l’intérêt de cette polémique, même si la FRMF a un contrat exclusif, les joueurs sont libres de vendre leurs droits d’image à toute société qui connaît bien leur valeur, surtout s’ils sont bien aimés par le public.Houda. AssainissementCessez de faire détourner l’opinion publique «affaire Zaki/Naybet, démission injustifié de Zaki, la sortie de l’équipe nationale de la CAN», les Marocains sont assez lucides pour accepter ce genre de mascarade. Il est temps de procéder à un assainissement au niveau de la FRMF. Si aujourd’hui au sein du gouvernement on remarque un certain rajeunissement au niveau des ministres et des décideurs, il en est de même pour la FRMF qui, depuis des années, reste intouchable.Mohamed E. . Nouvelle fédération Ce n’est pas avec ce type de faux problèmes que la fédération nous fera oublier la catastrophe de notre foot et surtout son maintien en dépit du rejet massif qu’elle inspire au sein de notre population. Comme pour nos partis politiques et nos syndicats dont les matamores ne veulent jamais s’éclipser (Affilal à l’UGTM), il faudra peut-être songer à créer une nouvelle fédération en laissant vivre au coma la présente.Archimède


Des crèches dans les entreprises?

. Question d’organisationPourquoi pas des crèches dans les entreprises? C’est seulement une question d’organisation. Ce geste aura certainement une bonne répercussion et allégera beaucoup de problèmes.Ridouan. Les réfectoires d’abord!Vous allez trop vite avec votre idée de crèches. On doit d’abord instaurer des réfectoires. Des ouvriers de la parachimie cassent la croûte au milieu de produits chimiques très toxiques. La plupart d’entre eux crèvent avant la retraite. La majorité des usines ne possède pas des douches chaudes, des vestiaires au vrai sens du terme. Alors ne rêvons pas pour les crèches. Les femmes continueront à voir ailleurs.Aït Maknass. On peut toujours rêverOn fait ce qui doit se faire au sein de nos entreprises… malheureusement, ce n’est pas le cas!! On aimerait bien voir un tel esprit dans nos entreprises car ça ne peut être que bénéfique, puisque cela va augmenter le rendement des jeunes mères. Elles ne pourront plus avoir la tête ailleurs en pensant à leur bébé s’il a pris son biberon ou non, si la nounou s’occupe bien de lui (faut-il en avoir...), puisqu’elles pourront les voir et s’assurer de leur bien-être. Mais je pense que ce n’est pas pour demain. Il faudra une bonne réflexion de nos entrepreneurs, qu’ils pensent à ça sérieusement et surtout les femmes chefs d’entreprise, ce sont elles qui pourront convaincre -si j’ose dire- les responsables de la prise de décision quoique…on peut toujours rêver!!Kawthar


. Solution!?Bonjour; votre article sur les grandes écoles et l’islamisation est symptomatique d’une élite qui ne fait que copier!! Dire que pour résoudre ce problème, il faut enseigner uniquement en français!! Quelle relation?!! Il faut manger, boire, danser, lire... C’est la solution pour vous? Et dire que le Maroc est indépendant depuis 50 ans!Amar, Marocain de Paris . Mon identitéJe ne sais pas pourquoi chaque fois que quelqu’un parle de l’amazighité, on le taxe de xénophobe, agent de l’impérialisme, agent de sionisme, etc. Quelques étourdis essayent de positionner le Maroc en tant que pays arabe et les Marocains des Arabes. Ils se trompent, car l’amazighité du Maroc reste éclatante (…). D’ailleurs ceux qui parlent de l’arabité du Maroc veulent rendre ce pays bâtard. Réveillez-vous messieurs: 99,99% des Marocains sont Imazighens, bravo! (…) Tous les oueds, toutes les plantes, toutes les villes anciennes … ont un nom berbère. Contemplez bien la tour Hassan, Chellah et les Oudayas construits par nos ancêtres à tous les Almohades, ces chlouhs du Sud (…) Des touristes néerlandais ont donné une belle leçon d’histoire du Maroc, à un marchand de tapis: «Pour nous les Européens, ils n’existe qu’un seul tapis marocain, le berbère»(…) L’histoire finira par triompher car Dieu aime la vérité et il la fait toujours éclater aux visages des ingrats qui ont abusé de l’hospitalité et la confiance dont ont fait preuve les premiers Imazighens avec les premiers réfugiés arabes. Job Jack

. Corbeaux, attention à vos plumes!Depuis que cette page est ouverte à nos lecteurs, nous traitons des dizaines de lettres, fax et mails par semaine. Parmi ces courriers, tentent parfois de se glisser… des «corbeaux»: nous en avons identifié deux qui avaient essayé d’usurper l’identité d’une autre personne. La proportion est donc extrêmement faible et montre bien que nos lecteurs sont des gens honnêtes. Mais à l’attention particulière des corbeaux, L’Economiste rappelle que ce genre de pratique tombe sous le coup du code pénal.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc