×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:2148 Le 10/11/2005 | Partager

Rapt des Marocains en Irak

. Elan de solidarité A l’instar d’autres pays, le gouvernement marocain doit bouger et déployer rapidement tous les efforts possibles pour sauver nos compatriotes. La marche qui a eu lieu le 6 novembre est un bon signe de solidarité, mais ça reste insuffisant. Amine . Refus Je suis contre les actes terroristes d’Al Qaida. Ils ne sont pas compatibles avec l’objectif de l’islam et ses finalités. C’est la religion de paix et de tolérance. Rachid . Où est la société civile? Ce qui me révolte encore plus dans cette affaire, c’est la tiédeur pour ne pas dire l’indifférence de notre société civile sur le sort de ces deux concitoyens. Rares les journaux et publications qui en font leur manchette de 1re page. Et quand bien même ils le font, ça demeure ponctuel. Comparez avec ce qui s’est passé en France, en Italie, en Turquie et vous serez désolé de ce constat. Comme quoi la vraie société civile reste encore à inventer. Celle qui agit par conviction et instinct et non par un quelconque intérêt politique ou médiatique. J’oubliais, nos deux concitoyens ne sont ni big boss ni grosses pointures mais de simples citoyens anonymes. Sur nos chaînes nationales, leur sort est relégué bien après les infos générales et le foot. Ramses . Scandalisé?Je suis scandalisé par le rapt de nos deux compatriotes en Irak. Mais que peuvent espérer des assassins de civiles (plus de 25.000 jusqu’à présent) de toute confession et âge pour réinstaurer la dictature sanguinaire bassiste ou celle d’un utopique califa médiéval. Nous devons être solidaire avec la famille de nos compatriotes et soutenir notre gouvernement. Je m’adresse particulièrement à nos partis politiques, nos syndicats et ONG pour qu’ils montrent autant de mobilisation que celle de soutien objectif à l’occupation du Koweït par le régime de Saddam (1990) et lorsqu’il était remis en question par la coalition conduite par les USA. Cette fois c’est pour la bonne cause qu’il faut crier non au rapt de nos compatriotes, non au chantage de notre pays et non au terrorisme de ces groupes. M. Benz . Déni de vie La barbarie ne passera pas. Que veulent dire ces prises d’otages sinon le déni de la vie. Nous ne sommes plus dans la guerre des civilisations et, comme l’a dit l’Abbé Pierre : «c’est gifler Dieu que de mettre sur son compte tout ça». La barbarie est l’ennemi de toutes les civilisations. Libérez ces deux hommes, de grâce, ils n’y sont pour rien... et leur rapt ne servira rien, aucune cause... Comme ces centaines de milliers d’Irakiens qui ont péri pour rien. Mouna . Illusion A celles ou à ceux de nos concitoyens qui se faisaient encore une seule illusion sur le caractère criminel de cette bande de barbares qu’est Al Qaida, vous êtes, je l’espère, fixés. Honte à eux et à leurs admirateurs! En moins de 10 ans, ils ont fait plus de mal à l’islam et aux musulmans que tout autre mouvement colonial ou croisé. Ro.. Rançon ou pas? Jusqu’à preuve du contraire, la plupart des rapts de sujets d’un pays arabe et/ou musulman (Algériens, Egyptiens) se sont soldés par une fin tragique. Les Européens ont eu plus de “chance”, leur pays d’origine ont sûrement mieux négocié et payé le prix fort pour leur libération. Les prises d’otages en Irak n’ont pour but que de renflouer les caisses de ces criminels. Le Maroc va-t-il payer pour les libérer? Nos négociateurs seront-ils à la hauteur? Je l’espère bien. Ma pensée aux familles. Tarik – Bruxelles


Cinquantenaire de l’Indépendance

. Pas de vision Le Maroc suit la vague sur laquelle il surfe. Il n’a pas de vision, il n’a pas de projet national. Maro.. Nos parlementaires Le Parlement doit tenir des séances publiques pour débattre des projets réalisés pendant ces années et ceux à avenir. Les parlementaires doivent nous expliquer pourquoi certains projets n’ont pas atteint leurs objectifs: 200.0000 logements, création de postes annoncés à tambour battant, pourquoi nos ennemis de l’unité gagnent des points… Taali


Constat amer

Après 50 ans d’indépendance, le constat est amer: - plus de 50% d’analphabètes; - plus du tiers sous le seuil de pauvreté; - économie informelle galopante; - des milliers de diplômés chômeurs; - une infime partie des Marocains s’accapare les richesses du pays; - des partis politiques fantomatiques; - des dirigeants pas du tout crédibles; - des syndicats mis K.O; - fuite massive des cerveaux et des riches; - fuite-suicide des pauvres par milliers dans des pateras; - incapacité de libérer Sebta et Mellilia; - etc.Complétez-moi la liste interminable SVP. N.B. Tous les partis politiques sont comptables de cette situation, surtout les partis sans idéologie (ni dignité). Saïd


. Masse salariale: Tendance inverséeJe ne vous comprends pas: Vous militez pendant des années pour réduire la masse salariale de l’Etat, à juste titre, et maintenant que l’Etat le fait, vous le critiquez?! Savez-vous que c’est la première fois qu’un gouvernement de ce pays arrive à inverser la tendance?! Cela compte, ne pensez-vous pas? Cela compte surtout pour nos enfants que nous avons endettés au-delà de ce que nous pouvons moralement soutenir: la dette a été consommée, pas investie, donc elle ne rapportera rien pour pouvoir aider au remboursement. Nous et nos enfants devrons nous priver pendant une vingtaine d’années pour faire face à l’hypertrophie de la masse salariale de l’Etat. Alors de grâce, reconnaissez l’effort que fait ce gouvernement.Mohamed B., haut fonctionnaire, Rabat. Parapharmacie: Pas d’accord!Je souhaite réagir à un de vos articles sur la parapharmacie, qui me semble très ambigu et n’apporte aucune explication sur l’intérêt et le mode de fonctionnement d’une parapharmacie, encore faut-il définir ce qu’est une parapharmacie! Dans cet article, on confond parapharmacie et paramédical, ou encore parapharmacies et officines spécialisées, enfin tout est dit et n’importe quoi pour semer le trouble dans l’esprit du lecteur. Il serait souhaitable, toujours pour l’intérêt du lecteur, voire du consommateur d’être un plus explicite et surtout de ne pas entretenir de faux débats sur des bases mal fondées.Ali B., pharmacien . Décharge «sonore»Nous vous invitons à venir découvrir la création d’une décharge publique en plein centre de Casablanca, située sur un terrain vague se trouvant à l’angle de la route de Mecqua et la piste Taddert. En effet, la société chargée de l’assainissement solide fait venir les ordures ménagères chargées et déchargées par de petits camions puis reprises par chargeuses dans de gros camions. Ceci dérange le voisinage par une pollution sonore et environnementale. Ce terrain utilisé depuis une semaine comme décharge publique appartiendrait, dit-on dans le quartier, à une grande personnalité élue de Casablanca. Abdelkebir Z., administrateur de société. Ruptures historiquesFélicitations pour votre éditorial du mercredi 2 novembre sur les noms des rues. Votre analyse est exacte et pertinente. A Rabat, beaucoup d’élus locaux ne connaissent pas bien l’histoire et modifient les noms de rue pour des considérations autres que l’importance historique. Certaines rues ont été créées dans les années 20 avec des noms qu’on a changés (Marrakech, Meknès, Fès). Ces changements incohérents constituent pour moi une véritable rupture avec mon Histoire. Cela montre aussi un énorme cafouillage et beaucoup de lacunes dans la gestion de la chose publique. Saïd M.

Abonnement

Je serais très intéressé à m’abonner à une version électronique du quotidien L’Economiste. Prière de me laisser savoir quand ça va être disponible. MerciHassan T., Analyste, Calgary, CanadaNDLR: Il n’y a pas d’abonnement, il vous suffit de vous connecter à «www.leconomiste.com» pour avoir les nouvelles, nos scoops et nos analyses du jour tout, en ayant l’accès illimité à nos archives… depuis 1991! Usez autant que vous voulez, c’est gratuit. Mais n’abusez pas: il est interdit, sous peine de poursuite, de faire une publication commerciale avec ces informations. Si vous voulez en faire un usage public, pas de problème: demandez-nous par écrit une autorisation gracieuse ([email protected]) et n’oubliez pas de citer la source.


Horaire continu: Les enfants, les premières victimes

L’horaire continu dans les écoles est une aberration totale, en tout cas tel qu’il est appliqué actuellement sans aucune organisation des maillons de la chaîne.Comme à son habitude, le ministère de l’Education nationale est incapable de prendre une décision définitive. En début d’année, il n’était pas question d’instaurer cette mesure. Ensuite, il envoie une circulaire pour laisser aux écoles le libre choix de l’installer. A partir de là, c’est la bérézina. Selon leur confort, des établissements ont durant le mois de Ramadan averti que, dès la rentrée le 7 novembre, l’horaire continu était de mise. Et les enfants dans tout cela? Cette mesure a-t-elle été correctement préparée? Les écoles se sont-elles équipées en conséquence? De quel équilibre alimentaire parle-t-on pour nos enfants? Il en va de leur santé. Dans les cantines européennes, par exemple, les repas sont préparés strictement avec l’aide de diététiciens. Et nos enfants, que mangent-ils ? En bien, des sandwichs au poulet, à la dinde, au fromage… et cela tous les jours. Rares sont les établissements qui font appel à des professionnels. Et où mangent-ils si l’établissement ne dispose pas de salle adaptée? Alors qu’il y a matière à réfléchir à monter des structures de restauration de qualité et à des prix abordables.Comment devront s’organiser les parents, une majorité, qui ne sont pas soumis à l’horaire continu et qui sont obligés d’aller chercher leurs enfants à 15h45. Sinon c’est la garde, facturée dans des établissements à 10 DH l’heure et par enfant. Alors faites le compte pour une famille nombreuse!Nous ne parlons pas des cartables si lourds que les dos de nos enfants sont complètement massacrés. C’est un véritable scandale.En définitive, cette situation démontre encore une fois notre incapacité à nous organiser pour une mesure si simple. Et ceux qui l’ont décidé n’ont encore une fois pas tenu compte des priorités et des besoins des Marocains. Des parents en colère


Corbeaux, attention à vos plumes!

Depuis que cette page est ouverte à nos lecteurs, nous traitons des dizaines de lettres, fax et mails par semaine. Parmi ces courriers, tentent parfois de se glisser… des «corbeaux»: nous en avons identifié deux qui avaient essayé d’usurper l’identité d’une autre personne. La proportion est donc extrêmement faible et montre bien que nos lecteurs sont des gens honnêtes. Mais à l’attention particulière des corbeaux, L’Economiste rappelle que ce genre de pratique tombe sous le coup du code pénal.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc