×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Société

    Consommation

    Par L'Economiste | Edition N°:2869 Le 26/09/2008 | Partager

    . Editorial : TomateC’EST la vedette incontestée du mois de Ramadan. En effet, la consommation de tomate connaît des envolées. Et souvent son prix au kilo suit cette tendance haussière, variant entre 3,5 et 5 DH, voire plus dans certains marchés. Rappelons que ce produit a connu des flambées de prix historiques ces dernières années (jusqu’à 15 DH le kilo). Ce produit affiche un électrocardiogramme en dents de scie et enregistre des résultats commerciaux très fluctuants d’une année à l’autre.Aussi, pour pouvoir se rendre compte de la réalité des prix sur le terrain, des membres de l’association de protection du consommateur et de l’environnement de Kénitra se sont rendus sur des champs de culture de tomate. Ces derniers se trouvant à quelque vingtaine de kilomètres de la ville. Les membres de l’Association ont ainsi découvert que le prix chez le fellah est de 0,55 DH. Il faut juste parcourir 25 km pour que le prix soit multiplié par 8. Sur les marchés, les variétés les plus répandues sont la tomate longue et la ronde. Elles sont considérées comme les légumes les plus populaires. Elles sont appréciées par tous les Marocains dont la consommation moyenne est de 12 kg par personne et par an contre 10 kg par habitant et par an à l’échelle internationale. L’offre se compose surtout de produits cultivés localement.La qualité des tomates est-elle meilleure pendant leur haute saison? Le point de vente a-t-il son importance? Et comment évoluent les prix au cours de l’année? Pour y répondre, nous avons mené une enquête approfondie à chaque saison. Nous vous donnons aussi une série de conseils pour mieux acheter et mieux conserver les tomates dans les meilleures conditions.Mohammed OUHSSINEAPCE-Ké[email protected]


    Actualité

    . Pesticides, traitement des cultures: Encore trop d’ignoranceNOS agriculteurs maîtrisent-ils tous les techniques culturales? Connaissent-ils le moment propice des apports des engrais? Quand et comment traiter les tomates contre les maladies? Pour pouvoir répondre à ces interrogations, une visite a été effectuée par des membres de la Fédération nationale des associations des consommateurs du Maroc (FNAC-Maroc) chez plusieurs petits agriculteurs. Premier constat qui se dégage des différents entretiens, l’ignorance de l’agriculteur par rapport aux nouvelles technologies. S’ajoute l’absence d’accompagnement par des techniciens et des ingénieurs formés. De plus, une grande majorité d’agriculteurs interrogés se limite aux pratiques des méthodes ancestrales et archaïques. Des données relevées sur le terrain et qui rejoignent celles du dernier recensement général de l’agriculture selon lesquelles, les exploitants analphabètes représentent 81% et exploitent 76% de la surface agricole utile (SAU). Par contre, seuls 9,6% des exploitants ont un niveau d’instruction qui dépasse le primaire et ne détiennent que 13,4% de la SAU.Autre constat, l’ignorance ou le manque de qualification en matière de traitement des maladies. Dans ce domaine, les produits chimiques utilisés pour protéger la culture contre les insectes, les champignons et les mauvaises herbes peuvent avoir des effets nocifs sur la santé du consommateur s’ils sont manipulés sans respect du mode d’emploi. Rappelons que le Maroc exporte pendant l’hiver de très grandes quantités de tomates, que la directive européenne fixe la quantité maximale de résidus pouvant se trouver dans les fruits et légumes. L’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) effectue des contrôles pour s’assurer que les agriculteurs ne dépassent pas les niveaux autorisés.Mohammed [email protected]


    Eco-Info

    . Valeurs nutritives de la tomateLA tomate n’est pas un fruit. Elle est classée parmi les légumes. Par contre, les nutritionnistes la considèrent bel et bien comme un fruit. Cela grâce à sa vertu nutritionnelle et même à sa contribution positive à la santé. Ainsi, la tomate est riche en caroténoïdes (chaque molécule de caroténoïde donne deux vitamines A dans notre organisme). Elle contient aussi de l’arabinogalactane. Ce dernier est un polymère contribuant à l’amélioration de la digestion, facilite le transit et développe le système immunitaire. La tomate est également riche en filaments de lycopène. Il s’agit d’un pigment naturel qui donne à la tomate sa couleur rouge. Cet antioxydant neutralise l’effet des radicaux libres. En conséquence, ce pigment peut nous protéger contre certaines formes de cancer et de maladies cardio-vasculaires. L’organisme assimile le lycopène de façon naturelle. Mais l’assimilation est amplifiée lorsque la tomate est cuite, réduite en sauce, ou lorsqu’elle est servie avec de la matière grasse végétale (comme l’huile d’olive).Driss ROUGUIAPCE-Ké[email protected]


    Conseil

    . Couleur, queue, fermeté,… faites votre choixSELON les experts, le choix de la tomate se fait sur la base des critères suivants:- Queue: La queue de la tomate doit être d’un vert bien vif et pas jaune. Elle a meilleure allure au début et en milieu de saison. Jaune, elle peut également être le signe que la variété est mauvaise.- Moisissure: la présence de moisissures autour de la queue signifie que les tomates n’ont pas été conservées correctement. Tant que cette pellicule ne se trouve pas sur le fruit en lui-même, il n’y a aucun danger pour la consommation. On retrouve généralement ce défaut au début et en fin de saison. Et surtout sur les tomates vendues dans les marchés. - Couleur: les tomates qui n’ont pas une couleur homogène et qui présentent des endroits vert ou jaune sont dites “moirées”. - Crevasses et fissures: avec les variations de température (jour/nuit) et des quantités d’eau absorbées, les tomates peuvent légèrement enfler ou rétrécir. Et comme leur élasticité est limitée, leur peau peut se fendiller. Ce sont les tomates vendues en fin et hors saison qui présentent le moins de crevasses et fissures. Les fissures sont sans conséquence sur la qualité de la tomate, mais elles altèrent leur apparence. Les crevasses, par contre, sont néfastes. Elles apparaissent en cas d’importantes variations de températures ou durant le transport. La crevasse s’étend généralement de la queue à l’autre extrémité du fruit. - Fermeté: plus une tomate est ferme, plus elle est fraîche et plus longtemps elle peut-être conservée. En août, elles sont en moyenne le moins fermes.Boualem [email protected]


    En bref

    IL est préférable de manger des tomates douces. Si vous voulez les conserver, il faut éviter les basses températures. Pour qu’elle ne soit pas détériorée, la tomate doit être conservée à une température de 16 °C, dans un endroit humide. Les tomates se congèlent très facilement. Vous pourrez en faire des sauces. Elle ne peut pas être mangée crue. Mieux vaut congeler les tomates durant la pleine saison (août). Elles sont moins chères, mais aussi meilleures.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc