×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:1938 Le 14/01/2005 | Partager

Editorial: Mon appartement, ma bergerie

A une semaine de l’Aïd Al Adha, les préparatifs vont bon train. C’est la frénésie des achats de tout ce qui est indispensable pour la fête. Faute d’espace pour une grande partie des logements des Marocains, les moutons sont parqués sur les terrasses et parfois même dans la salle de bain. L’appartement devient pour l’occasion une véritable bergerie. Comme tous les ans, les consommateurs sont obligés de subir les affres de l’incompatibilité entre ce rite et les modèles de logement qu’ils occupent. En effet, juste après le sacrifice, le dépouillement et la consommation de “boulfaf”, les canalisations se trouvent bouchées et les rues jonchées de déchets. Déchets que les municipalités ont du mal à faire évacuer. En tant que ONG, nous estimons que maîtres d’ouvrages ou architectes, municipalités ou agences urbaines devraient adapter la conception des complexes résidentiels ou sociaux aux coutumes et non l’inverse.Avant de lancer un projet de construction, les autorités compétentes devraient imposer dans tout complexe résidentiel ou social, la conception d’un espace multifonction servant de lieu de garde des ovins, annexé d’un local d’abattage et d’un système de récupération des déchets. Avoir la volonté de mettre à la disposition du Marocain un logement décent est louable. Mais le faire dans le respect de son mode de vie et de ses particularités devrait être pris en considération.Dr Bouazza KHERRATI Président de l’[email protected]


Eco-Info

. Le circuit des viandes rouges AU niveau du circuit de la viande rouge, les abattoirs jouent un rôle capital dans le ravitaillement, considéré comme le maillon le plus important. Il assure aux consommateurs un approvisionnement en viandes saines et aptes du point de vue santé publique.Les principaux intervenants dans ce circuit sont:- L’éleveur: c’est le pourvoyeur des viandes. Pendant longtemps, le producteur a été isolé, traitant individuellement avec les acheteurs de ses productions, le secteur approvisionnement de l’élevage étant très limité. Cette situation a entraîné un déséquilibre, les acheteurs imposant leur prix aux agriculteurs qui subissaient les aléas du marché.- L’intermédiaire: c’est un spéculateur qui échappe au fisc, mettant à son profit le peu de transparence du marché. Il s’appelle “Chanak” pour le commerce des ovins et “Sbaibi” pour celui des bovins. Pendant la période des ventes des ovins pour l’Aïd, les “Chanak” présentent un dangereux facteur multiplicateur des prix au détriment de l’éleveur et du consommateur. Il est temps pour que cette profession soit réglementée et fiscalisée.- Le chevillard: il a plusieurs fonctions (collecte des animaux, procède à l’abattage et vend les viandes en gros…).- Le boucher: c’est le détaillant des viandes.Les autres intervenants sont les marchands de peaux et de cuir et les boyaudiers.❏Pr. Mohamed El YACHIOUI [email protected]. Alerte au kyste hydatique NOTRE association lance un appel urgent pour la mise en place d’un programme national d’éradication du kyste hydatique ou hydatidose. Il s’agit d’une échinococcose hydatique qui affecte l’homme. Elle est due à la présence et au développement dans l’organisme de larves du Cestode Echinococcus granulosus (une sorte de parasite), dont les formes adultes vivent chez presque exclusivement le genre canin. De ce fait, le chien est l’origine immédiate de l’hydatidose. Etant donné que le chien domestique est l’hôte définitif habituel de ce parasite, la maladie est devenue la plus répandue chez les hôtes intermédiaires (bovins, ovins et caprins) pour finir par s’héberger chez l’homme et devenir dangereux pour lui. En effet, une fois dans l’organisme, il peut provoquer des attaques du foie.Les mesures de protection, permettant d’éviter l’infestation, peuvent être basées sur un programme de sensibilisation massive de la population afin d’éviter toute atteinte. Car le traitement est uniquement chirurgical.Il faut donc:- Sensibiliser les consommateurs aux règles de l’hygiène corporelle,- Incinérer les kystes hydatiques trouvés dans ou sur les organes des ovins et bovins,- Eviter la promiscuité avec les chiens et ne pas les admettre dans les cuisines.❏Dr. Bouazza KHERRATIAMPOC-Ké[email protected]


Conseils: Comment préparer le mouton

A FIN d’obtenir une bonne viande à consommer ou à conserver, certaines précautions doivent être prises:- Laisser le mouton à jeun toute la nuit en lui offrant une eau propre (diète hydrique).- Choisir un boucher professionnel et propre.- Laver l’aire d’abattage à grande eau.- Laver le lieu d’égorgement.- Demander au boucher de laver son matériel et ses mains - Interdire au boucher de souffler dans la peau pour son enlèvement. Car la probabilité de transmission de maladies contagieuses sur les viandes (particulièrement la tuberculose) est très élevée. La peau est retournée et gardée en un endroit éloigné de la carcasse.- Une fois la peau enlevée, les viscères sont détachés avec précaution et mises dans une bassine préparée à leur réception et en aucun cas, être abandonnées sur le sol de l’aire d’abattage. Les estomacs et les intestins doivent être lavés à l’eau courante. Leur contenu est recueilli et mis dans un sac en plastique qu’il faut bien fermer et mettre dans la poubelle. - Le foie, la rate, les poumons et le cœur doivent être détachés de la carcasse et suspendus à un crochet ou déposés dans une grande assiette propre jusqu’au moment de son contrôle.- La carcasse doit être suspendue dans un endroit couvert. Elle ne doit présenter aucune différence par rapport à une carcasse normale.- Le foie ne doit pas contenir d’abcès, ni de kystes- Le poumon doit avoir une couleur rose, être lisse et brillant. Toutes modifications ou suspicions devraient attirer votre attention. En cas de doute, appelez les vétérinaires mobilisés pour vous conseiller (voir liste des vétérinaires de l’Ampoc) ❏Pr. Mohammed OUHSSINEAMPOC-Ké[email protected]


Allo véto

LES docteurs vétérinaires se sont mobilisés volontairement pour être à l’écoute du consommateur avant, pendant et après la fête de l’Aïd El Adha.Ils mettent ainsi à la disposition des consommateurs leurs coordonnées pour tout renseignement sur les modalités d’acquisition, de préparation et de stockage du mouton du sacrifice. - Dr Bouazza Kherrati (Kénitra) : 061376301- Dr Mohammed Zaroual (Kénitra): 062188775- Dr Abdelhak BenYahia (Kénitra): 067426610- Dr Mehdi Ben Haddi (Kénitra/Salé): 067540602- Dr Jaouad Berrada (Fes): 066182848- Dr Chami (Agadir): 061346032- Dr Aziz Daraam (Casablanca): 061166435- Dr Lahsen Rghioui (Khemisset):071607490- Dr Abdejlil Lamsougar (Salé): 061395152- Dr Larbi Tahiri (Kénitra): 061207825- Dr Raouf BenYahia (Kénitra/Sidi Slimane): 065297398- Dr Adnane Hilmi (Rabat): 064422907- Dr Abdelwahed Hindy (Tétouan): 061583610

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc