×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Société

    Consommation

    Par L'Economiste | Edition N°:2668 Le 07/12/2007 | Partager

    . Editorial: Méfiant ou sceptiqueLES Organismes génétiquement modifiés (OGM) ne laissent pas indifférents. Beaucoup d’écrits, de conférences, de documentaires ont été réalisés sur ces organismes dont on a modifié le matériel génétique par une technique nouvelle dite de «génie génétique». Et ce, pour leur conférer une caractéristique nouvelle.Ainsi, de plus en plus, la pratique du transgénique a pris le chemin non seulement des expérimentations en laboratoire, mais aussi des rayons commerciaux. Au sujet des OGM, il y a beaucoup d’affirmations mais aussi beaucoup d’interrogations, et d’indécisions juridiques… Mais pourquoi ? Doit-on en avoir peur ? Sommes-nous vraiment à l’abri? Quels avantages présentent les aliments modifiés génétiquement? En quoi sont-ils différents des aliments traditionnels? Comportent–ils des risques? La tomate est modifiée pour produire trois fois la concentration en lycopène (filament conférant à la tomate sa couleur rouge et protecteur des prostates contre les risques de cancer), le soja modifié pour résister à certains herbicides, le maïs pour résister simultanément à l’herbicide et à un insecte, le melon pour contourner le virus. La liste des organismes génétiquement modifiés est encore longue et les manœuvres génétiques sont loin d’être remises à l’ordre. Les OGM sont devenus une réalité pour le consommateur, qui parfois sans le savoir en trouve dans son assiette. Actuellement, même dans les pays développés, la question se pose sur la possibilité de consommation de la margarine, ou encore de l’huile de soja ou de maïs provenant d’un produit manipulé transgéniquement.Chez nous aussi, les préoccupations sont réelles et de plus en plus nombreuses. Aussi, demandons-nous à ce que les mécanismes de contrôle soient activés. Les structures chargées de la demande d’importation des produits alimentaires doivent établir des procédures d’étude détaillées des demandes tant sous l’angle économique que toxicologique.De même, les producteurs doivent adopter une politique de transparence à l’égard des consommateurs et leur donner accès à l’information concernant les expérimentations, les applications, les contrôles. Sinon, ils auront toutes les raisons d’être méfiants ou ceptiques. Dans tous les cas, les consommateurs ont le droit à l’information et le choix… de choisir.Mohammed [email protected]


    . Actualité: Du jben amélioré, à caractères organoleptiques remarquablesDeux types de fromage améliorés sont actuellement préparés dans le laboratoire de biotechnologie, environnement et qualité de la Faculté des Sciences de Kénitra. Le premier est le «klila», amélioré et préparé à partir de lait cru. Ce dernier est fermenté puis séparé du beurre. Le produit fini ou «lben» est traité à la chaleur (70 °C). Le coagulum formé est égoutté pour donner le «klila» frais, incubé à 37 °C pendant 48 heures et qui devient mature. Le «klila» obtenu est ajouté à un mélange (beurre pasteurisé, poudre de lait et concentré d’acide citrique naturel) qui, soumis à l’ébullition, donne le «klila»; cuit ou soumis à 50 °C il donne le «klila» fondu. Les trois produits sont examinés au point de vue physicochimie et microbiologie. Le deuxième est le Jben. Ce dernier est fabriqué en utilisant la présure de l’extrait des fleurs d’artichaut et le ferment lactique. Le jben est soumis à maturation pendant 48 heures à 37 °C. Le produit obtenu est mélangé avec le beurre pasteurisé, la poudre de lait et le concentré d’acide citrique naturel. Le mélange est soumis à ébullition pour obtenir le jben cuit ou à 50 °C pour obtenir le jben fondu. Les produits sont alors analysés comme précédemment.L’abondance moyenne des microbes utiles n’a pas dépassé 105 ufc/gramme. Les microbes pathogènes (S. aureus, Clostridium et salmonelles) et les indicateurs de la contamination fécale (coliformes totaux et coliformes fécaux) sont absents dans les deux types de fromage. Il en sort que la qualité hygiénique du «klila» cuit est meilleure que le frais grâce à l’utilisation de la cuisson. Il faut noter que les deux produits (klila fondu et Jben fondu) ont des caractéristiques organoleptiques remarquables.Mohammed [email protected]

    . Eco-Info: Consommateurs, nous pouvons vous assister en cas de litigeES associations de protection de consommateur développent actuellement leurs méthodes de travail. Et ce à travers le complément des formations continues ainsi que la mise en place des guichets conseils (cf. www.leconomiste.com). A ce niveau, il faut savoir qu’en cas de litige vous opposant à un professionnel, nous ne pouvons légalement dispenser ces services qu’à l’égard de nos adhérents. Ainsi, adhérer à l’une des associations, c’est soutenir son action, ses projets et participer aussi à votre représentation. Cette adhésion nous permettra également d’accroître notre légitimité et notre représentativité auprès des interlocuteurs publics et professionnels.De plus, nous nous engageons envers chacun de nos adhérents, à lui délivrer sous 3 à 5 semaines à compter de la réception complète de son dossier (copie uniquement), une analyse détaillée de celui-ci ainsi que la présentation de ses moyens d’actions. En fonction de cette analyse, nous pourrons alors intervenir pour son compte auprès du professionnel concerné, dans le cadre d’une médiation.Mohammed BENKADDOURPrésident de la [email protected]

    . Conseil/Téléphonie: Comment faire son choix?En téléphonie mobile, le consommateur doit avant de choisir son opérateur se poser les bonnes questions: combien d’appels? Vers quels réseaux? Des appels courts (moins d’une minute)? Des appels fréquents à ou depuis l’étranger? A ces questions peuvent s’ajouter d’autres paramètres: les tarifs proposés pour les services de base (appels vocaux et SMS) en fonction des besoins réels; les services proposés (ex. le roaming étendu ou l’accès au réseau GPRS); les tarifs de ces services (surtout les tarifs de roaming); la façon dont le temps d’appel est comptabilisé (à la minute, à la seconde, à la minute pour commencer puis à la seconde...); le service clientèle peut-il être contacté gratuitement? Quelles sont les possibilités de recharge? Quelle est la durée de validité du crédit d’appel? Dans le cas d’un abonnement, quelle est la durée minimale du contrat? Doit-on s’acquitter de frais d’activation? Le forfait est-il bien adapté? Poser la bonne question ou la poser à des experts est un moyen d’orientation efficace pour effectuer le bon choix.Abdelohab [email protected]
    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc