×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:1913 Le 09/12/2004 | Partager

Les accords de libre-échange

. Une blague Le libre-échange entre le Maroc, les USA, la Turquie ou autres pays, est une blague. Ce n’est pas dans l’intérêt du régime de libérer le marché. Vous voulez dire que les Marocains (moyenne et basse classes) vont en profiter et connaître la prospérité? Oh non! Ce n’est pas possible. Jbilate. Comportement à la marocaine La non-entrée en vigueur de l’application des accords signés avec ces pays à la date prévue, montre que les Marocains respectent vraiment les traditions. En effet, les horloges chez nous acceptent souvent le retard: un rendez-vous de 8h30 peut facilement attendre 9h, sinon plus; une commande au j25 peut n’être livrée qu’au j26, etc. Et toujours, tout va bien. Donc si nos braves politiciens échappent à cette règle, une seule explication: ils ne sont pas élus par des Marocains. Abdelkébir. Opportunités et menaces A vrai dire, je ne sais même pas pourquoi à chaque fois qu’il y a un accord quel qu’il soit le Maroc est le 1er à le signer et on dirait qu’il n’évalue pas ses opportunités et ses menaces. Il faut prendre le temps d’analyser ses coûts marginaux et de voir si cet accord est vraiment bénéfique pour notre économie ou si c’est juste pour dire qu’on en fait partie. Ce qui est arrivé aux autres nous arrivera aussi. Moncef. Tenants et aboutissants Je ne suis pas très au fait des tenants et aboutissants de cette affaire d’accord de libre-échange, mais s’il s’avère que l’entrée en vigueur de ces ALE a été retardée par un simple et tout bête problème de calendrier du gouvernement et que ce retard aura des incidences précises et palpables sur notre économie, on sera encore une fois en état de constat et le peu de sérieux de nos gouvernants et le peu de cas qu’ils font des affaires du pays. Je n’en dirais pas plus pour ne pas être taxé d’empêcheur de tourner en rond. B. B., Universitaire . Félicitations, ça marche pas! Je me félicite et je félicite tous les Marocains et à leur têtes les opérateurs économiques que les ‘’ALE’’ n’aboutissent pas et jamais. En effet, il n’y a jamais rien à espérer des USA. C’est un pays qui manque toujours à ses engagements, si engagements il y a. C’est un pays qui protège son économie en violant toutes les règles de droit international (OMC et autres). Il n’y a qu’à regarder le nombre de litiges qui l’opposent à des blocs et pays plus forts que le Maroc: Europe, Japon, Chine, Amérique latine... et même le Canada. C’est un pays fort qui sait négocier à son avantage. Que pouvons-nous exporter dans un pays aussi puissant et ouvert à des économies plus compétitives que nous? L’agro-industrie peut-être? Au tournant on trouvera la géante Food Administration, machin qui dira oui mais vos produits ne sont pas conformes. Textile? Alors on peut rêver jusqu’au matin devant la Chine. Croyez-moi ces ‘’Accords’’ ne sont, pour la partie marocaine au pouvoir, qu’un coup de scoop politique. Pour la partie américaine, une intégration du Maroc dans ‘’l’ordre’’. Que représente le Maroc dans l’économie des USA (import ou export)? Au lieu de ce tollé, vaut mieux chercher à ouvrir la porte entre nos voisins et frères algériens avec qui nous ferons mieux! L’adage dit: L’basse qaddak y’wateek! Félicitation, ça ne marche pas! Mais d’ailleurs ça ne peut ni pourra jamais marcher de toutes façons! Et si par miracle, ça rentre en vigueur, nous ne récolterons que les regrets pour avoir détruit notre économie. Là où les multinationales US mettent leurs pattes, bonjours les dégâts: la preuve? L’Amérique latine est à côté. Maghribi. Une lettre pour Malki L’Economiste a écrit que le «MEN a une stratégie pour inciter les compétences marocaines à l’étranger à contribuer au développement Royaume». Je veux donner mon point de vue: la plupart des cerveaux à l’étranger sont des titulaires de doctorats dans différentes spécialités. Ce sont les moyens mis a leurs dispositions qui leur ont permis d’arriver au niveau où ils sont. Je pose d’abord une question à M. El Malki, si ces cerveaux venaient à rentrer au pays, seront-ils recrutés ou rejoindraient-ils les rangs des docteurs (ou cerveaux) en chômage qui sont tabassés de temps a autres? Monsieur El Malki en tant qu’économiste, pour ses recherches n’a pas besoins de grand moyens, alors que pour des sciences exactes comme la physique ou la chimie, le minimum qu’il faut est inaccessible à nos universités, comme l’accès aux articles scientifiques, et de ce fait nous sous traitons à l’étranger, grâce à nos amis, chercheurs marocains expatriés, et qui nous aident à fond sans que personne n’ait à les inciter ou quoi que ce soit. O. Benali, Enseignant-chercheur


Forum de l’Avenir au Maroc: Qu’en pensez-vous?

. Quel avenir? De quel avenir parle-t-on? Un avenir dicté par les Etats-Unis. Moi personnellement, je n’y crois pas puisque ce pays (USA) n’a jamais prouvé de sympathie en vers les peuples et leur libération (Chili, Nicaragua, Vietnam, Panama) et actuellement l’Irak et Venezuela. Il suffit aussi de voir qu’on ne parle plus des pays arabes mais de Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), c’est-à-dire qu’on a divisé le monde arabe au moins en deux groupes distincts pour (sur le plan stratégique) faire intégrer Israël facilement. Arab . Opportunité Une opportunité pour le Maroc et MENA, si on laisse le discours idéologique et religieux à côté. Mais les arabo-islamistes vont faire tout pour continuer à faire du Maroc un pays attaché au Moyen-Orient et ses problèmes et les Marocains à végéter dans la misère. Pourquoi le Maroc ne doit pas émuler la Corée du Sud, au lieu de continuer à copier l’Afghanistan? A. M. Gh . Intérêts économiques Pourquoi Moyen-Orient et Afrique du Nord? Moyen-Orient (arabe) et Afrique du Nord (du Maroc en Egypte) qui n’a rien à voir avec les Arabes (berbères ou nomades) et c’est normal. Ce sont deux populations à histoire, traditions, cultures... différentes. Pourquoi les Américains veulent intervenir? C’est pour leurs intérêts économiques (pétrole) et non pour la prospérité de la région! Oui on le sait, mais il faut que quelqu’un bouge. Si la population ne bouge pas assez en interne, c’est aux plus forts de le faire et je suis pour, bien sûr! . Je vous aimeJ’aime votre presse et je vous fais la proposition suivante: vous pourriez jouer un rôle d’analyste et accompagnateur d’entreprises au lieu de rapporteur des informations, et j’ai l’impression que vous devinez chaque évènement, un échec des patrons, des filières, des secteurs?. Donc vous savez anticiper les scénarios possibles. Vous avez les ressources humaines nécessaires pour faire telle et telle évaluation. Vous étes des spécialistes et nous attendons de vous cette spécificité. Vous êtes les meilleurs. J’aime le Maroc, et je veux un Maroc fort. Et j’aime L’EconomisteW. W.


Les femmes et la violence

. Problème d’éducation Je considère que la violence contre les femmes est liée en premier lieu à l’éducation des femmes envers leurs enfants. Education qui n’est pas fondée sur le respect de la femme mais qui repose sur l’infériorité de la femme par rapport à l’autre sexe. Bkanza . Oui à l’amour Non à la violence contre les femmes. C’est beau la non-violence, il n’est un homme celui qui bat une femme plus faible que lui. Faire l’amour et non la guerre et tout le monde sera heureux. Fabrice . Egalité, liberté et fraternité Il faut appliquer la loi et promouvoir le concept de l’égalité et la fraternité entre tous les composants de la société. Nos médias doivent encourager un débat visant la promotion de la paix entre l’homme et sa femme aussi bien le droit de vivre en liberté. Mohamed E.. Phénomène La violence contre la femme est partout dans le monde. C’est un phénomène qui ne va pas disparaître et peut prendre d’autres formes. Cela est lié bien sûr à plusieurs facteurs sociaux économiques. Dans notre pays, je remarque qu’il y a plus de viols collectifs, l’inceste est très élevé. Ce n’est pas juste. Marie. Un ministère de l’hygiène Le Maroc n’est pas uniquement Casablanca. Hélas, le Maroc hors Casa est encore plus sale, tout aussi crasseux. Il est vrai que d’après sa population nombreuse Casablanca est plus sujette à la saleté mais il ne faut pas oublier que toutes les autres villes du royaume sont surpeuplées et ça se fait à une vitesse vertigineuse. Pourquoi ne pas créer un ministère de l’hygiène? Puisque c’est notre défaut, au lieu d’avoir un ministère des relations avec le Parlement il faut créer des ministères pour les relations avec la population, du moment que les élus aussi bien locaux que nationaux ont échoué dans la gestion de cette affaire. Il est vraiment horrible de voir resurgir des maladies presque totalement éradiquées (ailleurs). Les responsables n’ont jamais pensé à cette question pourtant cruciale dans la vie de tous les jours(…) . Il ne leur vient jamais à l’esprit qu’un jour pour une urgence ils peuvent être mis sur un brancard et être amenés à ces endroits qu’il est indécent de nommer hôpitaux, au lieu de se retrouver en France et ailleurs. Mais il ne faut pas oublier que seul feu Hassan II le jour de sa mort est parti à l’hôpital Avicenne de Rabat, pour se faire soigner. Jawad. Code du travail: Et les fusions?Un point important n’a jamais été abordé ou de façon très vague par les politiques du Maroc ou les juristes, est celui des fusions d’entreprises dans le fonctionnement du nouveau code du travail. De ce fait, la représentation du personnel et les droits acquis ne font pas l’objet d’une approche claire et c’est souvent par consensus (quand il existe) ou au détriment des employés que les problèmes sont résolus (statut du personnel de la nouvelle société; représentants du personnel...). A noter qu’à l’avenir, le processus de fusion des entreprises sera très fréquent, comme en témoignent déjà les nombreuses fusions de ces dernières années. Par conséquent, il est nécessaire d’accorder toute l’importance à cette question, en particulier au niveau des décrets d’application du nouveau code du travail. A défaut, s’attendre à de nombreux conflits (non-respect des acquis des salariés) et aux hésitations des opérateurs dans leurs décisions stratégiques. Messouak El Hadi. Sélection à l’écoleJe vous invite à faire une recherche sur la modalité de sélection des élèves d’une des écoles d’ingénieurs ainsi que sur le déroulement des cours et le niveau catastrophique de tout le monde. Anwar Fadili. Niveau trop haut?Je suis étudiante en économie, je lis très souvent L’Economiste; j’apprécie beaucoup les articles, quoique parfois j’ai du mal à en comprendre certains!! Ainsi il serait utile peut-être de créer un journal pour les étudiants en situant la tranche d’âge par exemple de 16 a 20 ans. Merci.Inqaf El A.. En retardBon, je viens juste d’arriver au bureau, ce qui veut dire tard, et la raison c’est le transport, ils ont dit que ce problème sera résolu au début du mois 9, 10 ou 11 mais c’est toujours le même problème pour certaines lignes de la même société, sans vous parler des problèmes dont on souffre chaque jour. On se réveille à 6h du matin pour sortir à 6h30 et prendre le bus à 07h30h, 35 ou 40mn, et on arrive en retard la cause vous la connaissez maintenant (un remerciement pour L’Economiste qui parle franchement de nos problèmes).Hassania Rst, secrétaire.. La langue et la cultureLa libération de l’audiovisuel au Maroc va rendre enfin possible la création de chaînes en tamazight. Vivement une chaîne en tamazight! Oui! Mais de grâce 100% laïc, s’il vous plaît. L’Bakour l’Hendi . Berbérisme Je comprends parfaitement la place toute naturelle que mérite la culture et les Marocains berbères ou berbéristes. Cela n’empêche pas de garder son sang-froid, car le problème ne doit pas être posé en termes antagoniques, mais plutôt dans le cadre d’une complémentarité et d’une équité tant souhaitée. Si les deux chaînes nationales éprouvent des failles, rien ne garantit que la future chaîne berbère n’aura pas à son tour son lot de médiocrité. L’audiovisuel est certes tributaire de la qualité des hommes qui le composent, mais il s’agit aussi d’une affaire de moyens et d’expérience. Je souhaite l’établissement d’une chaîne berbériste intelligente et rassembleuse. Si urgence, rien n’interdit d’émettre dès aujourd’hui à partir d’un territoire off shore? Question de moyens! Abdou le fidèle de Paris. La langue! Il faut d’abord se mettre d’accord sur la langue de diffusion des nouvelles chaînes d’audiovisuel. Pourquoi mélange-t-on l’arabe, le français, l’anglais, l’espagnol et le berbère dans une seule chaîne de télé? Il faut réaliser pour chaque personne une chaîne avec la langue qu’elle préfère. Il est très important pour les citoyens de maîtriser au moins une langue!Amère . Qui comprend?Au sujet de l’article Le bluetooth, une technologie «sensible», dans la rubrique De bonnes sources. Je ne comprends pas où l’auteur veut en venir. La technologie bluetooth ne fonctionnerait pas sur les téléphones vendus au Maroc? L’auteur ne sait pas de quoi il parle, j’ai un téléphone, un palm et une clé bluetooth, et je passe mon temps à faire des transferts entre mes appareils. Peut-être que je n’ai pas compris le sens de son article...Youssef Baddou, Rabat. Lire ToefflerJe conseille à tous les opérateurs économiques marocains de bien vouloir dénicher sinon trouver le fameux livre qu’a écrit Alvin Toeffler à propos de sa thèse dite de la ‘’3eme Vague» afin qu’ils voient davantage où va l’économie internationale. Ce livre a été écrit en 1980 et a prédit ce qu’on vit aujourd’hui. Je réitère mon désir de discuter les méandres de ce livre afin que le Marocain entrepreneur comprenne et maîtrise mieux les coulisses de ce qui est en train de se passer de nos jours d’un oeil positif. J’attends impatiemment une réponse de tous ceux qui l’ont lu pour me faire part de leur impression. Bien à vous. Jawad Erraji


. Reproduction d’articles: attention !Dans votre journal j’ai vu un dossier concernant la qualité. Mais en pied de page, vous avez indiqué «Reproduction interdite». J’ai voulu l’envoyer à quelques collègues de travail en guise de document modèle. Pourrai-je le faire sachant que la référence L’Economiste est clairement indiquée?Réponse: Oui vous pouvez reproduire en quantité limitée, avec notre autorisation préalable, spécifique à l’objet et sous réserve que cette reproduction ne donne pas lieu à une action commerciale caractérisée. Pour obtenir cette autorisation, faire la demande par écrit auprès de la Direction générale de L’Economiste. Sans cette procédure, vous vous exposeriez à des poursuites éventuelles.
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc