×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Consommation

    Par L'Economiste | Edition N°:3420 Le 09/12/2010 | Partager

    Editorial
    Sous le choc
    LA déferlante des pluies et les lâchées du barrage Al Wahda de la semaine dernière ont provoqué un véritable choc pour la région du Gharb. Encore une fois, des centaines d’hectares se sont retrouvées sous l’eau. A Mograne (commune frappée pour la troisième année consécutive par les inondations), les habitants scrutent sans arrêt le ciel et passent la nuit éveillés de peur de revivre un autre cauchemar. Le bilan des dernières intempéries est très lourd: accidents mortels, routes et chaussées complètement défoncées, de nombreux logements de Casablanca en particulier envahis par les eaux,...Plusieurs habitants de la capitale économique ont quitté leur demeure pour être logés provisoirement dans des établissements publics. Tous les ans, c’est la même chose. Décidément, on ne retient pas les leçons de ce qui nous arrive depuis un certain temps. Au cours des 100 prochaines années, prédisent les experts, les inondations risquent de devenir de plus en plus fréquentes ou plus intenses dans de nombreux endroits. Livrée à elle-même, la population ne cache pas sa colère et pointe du doigt les autorités. Aujourd’hui, une grande partie des infrastructures actuelles ne répond pas aux normes de sécurité internationale. Il faut retravailler les canalisations pour les rendre plus efficaces; il faut construire des digues pour parer aux crues, il faut lancer à haut niveau des séances de travail se fixant comme seul objectif de trouver les moyens de réaliser l’assainissement de nos villes et de nos terres inondables. Le plan Maroc Vert doit s’opérer réellement dans la région du Gharb sinon l’investissement ne pourra pas et ne suivra pas.Mohammed OUHSSINESecrétaire général de la FNAC-MarocPrésident de l’APCE-Ké[email protected]

    Actualité
    Déchets ménagers: Un centre de tri et de recyclage à Kénitra
    C’EST une avancée non négligeable pour la ville de Kénitra. Ainsi, dans le cadre du programme d’aide des villes et communes, un appel à projets a été lancé par l’organisme allemand GTZ. Ce programme vise à faire bénéficier les communes d’un soutien technique et financier sur la base de la présentation d’un projet clair et soutenable. A ce niveau, c’est celui de la commune urbaine de Kénitra qui a été retenu par le comité de sélection des projets (composé des représentants de l’organisme allemand et de cadres des services centraux). Il concerne la création d’un centre de tri, de transfert et de recyclage des déchets ménagers. Pour cela, une table ronde a été organisée vendredi 3 décembre avec les représentants de la GTZ, ceux des organismes publics et de la société civile à travers l’Association de protection du consommateur et de l’environnement de Kénitra (APCE-Kénitra) et l’association marocaine des déchets solides (Amades). L’objectif a été de mesurer l’implication réelle des organismes cités dans le projet, de définir les grands axes et enfin de relever les attentes de l’ensemble des intervenants auprès de la GTZ. Au cours de cette rencontre, différents points ont été soulevés dont les retombées du projet sur la ville, la création d’emplois et le respect de l’environnement. Les intervenants ont également discuté de l’étude de faisabilité, de l’étude d’impact, de l’implication des associations à apporter leur expertise dans le domaine des actions de proximité afin de faire participer toute la population à cette initiative aussi importante. L’école n’a pas été omise. Les intervenants ont estimé que les enfants doivent aussi être impliqués comme acteurs actifs car considérés comme meilleur vecteur de l’information à la maison.Abdelhak DRIOUICHFNAC-MarocAPCE-Ké[email protected]

    Eco-Info
    Changer de banque, comment faire?
    POUR une raison ou pour une autre, vous désirez changer de banque. Pour cela, il faut accomplir des formalités et des démarches administratives précises. L’envoi d’un courrier en recommandé avec accusé de réception est nécessaire dans le cadre d’une résiliation de compte. L’intérêt étant de fixer la date de délai de préavis variable d’une banque à l’autre.A ce moment, la banque vous demande de rembourser le crédit et vous donne la main levée. Si vous êtes débiteurs, vous réglez votre situation. Le troisième cas est celui de retirer votre argent si vous n’avez pas de problème avec votre banque. A ce niveau, il est utile de rappeler le service lancé il y a un an en France, celui de l’aide à la mobilité bancaire. Ce service permet notamment la prise en charge à la place du client du transfert de toutes ses opérations de prélèvements et de virements. La nouvelle banque effectue les formalités administratives à la place du client pour que ses prélèvements et virements réguliers reçus se présentent sur le nouveau compte. Dès fourniture des informations nécessaires par le client, la banque communique dans un délai de 5 jours ouvrés aux créanciers ou débiteurs les demandes de changement de domiciliation bancaire. La nouvelle banque met en place les virements permanents que le client souhaiterait émettre depuis son compte de dépôt dans un délai de 5 jours ouvrés. Si le client le souhaite, l’ancienne banque ferme son compte dans un délai de 10 jours ouvrés. Si des chèques sont présentés sur ce compte clos, la banque s’efforcera de prévenir son ancien client pour lui permettre de régulariser sa situation.Fatima LACHGARFNAC-MarocAPCE-Ké[email protected]

    Conseil
    Fruits et légumes: Attention aux pesticides!
    MANGER des fruits et légumes, c’est bon pour la santé mais attention aux pesticides qu’ils peuvent contenir. Les pesticides sont des produits chimiques utilisés dans l’agriculture intensive. Pour lutter contre l’action des insectes, la plante absorbe les pesticides et les concentre dans la peau des fruits et légumes. Aussi, consommer des fruits et légumes contenant des résidus de pesticides chaque jour pendant un certain temps est un grand danger. La meilleure solution est de manger bio, c’est-à-dire des produits n’ayant pas subi des traitements aux pesticides. Mais il faut le reconnaître, nous ne pouvons pas manger tous les jours bio parce que cela coûte encore assez cher. Reste qu’il existe des moyens pour éliminer les résidus des pesticides.Pour cela, des gestes simples au moment de la préparation des repas s’imposent. Ainsi, il faut rincer les fruits et légumes pour réduire les pesticides mais le rinçage n’élimine pas tout. Mieux vaut peler les fruits et légumes parce que cela permet de diminuer par 10 la quantité de pesticides ingérée. Pour ceux qui ne pellent pas les produits, plongez deux fois de suite dans l’eau courante. Pour les choux et les salades, enlevez les feuilles externes et le trognons. Et n’oubliez pas la cuisson à la vapeur préférable à la cuisson à l’eau.Mohammed OUHSSINESecrétaire général de la FNAC-MarocPrésident de l’APCE-Ké[email protected]
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc