×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Corruption: IBM discrédité en Corée du Sud

Par L'Economiste | Edition N°:1678 Le 07/01/2004 | Partager

. Il pourrait être interdit de soumissionner à des appels d'offres Le géant américain de l'informatique IBM, au centre d'un important scandale de corruption en Corée du Sud, pourrait être interdit de soumissionner à des appels d'offres pour des contrats publics. C'est ce qu'ont indiqué hier mardi les autorités de la concurrence à Séoul. La Commission de contrôle des échanges commerciaux (FTC) a annoncé qu'elle avait porté plainte contre IBM-Corée du Sud et d'autres sociétés affectées par le plus important scandale de corruption impliquant une compagnie étrangère dans l'histoire de la Corée. Quarante-huit responsables, dont un haut responsable de la filiale sud-coréenne, avaient été inculpés la semaine dernière dans le cadre de cette enquête. «Les sociétés, si elles sont impliquées dans des irrégularités commises lors de soumissions à des appels d'offres, sont sujettes, de par la loi, à une interdiction de participer à l'avenir à des projets gouvernementaux», a précisé Shin Yong-Ho, porte-parole du FTC. Les personnes inculpées, dont le directeur exécutif d'IBM Corée, Jang Gyeong-Ho et des cadres de deux de ses filiales, LG IBM (coentreprise avec le sud-coréen LG Electronics) et Winsol, sont accusées d'avoir corrompu des responsables de l'administration ou de s'être entendues avec d'autres sociétés afin de s'assurer la signature de contrats publics pour un montant total de 55 millions de dollars, notamment une commande de matériel informatique du ministère de l'Information et de la Communication en 2001 d'environ 2,2 millions de dollars. Jang Gyeong-Ho aurait perçu près de 300.000 dollars pour aider Winsol à remporter des contrats entre 2001 et 2003 en corrompant des responsables gouvernementaux et des sociétés concurrentes. IBM, installé en Corée du Sud en 1967, emploie environ 2.500 personnes dans 16 unités et a réalisé un chiffre d'affaires de 735 millions d'euros en 2001. La justice sud-coréenne fait la guerre depuis des mois à la corruption récurrente dans le pays. Les plus grandes sociétés ont été touchées ainsi que de nombreux politiciens dont des proches conseillers de l'actuel président, Roh Moo-hyun. Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc