×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Contre la pollution : Mohammédia s'allie à ses industries

    Par L'Economiste | Edition N°:70 Le 11/03/1993 | Partager

    Les autorités de la ville de Mohammédia ont décidé de se pencher de plus près sur les problèmes de la pollution industrielle de la ville. Le coût de l'opération est estimé à près de 10,8 millions de DH. L'étude, après signature du protocole d'accord, sera pilotée par le bureau d'études belge Tractebel.

    Le protocole d'accord général pour la lutte contre la pollution industrielle à Mohammédia a été signé le 9 mars 1993.
    "Cité des fleurs et des loisirs", comme aiment à l'appeler ses habitants, Mohammédia fera ainsi l'objet d'une étude pilotée par le bureau belge Tractebel. Cette étude s'étendra sur une durée de deux ans. L'objectif principal est d'entreprendre une action complète, du diagnostic "profond" aux solutions finales.
    A l'origine de ce projet, la Préfecture, la Municipalité, en collaboration avec les industriels, dont la Samir, la SNEP, la Centrale Thermique de Mohammédia (ONE) et l'ODEP (le port de Mohammédia). Cela sans oublier le Laboratoire National d'Etude et de Surveillance de la Pollution et des Nuisances (au sous-secrétariat d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur chargé de la protection de l'environnement).
    Pour les industriels, ce projet représente un grand intérêt dans la mesure où "ils veulent tous en finir avec cette mauvaise presse dont ils font l'objet auprès du public".
    Le coût total du projet est estimé à près de 10,8 millions de DH, avec 20% du financement assurés par la ville de Mohammédia et 80% par les quatre principaux industriels et le Laboratoire National d'Etude et de Surveillance de la Pollution et des Nuisances.
    Selon le protocole d'accord, toutes ces parties constituent entre elles un groupe de suivi et de lutte contre la pollution industrielle de la ville. Leur rôle est de promouvoir des actions de protection de l'environnement de la ville, de développer la collaboration technique et scientifique dans le domaine de la lutte contre la pollution industrielle entre industriels et municipalité.

    Deux comités distincts

    Ce groupe de suivi est formé d'un comité de direction et d'un comité technique. Le premier est composé du gouverneur de la Préfecture de Mohammédia, du président du Conseil Municipal, des directeurs généraux des établissements industriels signataires du protocole et d'un représentant du Laboratoire National. Les attributions de ce comité porteront sur la définition de la politique générale à suivre afin de réaliser les objectifs assignés, l'élaboration, chaque fois qu'une action précise aura été arrêtée, d'une convention particulière permettant la réalisation de cette action.
    Les conventions particulières portent notamment sur la proposition de marchés, conventions et contrats, la conclusion des accords avec les organismes nationaux et internationaux s'occupant de la protection de l'environnement. Ces conventions concernent également la détermination des contributions de chaque unité industrielle signataire de la convention particulière pour le financement du programme d'études et de travaux découlant de ladite convention.
    Le comité technique, de son côté, est composé de la Préfecture, du Conseil Municipal, des établissements signataires du protocole, du Laboratoire National, de la Marine Marchande, de la Santé Publique et du Bureau Municipal d'Hygiène. Ce comité a pour rôle d'assister le comité de direction dans les domaines technique et administratif, élaborer les termes de conventions et contrats, de veiller à la bonne exécution de tout contrat...
    Par ailleurs, ce protocole pourra, après son entrée en vigueur, être étendu à d'autres industriels installés dans le périmètre de la Préfecture de Mohammédia. Cette extension, précise le protocole, se fera au fur et à mesure du développement des études et des nécessités du programme.

    Cinq missions: Diagnostic, banque de données...

    Dans les détails, l'étude qui s'étalera sur une durée de deux années comporte au total cinq missions.
    La première phase concernera la collecte de données relevant de l'environnement à Mohammédia, enquête générale auprès des industries et détermination des unités les plus polluantes effectivement ou potentiellement. Cette première phase servira d'une part à préparer la seconde mission, qui est le diagnostic à proprement parler, et d'autre part à mettre en place une banque de données.
    La seconde mission, le diagnostic, aura pour but l'évaluation qualitative et quantitative de la pollution (liquide, solide et gazeuse) rejetée par les dix plus grandes unités industrielles de la ville. Ce diagnostic durera douze mois.
    La troisième mission, quant à elle, concernera l'évaluation de l'impact de ces rejets industriels sur le milieu naturel de la ville et sur la population environnante.
    Pour la quatrième mission, le bureau d'études belge sera chargé de proposer un plan d'action technologique permettant de réduire la pollution industrielle et une charte "pour préserver la qualité du cadre de vie de la ville de Mohammédia".
    Ce bureau aura également pour rôle, au cours de cette phase, de s'assurer que le système de lutte antipollution industrielle a été effectivement réalisé et fonctionne dans de bonnes conditions.
    Enfin, la cinquième mission, l'objectif global, est l'adoption d'un règlement général et l'institution d'une cellule technique composée d'ingénieurs et de techniciens marocains pour le suivi et le contrôle permanents de la pollution industrielle.
    Le bureau d'études aura la charge de former ces cadres, depuis le début de l'étude, sur l'appareillage, les méthodologies d'analyse. Il s'agira d'un service municipal.

    M. O.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc