×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Construction d'une «économie sociale»

· En première ligne: Associations, coopératives et mutuelles

Par L'Economiste | Edition N°:442 Le 12/02/1999 | Partager

L'économie sociale est une nouvelle composante du Plan quinquennal 1999-2003. Elle y est traitée à travers les associations, les coopératives et les mutuelles. L'action préconisée se traduit par la réforme du cadre juridique et institutionnel.


"La participation des moyennes et petites entreprises dans le produit national est faible et ce, bien qu'elles représentent 90% du tissu productif''. C'est en ces termes que M. Ahmed Lahlimi, ministre des Affaires Générales du Gouvernement, a entamé la présentation du rapport général de la Commission de l'Economie Sociale. Les orientations et les actions du gouvernement dans le cadre du Plan quinquennal y sont énumérées.

Une première au Maroc


La planification en matière d'économie sociale est une première au Maroc. Elle s'articule autour de trois composantes: les associations, les coopératives et les mutuelles. Le plan d'action qu'elle définit porte sur la réforme du cadre institutionnel et juridique de ces institutions. L'objectif est de redynamiser les structures et le mode de fonctionnement de ces trois entités. "Les associations, les coopératives et les mutuelles sont des organismes créateurs de richesses et donc d'emplois. Il est primordial d'optimiser leur participation au développement du pays'', précise M. Lahlimi.
Au départ, le gouvernement envisage de réformer le cadre juridique qui régit ces composantes de l'économie sociale. Dans les trois cas, les textes législatifs ou réglementaires à adopter viseront à définir de manière précise "les règles du jeu''.
De même qu'ils s'attelleront à créer un climat propice pour la promotion des espaces d'initiatives tant au niveau associatif, coopératif que mutuel. La moralisation se trouve au centre de cette action. Elle se traduira, entre autres, par le renforcement des mécanismes de contrôle financier. Selon M. Driss Guerraoui, conseiller du Premier ministre et président de la Commission Nationale de l'Economie Sociale, "il s'agit d'établir la transparence par la mise en place d'un système de contrôle, de suivi, d'évaluation et éventuellement de sanction''.

Il y a plusieurs scénarios pour mettre en place un contrôle fiable, souligne M. Guerraoui. Il s'agit notamment de s'inspirer de la loi sur le microcrédit, en mettant en place une instance nationale qui contrôlera les utilisations des fonds.
Sur le plan institutionnel, le rapport de la Commission de l'Economie Sociale table sur la redynamisation des instances déjà existantes, mais qui se sont montrées inéfficientes (Conseil Supérieur de Mutualisation, Fédération et Bureaux Nationaux...).
En revanche, la nouveauté réside dans la création d'un organisme national autonome pour le développement de l'économie sociale. Sa composition tiendra compte de la représentativité des différents acteurs de l'économie sociale (autorités publiques, association, coopératives et mutuelles).

S'appuyer sur l'existant


Cet organisme sera l'interlocuteur principal des acteurs de l'économie sociale. Il aura pour mission de coordonner le travail associatif et faire office d'observatoire des associations. 1% du budget de l'Etat lui sera affecté. Objectif: promouvoir le partenariat entre l'Etat et les associations tout en les dotant des moyens nécessaires pour mener à bien leurs actions.

Khalid TRITKI







  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc