×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Consommation

    Par L'Economiste | Edition N°:2423 Le 15/12/2006 | Partager

    Editorial: Patrimoine

    Distinguer la bonne de la mauvaise huile d’olive fait appel à de grandes techniques. En effet, c’est un métier qui demande beaucoup de pratique sur le terrain, mais également des études physico-chimiques pour connaître les différents types de molécules aromatiques. En goûtant une huile d’olive, l’expert peut dire si elle a subi un bon traitement tout au long de sa fabrication, de la récolte à la mise en bouteille. De plus, pour être expert, il faut avoir une formation, se conformer souvent à un référentiel de classification des huiles d’olives et développer le flair de l’analyse sensorielle. Chez nous, beaucoup s’érigent en spécialistes, de l’épicier au vendeur à domicile en passant par l’intermédiaire, mettant leur expertise en avant pour fixer à leur gré un prix et une valeur à ce produit du terroir. Lors de plusieurs rencontres, de nombreux producteurs ont dénoncé des difficultés organisationnelles au niveau de la commercialisation, aggravées par les intermédiaires qui interviennent entre producteurs et transformateurs. De plus, depuis quelque temps déjà, le prix du litre d’huile d’olive au Maroc a connu des hausses assez importantes. A cette situation, plusieurs niveaux d’explications: les conditions de préparation (de la récolte à la mise en bouteille), les intermédiaires, les fortes demandes à l’export… A titre d’exemple, à Meknès, le litre est commercialisé entre 28 et 30 DH. A Berkane, entre 50 et 55 DH et à Béni Mellal entre 60 et 65 DH. Il faut le dire, la filière oléicole fait l’objet de beaucoup d’attention au Maroc. Tout récemment, un fonds destiné à la promotion de la filière oléicole a été lancé à Marrakech. Les objectifs sont la création de 10 fermes de 10.000 ha chacune, plantée en oliviers, totalement intégrées (unité de trituration et capacité de stockage). A terme, il s’agira de produire 30.000 tonnes d’huile d’olive par an (cf. www.leconomiste.com). Une bouée de sauvetage pour un secteur qui se heurte encore à de nombreuses contraintes: manque de valeur ajoutée, absence de stratégie marketing, acidité, commercialisation en vrac, mode traditionnel de trituration… Actuellement, la production nationale moyenne est de 50.000 tonnes d’huile d’olive et de 60.000 tonnes d’olives de table. Nous avons là, un important patrimoine qu’il faut à tout prix préserver, mais aussi développer la culture de la picholine et mettre à la disposition du consommateur un produit à un prix qui corresponde à son pouvoir.Mohammed OUHSSINE [email protected]


    Actualité: Fissures, humidité et moisissures

    La poussée démographique et l’exode rural ont été à l’origine du développement de nombreux noyaux d’habitat non réglementaires, construits sans plan d’ensemble, dépourvus de toute infrastructure de base et de tout équipement socioculturel. De larges secteurs de logements insalubres mettant en péril la sécurité et la santé publiques. Face à cela, le Maroc a tracé une stratégie allant vers la production et la gestion du logement social. L’approche est très louable. Cependant, des opérateurs exerçant dans le domaine de la construction doivent penser à bâtir honnêtement. Et à ce niveau, les transgressions relevées sont nombreuses. Interrogés par la Confédération sur les défauts de leur logement, les habitants de six résidences situées à Tanger, Agadir, Meknès, Marrakech, Rabat, Fès et Kénitra, placent en tête les problèmes d’humidité et d’infiltrations d’eau. Tous les ménages des derniers étages ont signalé des races d’humidité sur les plafonds et les murs, à travers d’importantes couches noires de moisissures. L’humidité provient de nombreuses fissures observées sur les toits. Ces dernières seraient dues au manque de carrelage et au non-respect des rapports ciment-sable. Aujourd’hui, si les autorités sont de plus en plus conscientes des différents problèmes dans le domaine de la construction, elles devraient encore se pencher de plus près sur ce dossier. Et cela, pour éviter des drames que le Maroc a déjà connu et tout récemment.Mohammed [email protected]


    Eco-Info: Les effets bénéfiques de l’huile d’olive

    A travers sa composition, l’huile d’olive a démontré son action bénéfique dans la prévention de certaines maladies. L’huile d’olive est riche en acides gras mono-insaturés et en anti-oxydants. Pour rappel, il a été démontré scientifiquement que l’huile d’olive joue un rôle dans: - La prévention des troubles cardio-vasculaires: Dans les pays méditerranéens où l’huile d’olive constitue la principale source de matières grasses dans l’alimentation quotidienne, les études relèvent par rapport à d’autres un nombre moins important de personnes souffrant de maladies cardio-vasculaires. Par les anti-oxydants qu’elle contient, l’huile d’olive s’oppose à l’oxydation des lipoprotéines LDL, une des premières étapes importantes dans le développement de l’athérosclérose;- La prévention des cancers du sein: Selon la littérature scientifique, une cuillerée à soupe d’huile d’olive, une forte consommation de fruits et de légumes (surtout crus) protège contre divers types de cancers, en particulier les cancers digestifs et hormono-dépendants (comme le cancer du sein);- La prévention des cancers de côlon: L’huile d’olive, selon une étude épidémiologique basée sur le régime alimentaire méditerranéen, diminue l’incidence de ce type de cancer;- La baisse de la pression artérielle: Différentes études ont montré que le régime méditerranéen basé sur la consommation d’huile d’olive exerce un effet bénéfique sur la prévention des maladies cardio-vasculaires;- La prévention des maladies liées à l’âge: Les acides gras contenus dans l’huile d’olive semblent contribuer à prévenir la perte de mémoire et la réduction des fonctions intellectuelles, liées à l’âge, et favoriser une plus grande longévité et une meilleure santé;- La prévention du diabète: Les acides gras mono-insaturés contenus dans l’huile d’olive contrôle la glycémie et corrige la résistance à l’insuline;L’huile d’olive est un corps gras digeste et bien toléré par l’estomac. Elle ne s’oppose pas au reflux des aliments vers l’œsophage et ne modifie pas l’activité gastrique. Deux cuillerées d’huile d’olive, prises le matin à jeûn, ont un effet bénéfique sur la constipation chronique.Mohammed [email protected]


    Conseil: Comment connaître une bonne huile d’olive?

    Depuis toujours, et à l’instar de nombreux pays producteurs, l’huile d’olive est très appréciée et fortement consommée par les Marocains. Cette huile est utilisée aussi comme remède contre une série de maladies. Comme l’huile d’olive est une graisse végétale, elle doit être légère, aérienne, fluide. Si une huile est lourde, c’est qu’elle est trop vieille ou qu’elle a été faite avec des olives trop mûres. Une bonne huile doit également être délicieuse, avoir beaucoup de saveurs. Une bonne huile d’olive doit être brillante, c’est-à-dire renvoyer la lumière. Son éclat est signe de fraîcheur. Si une huile est terne c’est qu’elle est oxydée.Abdelouhab [email protected]

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc