×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Société

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:2658 Le 23/11/2007 | Partager

Editorial: Loyauté

LE consommateur est le principal acteur de la vie économique car c’est pour lui que l’on produit et que l’on vend. D’où la nécessité de la mise en place de règles de commerce saines et de loyauté dans les relations commerciales. Pour déceler et combattre les abus, le projet de loi sur la protection des consommateurs tend à rééquilibrer les rapports entre les professionnels et les consommateurs et ceci d’autant plus que la plupart des contrats de la vie courante ne résultent plus d’une négociation, mais de contrats d’adhésion. Ainsi, un grand nombre de mesures législatives de protection du consommateur sont à mettre en marche. Citons l’exemple de la clause abusive. Sur ce plan, et selon l’avis de nombreux spécialistes, le projet de loi sur la protection des consommateurs présente une avancée significative.Pour rappel, la clause abusive est un article d’un contrat qui crée, au détriment du non-professionnel ou du consommateur, un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties au contrat, c’est-à-dire entre le professionnel et le consommateur. Pour une plus grande protection, le projet de loi sur les consommateurs indique en substance que dans le cas des contrats dont toutes ou certaines clauses proposées au consommateur sont rédigées par écrit, ces clauses doivent être rédigées de façon claire et compréhensible. En cas de doute sur le sens d’une clause, l’interprétation la plus favorable au consommateur prévaut. Dans tous les cas, précise le projet de loi, sont considérées nulles les clauses abusives contenues dans les contrats conclus entre fournisseurs et consommateurs. Les exemples d’abus sont nombreux: vente de produits périmés, de qualité douteuse, vente de produits dangereux… Pour plus d’éclairage sur la notion de clauses abusives, en voici quelques-uns: vous êtes engagé définitivement dans une transaction alors que le professionnel se réserve, par une clause, le droit d’accepter ou non la commande prise par son employé; une clause prévoit que votre contrat pourra être résilié à la moindre faute de votre part, tandis que d’autres articles du contrat vous interdisent de résilier, même si le service n’est pas rendu.Aujourd’hui, le consommateur se trouve encore incapable de demander réparation en cas de manquement du professionnel à ses engagements. C’est pour cela qu’il y a urgence à adopter le projet de loi sur la protection des consommateurs. Aussi, attendons-nous vivement le feu vert du nouveau gouvernement. Mohammed [email protected]


. Actualité: Guichets consommateurs: Le pain près des toilettes, la viande dans du plastique noir…De nombreuses remarques et réclamations des consommateurs commencent à parvenir aux différents guichets conseils (interface ADC-Consommateur) qui viennent récemment de voir le jour (cf. www.leconomiste.com). Parmi ces réclamations, une a particulièrement retenu l’attention des membres de la Confédération : la vente de pain au marché Allal El Kacemi, situé en plein centre d’El Jadida, juste à proximité des toilettes publiques...! Le pain acheté de ces points de vente n’est pas emballé et donc s’imprègne de toutes les pollutions environnantes. Mais il n’y a pas que le pain, d’autres produits subissent le même traitement. Dans de nombreux souks, rapportent des consommateurs, la viande est commercialisée emballée soit dans des sacs en plastique noir, soit dans du papier utilisé pour l’emballage du ciment. Et les dégâts sanitaires ne font que se multiplier. Encore une fois, cette situation donne à réfléchir sur notre politique d’hygiène et de sécurité sanitaire. Contrôles défaillants, mécanismes de surveillance et veilles sanitaires inopérants, textes juridiques complètement désuets,… il y a urgence à revoir notre politique sanitaire. Quand finira-t-on par tenir compte de la santé du consommateur? S’interroger et chercher les raisons du nombre affolant de cancers dus à une alimentation des plus indignes? Pourquoi autorise-t-on la vente de produits dans la rue sans contrôle? En attendant, nous demandons aux consommateurs d’éviter toute sorte de commerce ne présentant pas les normes minimales d’hygiène et de prendre contact avec l’association régionale pour une meilleure orientation des bonnes pratiques d’achat.Wadii [email protected]. Eco-Info: Clauses abusives... il faut arrêter les abusLe consentement est la condition sine qua non de la formation et de la validité d’un contrat. Le contrat de vente n’échappe pas à la règle. Dans ce domaine, le producteur ou le vendeur doit fournir au consommateur toutes les indications nécessaires sur le produit et ne pas le tromper. A ce sujet, la loi est claire, particulièrement celle sur la liberté des prix et la concurrence: le vendeur de produit ou le prestataire de services doit, à travers le marquage, l’étiquetage, l’affichage, ou tout autre procédé, informer le consommateur sur les prix et les conditions particulières de la vente ou de la réalisation de la prestation.Par exemple, pour les produits alimentaires, l’étiquetage est obligatoire pour renseigner sur la composition du produit, sa date limite de consommation, et, pour certains produits, l’étiquetage doit comporter la température  recommandée pour la durée de conservation. Pour ce qui est du prix, il doit être indiqué de telle façon que le client puisse en prendre connaissance sans entrer dans le lieu de vente ou interroger le vendeur si le produit est visible à l’intérieur du lieu de vente. Concrètement, cette obligation se manifeste par l’apposition d’une étiquette ou d’un écriteau. Le prix doit, bien entendu, être toujours indiqué en TTC.Concernant la falsification, elle est considérée comme une infraction. Il s’agit par exemple de la vente de produits contenant des additifs interdits, de produits non conformes, ou toxiques, etc.Mohammed [email protected]. Conseil: Les rides, les maladies cardio-vasculaires et les fruitsNE alimentation riche en fruits et légumes diminue le risque de cancer et d’autres problèmes de santé. Il semblerait que la vitamine C et l’acide folique soient de vrais guérisseurs naturels. Les fruits et les légumes contiennent non seulement de la vitamine C, mais aussi d’autres substances bénéfiques à notre santé telles que les fibres, le bêta-carotène, l’acide folique, la vitamine E et les flavonoïdes. Tout comme la vitamine C, la plupart de ces substances sont des antioxydants, qui protègent l’organisme contre les radicaux libres. Pour rappel, un radical libre est une molécule possédant un ou plusieurs électrons célibataires, ce qui la rend extrêmement réactive. Ce phénomène est très fréquent dans notre organisme. On commence à parler d’un processus naturel qui se déroule en permanence dans l’organisme. Il faut dire qu’ils jouent un rôle important en aidant l’organisme à combattre les virus et bactéries indésirables. Mais, les radicaux libres peuvent aussi endommager le matériel génétique (ADN) et favoriser le processus de vieillissement ainsi que l’apparition de maladies cardio-vasculaires. Heureusement, notre corps dispose de deux systèmes de défense contre les radicaux libres. D’abord, le corps fabrique lui-même des enzymes à action antioxydante, qui combattent les radicaux libres. Ensuite, notre alimentation nous apporte, elle aussi, des antioxydants. Citons la vitamine C, la vitamine E, les bêta-carotènes, le zinc, le sélénium ou encore les flavonoïdes contenus dans les légumes. Quand le consommateur mène une vie saine (alimentation variée, sport, pas de tabac ni exposition prolongée au soleil, sommeil suffisant), le corps est capable de maintenir l’équilibre entre les radicaux libres formés et les mécanismes de défense naturels. Par contre, en cas d’inflammation, d’air pollué, de tabagisme et d’exposition excessive à la lumière UV, la formation de radicaux libres est beaucoup plus importante et notre besoin en antioxydants est plus grand.Abderrahim [email protected]
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]conomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc