×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:2119 Le 29/09/2005 | Partager

L'AMO votre débat

. Acquis à démocratiserQuoi qu’on dise, l’AMO restera un acquis. Cependant, elle doit être développée. On ne doit pas en faire la vache à traire ni de ceux-ci ni de ceux-là. Dans ce sens, il est impératif d’assurer sa protection contre l’influence des lobbies des praticiens et les agissements des fraudeurs de tout genre. Les problèmes des fausses conventions et des fausses factures qui ont ruinés les mutuelles sont encore présents dans la mémoire des Marocains et ils doivent être toujours présents à l’esprit des gestionnaires de l’AMO qui doivent rester vigilants. Pour se prémunir, l’AMO doit fonctionner en entreprise (non lucrative), c’est-à-dire avoir un budget prévisionnel, se fixer des objectifs à atteindre, présenter le bilan annuel dûment certifié et le publier. L’AMO reste un moyen de mise en oeuvre de la solidarité et d’accès au droit à la santé qui doit être considéré comme un droit de l’homme. Mais nous sommes à présent aux droits de la femme! Celui de l’homme est déjà parfait.Bouchra. Re. Mise à niveauOn y arrive enfin. Mais le ministère de la Santé et les ONG de soutien aux malades devront le plus tôt repenser notre système sanitaire. Autres que le délabrement et le mauvais management des dispensaires, cliniques et hôpitaux, le plus ahurissant c’est la déshumanisation progressive (arrogance, vulgarité du discours, clientélisme et corruption) d’une grande majorité du personnel à tous les niveaux de cette structure. Les urgences n’ont que le nom de ça. Les ambulances d’intervention sont mal réparties sur les espaces, assurent plus le transport avec la vitesse excessive, la sirène et le gyrophare en prime alors qu’elles devraient être toutes équipées pour assurer l’intervention sur place et durant le transport d’un patient. Il est urgent de mettre en place et en application des mesures pour la refonte de notre structure sanitaire sans oublier de promouvoir l’humanisation de son personnel en complément et appui à l’AMO. M. Benz - Bravo M. Benz. Vous êtes tout sagesse et bon sens. Espérons qu’ils vous entendent; ils agiront tel que vous préconisez. InchallahBouchra. Re. Acquis à démocratiser Droit? Où est-il? Trêve de plaisanterie! Le droit n’est qu’un mot que les fourbes utilise en guise de calmant à chaque fois pour tranquilliser les pauvres. N’assiste-t-on pas actuellement à une scène des plus acèrbes; en l’occurrence ceux qui s’accaparent le morçeau à l’occasion du départ volontaire; laissant ceux qui le méritent sur leur faim?Bouchra. Re. Mise à niveauBravo! vous avez touché le coeur du problème: les ressources humaines. La mise à niveau doit commencer par l’homme avant les infrastructures; facteur dominant et insoluble. b.b.. Re. Bonne applicationLe problème dans ces affaires est une question de budget... Car si les sorties sont plus importantes que les cotisations, les responsables n’y peuvent rien... Ici on table sur des statistiques, des estimations et des prises de risques.. La réalité des faits nous dira si on a eu raison ou pas ! Et les prises en charge seront-elles obligatoires? Comment cela se passera-t-il dans la pratique ?Macosmet


. Problème de chéquierBonjour, pourriez-vous faire un article sur les premières demandes de chéquiers pour les nouvelles créations d’entreprises. En effet, il faut attendre plus de 2 mois , j’ai un cas où mon client attend depuis presque 5 mois son chéquier! A chaque fois qu’une nouvelle société est créée c’est le même problème et c’est inadmissible à l’heure des NTI que ce problème persiste. Il existe un  très grave problème au niveau de Bank Al-Maghrib, à moins que son banquier lui raconte de bêtises ? MerciAbdelmjid S., conseiller, Casablanca. Passeport oui, mais sans visaPour moi, avoir un passeport ne veut strictement rien dire. Je crois qu’il doit être livré comme la carte nationale. Je trouve que c’est vraiment honteux de parler de telles choses dans les médias! Pourquoi avoir un passeport alors que je ne peux pas en profiter ? Pourquoi ne pas essayer de faciliter le visa pour les étudiants? A ce que je sache, les visas pour étudiant sont soumis aux quotas des pays accueillants ces étudiants... à une époque, les pays accueillant étaient «généreux» en termes de visa, maintenant, le cas de la France, les étudiants visés sont ceux du 3e cycle ou qui préparent des thèses, la crème de la crème quoi !! Sinon il faut des conventions entre pays pour élever les quotas... mais notre diplomatie est assise entre deux chaises et ne fait pas grand-chose .Youssef H.. AnalphabétismePour lutter contre l’analphabétisme, on peut commencer par exclure quelques parlementaires et conseillers de l’hémicycle. Certains citoyens, voyant quelques analphabètes occuper ces institutions s’imaginent que l’analphabétisme n’est pas un frein à la réussite! Saïd Kh.

Lois et mentalités

Nous sommes tous unanimes que l’édiction des lois est une initiative pour combler les failles juridiques aussi bien que sécuriser le fonctionnement de tout secteur économique. L’arsenal juridique dont dispose chaque pays est la référence de tout citoyen pour savoir parfaitement ses devoirs et ses obligations. Dans ce sens, la loi sur la concurrence se considère comme une loi encourageant tout investisseur à implanter des projets et garantissant ces soi-disant investisseurs de toute perturbation due au manque de clarté… toutefois, cette loi est vidée de son vrai sens dans la mesure  où les spéculateurs ont terni l’image de notre marché financier. Cela veut dire que la corruption et l’abus de pouvoir de certains ont poussé ces personnes voulant  placer leurs capitaux dans des  marchés à fuir le Maroc et aller chercher ailleurs. Par exemple, un investisseur étranger qui veut implanter des projets ressemblant à ceux de nos responsables va certainement trouver des obstacles de taille, obstacles qui freinent l’ambition et qui l’obligent à plier bagage et changer de direction. L’application de la loi sur la concurrence exige un changement radical des mentalités retardant la vraie notion de l’épanouissement et de l’essor économique de notre Etat. Le changement doit être commencé par la lutte des esprits rétrogrades et par le combat de la vision monopolisatrice et expansionniste. D’abord, nous commençons par la moralisation de la vie administrative et après, notre concentration sera axée sur le renforcement des lois. Un investisseur


. Terrorisme académiqueNous sommes des étudiants dans un célèbre institut de formation à Fès. Nous vous prions de bien vouloir intervenir dans un problème en relation avec les épreuves de fin de formation. Nous sommes victimes du comportement d’un de nos formateurs qui appartient à un Parti islamique. Ce formateur nous oblige de faire de la prière avec lui dans la mosquée de l’Institut. Il nous impose aussi de laisser une longue barbe (lahia) pour les garçons et les foulards (hijab) pour les filles. Ceux qui refusent subissent des représailles, dans les examens et les tests de fin de formation. Sta., Fès. Sodea: Déficit de communicationJe lis attentivement votre journal où de nombreux sujets retiennent mon attention. Je fais allusion à un sujet qui me préoccupe sérieusement. Soumissionnaire étranger pour un projet de partenariat avec l’Etat marocain via la Sodea, il me semble inadmissible que les résultats d’attribution des projets prévus pour le 5 août (voir calendrier sur agripartenariat.ma) ne soient toujours pas publiés sans aucune explication ou information (NDLR : courrier envoyé le 31 août avant que les résultats de l’appel d’offres ne soient rendus publics). Malgré mes nombreux appels au siège, personne n’est capable de vous renseigner. On me répond qu’il en est du ressort du Premier ministre. Comment peut-on solliciter des investisseurs nationaux et étrangers et les traiter avec autant de désinvolture. Un investisseur émigré désappointé. Loi sur la concurrence: Ça sert à quoi?Ce n’est pas un secret, la concurrence chez nous obéit à un critère unique: le pouvoir. Faites le recensement des caïds, gouverneurs, walis, directeurs généraux, douaniers, gendarmes, etc. Estimez les fortunes de certains d’entre-eux et leurs biens, y inclus fermes, usines et bâtiments. Rapportez ces mêmes fortunes aux salaires que ces mêmes fonctionnaires ont dû percevoir sur une période donnée et expliquez-moi la différence. Parler de concurrence, c’est vraiment se moquer des entrepreneurs marocains ruinés ou émigrés justement à cause de la concurrence faite par le pouvoir. Lorsqu’un MRE (ou un investisseur étranger) encore naïf, essaie de monter une affaire, une conversation type se tisse:- Je veux investir 45 millions de DH dans ce projet.- D’accord, tu vas avoir toutes les facilités, mais je veux 30%. Nous sommes toujours au stade de l’abus de pouvoir et trop loin de la concurrence loyale.Z.. La main à la pâtePour combattre l’analphabétisme, il n’y a pas 36 solutions. Si on part du constat que ce fléau est un mal, et bien il va falloir agir à deux niveaux: d’abord lancer l’opération éducation pour tous les enfants en âge de scolarisation, c’est la priorité et, parallèlement, résorber progressivement l’analphabétisme chez les adultes. Reste aux acteurs de mettre la main à la pâte. Mohamed, Rabat. Les temps sont révolus Les temps sont révolus où le progrès scientifique dépendait du génie de chercheurs isolés. La recherche exige aujourd’hui des investissements considérables, en personnel et en matériel, qui obligent les chercheurs eux-mêmes à reconnaître la nécessité d’un consensus social autour de leurs travaux. La fuite de cerveaux, terme non convenable avec la montée de mondialisation. Actuellement, les pays riches, qui ne présentent que 15% de la population, sont à l’origine de 90% de brevets, et si les pays émergents aspirent à s’intégrer dans l’économie mondiale. La mobilité des compétences et les chercheurs peut constituer un instrument fondamental. Nos chercheurs scientifiques sont le produit des sacrifices des contribuables marocains.Abdelhak A.

. Travailler le minimum Cette histoire d’horaire continu est la preuve flagrante de la mauvaise foi de nos fonctionnaires. Habitués à travailler le minimum, à entrer et à sortir de leur bureau comme ils veulent, à ne rendre compte à personne de leur présence effective, comment voulez-vous qu’ils se plient à une quelconque discipline? A mon avis, l’instauration de l’horaire continu doit obligatoirement s’accompagner d’un pointage absolument rigoureux des heures d’entrée et de sortie. Mhamed A. Allergiques aux changementsLes Marocains n’aiment pas changer leurs habitudes, mais il faut se rendre à l’évidence. Le monde est devenu un petit village et on doit coûte que coûte s’adapter. L’horaire continu est pratiqué depuis fort longtemps par plusieurs pays. Il faut seulement que le Maroc apporte des petits aménagements (restauration, garde des enfants), ce qui ne peut que créer de nouveaux emplois. Oui, le changement fait peur... On préfère la sûreté de l’habitude.La capacité d’adaptation est une des preuves de l’intelligence des hommes.Boumella L.

Initiatives emploi: Le rendez-vous des mesures irréalistes

Les mesures annoncées par le gouvernement aux dernières assises de l’emploi sont irréalistes et, surtout, inadaptées pour répondre au drame du chômage. La principale est, l’affranchissement de l’IGR et de charges sociales (à hauteur de 6.000 dirhams bruts) pour les chômeurs de plus d’un an inscrits à l’Anapec.Un employeur n’est généralement pas intéressé par un chômeur de longue durée pour des raisons évidentes: profil inadapté, pas ou peu d’expérience professionnelle et démotivation. Pourquoi vouloir classifier les sans-emploi? Il faut éviter de faire perdre du temps aux chômeurs en les contraignant dans des formalités administratives auprès de l’Anapec qui, rappelons-le, ne dispose ni de l’expérience ni de la compétence, encore moins de la crédibilité nécessaire dans le domaine de l’emploi.Soyons simples et factuels et regardons ce qui se fait ailleurs: il faut inciter les entreprises à embaucher la personne de son choix (chômeur de longue durée ou pas) en versant à l’employeur des primes à l’embauche plus des avantages fiscaux et en allongeant la période d’essai de 24 mois. Trois cas de figure seront observé :1) L’employeur se sépare du salarié avant les 24 mois; 2) L’employeur se sépare du salarié à l’issue des 24 mois; 3) L’employeur garde le salarié à l’issue des 24 mois et lui propose un contrat à durée déterminée.Pour ce qui est de l’accompagnement des créateurs d’entreprises par un prêt pouvant atteindre 250.000 dirhams, je suis sceptique. Le Maroc est l’un des rares pays au monde qui prétend que les chômeurs longue durée, sans expérience et sans formation appropriée, peuvent créer des entreprises!!! Or, le créateur d’entreprises doit disposer d’une expérience professionnelle et/ou d’un métier et doit être rompu aux pratiques de gestion et marketing. Ce sont des conditions préalables avant l’aspect financier.Adil RIAD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc