×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:1768 Le 14/05/2004 | Partager

Editorial: Informel

LE secteur informel constitue 15% de l’offre nationale et représente 17% du PIB. Il participe à hauteur de 20% dans l’emploi total au Maroc à travers des activités à caractère indépendant. Un véritable échange économique existe entre les deux secteurs. Aujourd’hui, nous ne pouvons donc pas adopter une position négative face à l’informel, puisqu’il s’agit d’un secteur qui a son importance dans le tissu économique. Il est nécessaire de l’amener vers le secteur formel et de l’intégrer dans le système de la comptabilité et des cotisations sociales. Mais comment procéder? Une idée pourrait être explorée, celle d’adopter un régime fiscal spécifique et préférentiel d’encouragement de l’intégration de ce secteur et une mise en oeuvre d’une action dans le cadre de l’économie sociale.M.BENKADDOUR Président de la CAC [email protected]


Actualités: Les défis de la recherche scientifique

FACE à une assistance financière qui ne cesse de s’amenuiser et afin de capitaliser sur l’avantage comparatif des différents groupes de recherche, le Laboratoire de biotechnologie microbienne de Kénitra cherche de plus en plus à établir des partenariats avec des institutions qui, traditionnellement, ne s’engageaient pas dans ces domaines. Les institutions de recherche avancée des pays développés ont contribué effectivement à la sécurité alimentaire, à la diminution de la pauvreté, et au développement durable.Les défis auxquels font actuellement face les actions du Laboratoire sont: les défis substantiels de la recherche et les défis du processus de la recherche.Ainsi, les défis substantiels de la recherche concernent:- la prise en compte des problèmes d’accès, de production et de nutrition pour une sécurité alimentaire durable;- la prise en compte du problème de la sécurité alimentaire des ménages dans le contexte des stratégies des systèmes alimentaires et en matière de conditions de vie;- l’adaptation aux changements démographiques, surtout l’urbanisation rapide;- la prise en compte du problème de la sécurité alimentaire sous l’angle de la libéralisation du commerce, la décentralisation, la diversification et le droit de propriété; - la prise en considération des aspects liés à la nutrition dans la recherche alimentaire et agricole.Les défis du processus de la recherche visent:- l’application des approches de recherche participative orientées sur la demande et centrées sur la personne;-l’amélioration des liens entre la recherche et l’élaboration des politiques concernant la sécurité alimentaire durable;- la modification des rapports entre recherche, éducation et vulgarisation;- le développement des partenariats de recherche avec le secteur privé;- la recherche de mécanismes permettant d’améliorer les ressources humaines et financières au profit de programmes de recherche plus efficaces;- la décentralisation de la recherche et le rapprochement des plus petites unités de recherche des producteurs;- la planification de la recherche et l’établissement de priorités.M. OUHSSINEAMPOC-Ké[email protected]


Conseils: Une responsabilité du gouvernement

Compte tenu de l’importance du secteur informel, le gouvernement se doit de définir ses priorités et ses objectifs et présenter un plan d’action pour les années à venir. Sa stratégie devra prendre en considération les droits de tous les agents économiques, la sécurité de la population, la protection des consommateurs, et les revenus de l’Etat parmi d’autres facteurs. Et ce, dans son effort de ramener le secteur informel vers le formel. De plus, en fonction des circonstances, l’action devrait être:- Restrictive lorsque les activités informelles constituent une menace à la sécurité, la paix et le bien-être de la population, à l’environnement, aux droits des enfants, etc.2-Punitive quand il s’agit du commerce des produits volés, de contrebande ou de contrefaçon.Parallèlement, il est judicieux de déterminer un certain nombre de règles touchant aux activités informelles, au développement urbain, aux conditions de travail, etc., mais surtout de les appliquer. Pourquoi ne pas créer une institution ou un organe (au Burkina Fasso, un ministère spécialement dédié au secteur informel est en cours de création) dans le but d’éliminer les préjudices encourus par les opérateurs formels, encourager l’esprit d’entreprise tout en sanctionnant les activités illicites et criminelles, le gouvernement pourra certainement compter sur la participation active de la société civile représentée entre autres par les associations de protection du consommateur.M. OUHSSINEAMPOC-Ké[email protected]


Eco-Info

Un effort pour les femmes diplôméesinteraction entre l’offre et la demande d’emplois dévoile le déséquilibre sur le marché du travail. Le chômage atteint en priorité le milieu urbain et sévit beaucoup parmi les femmes, les jeunes et les diplômés. Le secteur informel trouve sa raison d’être.Par ailleurs, la structure de l’économie se caractérise par la coexistence de trois secteurs: le secteur public, le secteur privé formel, composés de petites et moyennes entreprises et enfin le secteur informel, complémentaire du précédent, et particulièrement important puisqu’il procure un emploi ou des ressources complémentaires à une couche significative de la population (1,4 million de personnes, soit près du quart de la population active).Au niveau national, le taux de chômage reste élevé. En milieu urbain, il est quatre fois plus important que celui enregistré dans les campagnes. De même, le taux de chômage est plus accentué chez les personnes ayant un diplôme. Différenciés par sexe, les taux de chômage ne présentent des différences notables que lorsqu’on ventile ces derniers par le diplôme. En effet, en moyenne 39% des femmes actives ayant un diplôme supérieur sont en chômage, contre 23% chez les hommes. Pourcentages qui s’élèvent respectivement à 13,1 et 13% à l’échelle nationale. Il en ressort que les femmes diplômées trouvent beaucoup de difficultés à s’insérer dans la vie professionnelle. Face à ces données, un effort devrait être déployé afin d’encourager le recrutement des femmes dans les différents secteurs. Y. [email protected]

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc