×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Société

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:2883 Le 17/10/2008 | Partager

. Editorial : RéformeLE dossier de l’éducation et de la formation constitue l’un des grands paris pour le développement de notre pays. Il est désormais une cause entendue et suscite un important engouement. Le grand chantier de la réforme qui s’attache à reconstruire l’édifice n’est certes pas simple, il faut le reconnaître. Le travail de diagnostic, à travers le premier rapport annuel du Conseil supérieur de l’enseignement, est une manière de lever le voile sur la crise et de tenter d’en cerner les contours. Dans son rapport 2008, le Conseil supérieur a arrêté les grands thèmes prioritaires: obligation de former des élèves jusqu’à l’âge de 15 ans, promouvoir les initiatives et l’excellence dans les établissements secondaires et les universités, confronter des problèmes horizontaux de la réforme d’éducation et de la formation, et mettre à la disposition de la réforme tous les moyens possibles pour garantir sa réussite.Un plan d’urgence a aussi été concocté par le ministère de l’Enseignement (cf. www.leconomiste.com). Les objectifs sont précis et portent sur la période 2009-2012. Ainsi, le programme appelé Najah prévoit une série de mesures pour remédier aux problématiques de l’enseignement. Parmi ces mesures, l’obligation de la scolarité jusqu’à 15 ans et le renforcement du préscolaire public et des écoles communautaires dans le rural, stimuler l’initiative et l’excellence au lycée et à l’université. Des aides à la scolarité sont également prévues pour les plus démunis. Tout cela augure d’une réflexion et d’un engagement de taille que la Fédération nationale des associations des consommateurs du Maroc attend, en espérant voir à l’horizon 2012 des résultats concrets. Il est urgent que les générations qui montent soient préparées aux défis de demain. Désormais, le développement d’un pays repose aussi et surtout sur ce qui est aujourd’hui appelé «le capital humain».Mohammed OUHSSINEAPCE-Ké[email protected]


Actualité

. Enseignement: La nouvelle stratégie de l’Académie de Kénitra LES constats sur l’enseignement dans notre pays sont établis. Une réforme, des plans d’urgence sont lancés. C’est donc très rapidement qu’ils doivent être traduits à l’intérieur des classes. De la maternelle au doctorat, la recherche de la qualité et de la performance est un parcours de fond. C’est d’ailleurs pour parler de tout cela que l’Académie régionale de l’Education et de la Formation du Gharb Chrarda Bni Hssen a organisé la semaine dernière une rencontre avec la presse. Selon son directeur, l’Académie a dépensé près de 207 millions de DH pour les travaux de construction, de réforme, des études et d’équipements et près de 100 millions de DH dans l’accompagnement social. Pour ce qui est de la formation continue, le directeur précise qu’elle sera programmée pour les années à venir.L’effectif des élèves en classe pose actuellement un sérieux problème dans la région. La gestion en amont est, selon le directeur de l’Académie, une solution à moyen terme. L’échec scolaire a aussi était un des points à l’ordre du jour de la rencontre. Celui-ci englobe l’arrêt scolaire, l’abandon à la rentrée des classes, le changement des niveaux sans maîtrise des acquis, le non-accomplissement du programme de l’année. Pour réduire le niveau d’échec dans les établissements qui lui sont associés, l’Académie a prévu notamment de mieux gérer l’emploi du temps, d’assurer la sécurité au niveau des établissements scolaires, d’encourager l’initiative du transport scolaire, de développer le rôle de l’étudiant et d’assurer l’accompagnement social.Abdelhak DRIOUICHAPCE-Ké[email protected]


Eco-Info

. Les enfants, une cible de choix des publicitésEN France, un enfant sur 4, entre 8 et 12 ans, possède son propre téléviseur. Un enfant entre 4 et 10 ans consacre 2 h 18 min par jour à la consommation de télévision pour 30.000 spots publicitaires vus par les enfants par an aux Etats-Unis, selon l’association Consumers Union. En France, 10% des programmes regardés par les enfants de 4 à 10 ans sont des publicités contre 7% pour les adultes. Qu’en est-il pour l’enfant marocain?Un certain nombre d’études sur la publicité et les enfants mettent l’accent sur le caractère trompeur de la publicité, les enfants ne savent pas faire la différence entre les messages publicitaires et les autres programmes télévisuels et ne sont pas en mesure de comprendre leur finalité commerciale avant 7-8 ans ou même 11 ans. C’est notamment ce que Erling Bjürstrom, professeur suédois en communication, révèle et dont les travaux ont servi à élaborer la loi suédoise sur la réglementation de la publicité visant à protéger les enfants. L’impact de la publicité sur la santé des enfants fait l’objet du plus grand nombre d’études internationales regroupant des scientifiques attachés à la question de l’obésité infantile. Selon l’Agence française de sécurité alimentaire, l’exposition à la publicité télévisée a un impact direct majeur sur l’équilibre alimentaire des enfants. D’une part, le temps passé devant la télévision contribue à sédentariser l’enfant. D’autre part, la proportion de spots alimentaires destinés aux enfants est de 62% en moyenne le mercredi. Pour les adultes, seuls 42% des pubs sont alimentaires. La moitié de ces publicités concernent des produits à haute valeur calorifique.Ouadi MADIHAEPC-El [email protected]


Conseil

. Comment échapper à une contamination microbiennePOUR faire barrière aux maladies microbiennes, il faut juste adopter quelques gestes simples. Différents conseils vous seront prodigués dans cette rubrique. Aujourd’hui, nous allons commencer par la notion des mains propres.- Quand se laver les mains: Avant de manger. Avant, pendant et après la manipulation ou la préparation d’aliments. Après avoir touché du sang ou des liquides organiques (vomissures, sécrétions nasales, salive). Après avoir changé une couche. Après avoir été aux toilettes. Après avoir touché des animaux ou des jouets, accessoires ou excréments d’animaux. Après avoir touché quelque chose qui pourrait être contaminée (poubelle, torchon, renvoi de lavabo, terre). Avant de panser une plaie, d’administrer un médicament ou de mettre des verres de contact. Plus souvent quand il y a un malade à la maison.- Comment se laver les mains: Se mouiller les mains et appliquer du savon (liquide, en barre ou en poudre), se frotter vigoureusement les mains pour faire mousser le savon et les nettoyer sur toute leur surface et continuer pendant 20 secondes! C’est le temps qu’il faut au savon pour déloger et ôter les microbes tenaces. Pour minuter l’opération, chanter «Joyeux anniversaire» en entier dans votre tête, deux fois. Bien rincer les mains sous l’eau du robinet et les sécher avec une serviette en papier ou sous un sèche-mains. Si possible, utiliser la serviette en papier pour fermer le robinet. L’une des meilleures façons d’éviter de tomber malade et de propager des maladies est d’avoir toujours les mains propres. Mohamed MODARAPCE-Sidi [email protected]

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc