×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:3129 Le 15/10/2009 | Partager

Editorial
Grenadine bio
LE Maroc est un pays à vocation agricole. Le secteur représente entre 12 et 20% du PIB marocain et 25 à 30% des exportations. Reste que les importations constituent une part non négligeable de l’offre (surtout dans la famille des fruits). C’est d’ailleurs ce qui est ressorti d’une enquête réalisée par les membres de la Fédération nationale des associations des consommateurs Maroc (FNAC-Maroc) sur les fruits et légumes. Une enquête qui a porté sur une centaine de prix et qui a permis de mesurer la part des importations dans l’offre de fruits et légumes. Ainsi, 28,5% des bananes et 75% de fruits secs proposés sur les étals proviennent de chez nos voisins. L’oignon et les carottes sont presque les seuls produits pour lesquels nous n’avons pratiquement pas relevé d’importations, la production marocaine ayant été particulièrement abondante en 2009. Pour les tomates, le surcoût lié au manque de formation continue, à l’absence d’accompagnement, à la mise à jour des maladies touchant les produits de base notamment ont été à l’origine du maintien du prix élevé dépassant les 100% de son niveau normal. Un comparatif entre les circuits de commercialisation montre que les souks hebdomadaires proposent des prix de 10 à 30% moins chers que les grandes surfaces. Les marchés contrôlés et ceux parsemés au centre des quartiers paraissent quant à eux légèrement plus chers que les souks de 10 à 15%. Derrière les moyennes se cachent d’importants écarts de prix assez importants. Quant à l’offre de produits «bio», les étales de la région du Gharb par exemple semblent y être hostiles. Nous n’avons pas pu relever des éléments sur lesquels pourrait s’effectuer le calcul du pourcentage de fruits et légumes «bio» sur les étales. Les écarts de prix sont très importants, mais sur quelle base? Nos relevés ont montré que le seul produit «bio» du mois de septembre est la grenadine (enquête effectuée sur la région du Gharb). Mohammed OUHSSINEAPCE-Ké[email protected]

Actualité
Une nouvelle association de consommateurs à Erfoud
Erfoud, ville des dattes par excellence, vient de rejoindre le mouvement consumériste. Il s’agit ainsi de l’association de protection du consommateur et de l’environnement Ziris, présidée par Tahar Ben Messaoud. Sa mission, la défense des consommateurs dont les droits fondamentaux peuvent être lésés par les lois du marché. Autre objectif, favoriser l’émergence des filières de production plus respectueuses de l’homme et de l’environnement. L’ONG s’est engagée à développer une éthique de la consommation basée sur les commerces éthique et équitable. Dans son cahier des charges figurent l’information, le conseil et l’aide juridique. Pour les promoteurs de l’association, former les hommes et les informer, c’est leur apprendre de nouveaux comportements au quotidien (savoir choisir, utiliser, critiquer, savoir se défendre et revendiquer), c’est leur permettre d’acquérir ce que l’on peut appeler leur citoyenneté économique.Boualem [email protected]

Eco-Info
Industrie alimentaire: Nouvelles normes pour l’installation du matériel (3e partie)
LE comité technique de normalisation de l’installation et du matériel pour l’industrie alimentaire s’est réuni au siège du département de la direction de la production industrielle, pour discuter et examiner 35 projets de normes dont la dernière série est la suivante:- PNM 08.9.032: Machines pour pâtes alimentaires. Étendeuses, dégarnisseuses-découpeuses, convoyeurs de retour des cannes et accumulateurs de cannes. Prescriptions relatives à la sécurité et à l’hygiène.- PNM 08.9.033: Machines pour les produits alimentaires. Fonceuses à tartes. Prescriptions relatives à la sécurité et à l’hygiène.- PNM 08.9.034: Machines pour les produits alimentaires. Refroidisseurs de lait en vrac à la ferme. Prescriptions pour la construction, les performances, l’aptitude à l’emploi, la sécurité et l’hygiène.- PNM 08.9.035: Machines pour les produits alimentaires. Notions fondamentales. Prescriptions relatives à l’hygiène.- PNM 08.9.036: Machines pour les produits alimentaires. Fours à chariot rotatif. Prescriptions relatives à la sécurité et l’hygiène.- PNM 08.9.037: Machines pour les produits alimentaires. Laminoirs à pâte. Prescriptions relatives à la sécurité et l’hygiène.- PNM 08.9.038: Machines pour les produits alimentaires. Coupe-légumes. Prescriptions relatives à la sécurité et l’hygiène.- PNM 08.9.039: Machines pour les produits alimentaires. Trancheurs. Prescriptions relatives à la sécurité et l’hygiène.- PNM 08.9.040: Machines pour les produits alimentaires. Pétrins. Prescriptions relatives à la sécurité et l’hygiène.- PNM 08.9.041: Machines pour les produits alimentaires. Batteurs-mélangeurs. Prescriptions relatives à la sécurité et l’hygiène.Après examen des projets de normes précités, le comité a décidé de soumettre les projets de normes à l’enquête publique de 3 mois avant leur homologation au sein du Conseil supérieur interministériel de la qualité et de la productivité. Mohamed Saghir DIBIAEPC-El [email protected]

Conseil
Acheter chez le producteur
Bienvenue à la ferme! Acheter directement auprès du producteur correspond naturellement à consommer des fruits et légumes frais. Aujourd’hui, les solutions sont multiples pour privilégier les productions de proximité. Préférer les fruits et légumes de saison et choisir des productions de sa région permet d’acheter des produits mûrs et récemment récoltés. Dans les pays de l’autre rive de la Méditerranée comme la France par exemple, l’approvisionnement chez le producteur peut se faire directement dans des magasins installés dans les fermes. Certains producteurs proposent même une cueillette sur place. Il existe également des marchés fermiers où les producteurs se déplacent pour vendre leurs propres récoltes et leurs produits de saison. Certaines grandes surfaces proposent dans des rayons des guides des produits achetés des exploitants agricoles. Une tendance qui pourrait être développée chez nous. D’ailleurs, il faut savoir que plus de 150 points de vente se tiennent régulièrement dans tout le Gharb. Alors, être attentif à son alimentation et se sentir plus proche de ses agriculteurs c’est mieux «maîtriser son assiette» avec des produits de qualité et à moindre coût. Mohamed MODAR APCE-Sidi [email protected]
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc