×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Corruption dans les marchés publics
Encore des zones à risque

Par L'Economiste | Edition N°:2750 Le 07/04/2008 | Partager

. Peu de recours pour les soumissionnaires recalés . Les textes souffrent de nombreuses ambiguïtésLutter contre la corruption et promouvoir la bonne gouvernance, tels sont les grands axes de la réforme menée par le Maroc pour moraliser le domaine des marchés publics. Parmi les nombreuses mesures prises à cet effet, la promulgation du décret de 2007 régissant les marchés publics, la ratification de la Convention des Nations unies contre la corruption, l’amendement de la déclaration sur le patrimoine de 92 et la création de l’Instance centrale de prévention de la corruption... La mise en place de cet impressionnant arsenal se justifie par les insuffisances du décret de 1998, la nécessité de se mettre au diapason des normes internationales en la matière, la nécessité de mettre à niveau les outils de gestion de la dépense publique et la prise en compte des desiderata du secteur privé.Pour évaluer sa politique en matière de promotion de l’intégrité dans les marchés publics, le Maroc a fait appel aux experts de l’OCDE dans le cadre d’une démarche dite d’apprentissage mutuel. Objectif: évaluer les progrès réalisés, étudier le dispositif réglementaire et sa mise en oeuvre, et, enfin, identifier les pistes d’amélioration des mécanismes de prévention de la corruption. Existe-t-il un schéma parfait en matière de moralisation des marchés publics? Selon l’OCDE, quatre critères permettent d’en juger: s’assurer que la prestation objet du marché répond à un besoin réel du donneur d’ordre, que les fonds déboursés ont été affectés aux fins prévues, que l’attribution du marché a été transparente, et que le marché a été exécuté conformément aux engagements contractuels. Les résultats de cette étude ont été exposés au cours d’une conférence organisée au siège de la Trésorerie générale du royaume, jeudi dernier à Rabat.Le décret de 2007, relatif aux marchés publics, constitue, selon les experts de l’OCDE, un texte conforme aux standards internationaux. Les procédures de passation des marchés sont, en effet, transparentes. Le recours à la concurrence est systématique. Des dispositions spécifiques sont prises pour limiter les risques de corruption. Les contrevenants peuvent être exclus temporairement ou définitivement des autres marchés, et même voir leur nom publié sur le portail des Marchés publics. Les soumissionnaires qui s’estiment lésés peuvent bénéficier de voies de recours pour demander réparation, le cas échéant. Le décret 2007 distingue entre diverses procédures soumises à des conditions rigoureuses. Il s’agit des appels d’offres restreints, du marché négocié et du bon de commande. 11.614 marchés ont été passés par les administrations publiques en 2007: 88,8 % par appels d’offres ouverts, 6 % par appels d’offres restreints et 5,2 % par procédures négociées.Un an après sa mise en œuvre, l’OCDE rend son verdict: le décret de 2007 constitue une réelle avancée dans la réglementation des marchés publics au Maroc, mais du chemin reste encore à parcourir.


Des limites…

Le décret sur les marchés publics comporte un certain nombre de dispositions, mais n’en fixe pas les modalités ni la destination. Exemple: l’article 90 oblige le maître d’ouvrage à établir un rapport de présentation du projet de marché mais ne précise pas l’autorité à laquelle il doit être soumis ni l’usage qu’elle doit en faire. Même remarque pour l’article 91 : il oblige le maître d’ouvrage, une fois le marché exécuté, à établir un rapport destiné à l’autorité compétente mais ne précise pas non plus l’utilisation qui doit en être faite. Hassan EL ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc